Bennett ne doit pas se précipiter au chevet de Biden aux abois

Publié par

Pas le meilleur moment pour une séance photo à la Maison Blanche!

Le retrait chaotique et humiliant de l’Afghanistan a gravement endommagé la position internationale de l’Amérique. Si le Premier ministre Naftali Bennett apparaît au côté du président Biden en ce moment, on lui demandera s’il fait confiance aux États-Unis et il n’aura pas d’autre choix que de dire « oui ».

PS -terre-des-juifs.com : il est clair qu’on n’a encore jamais vu un Premier Ministre israélien traiter un Président des Etats-Unis d’une simple rebuffade et refuser de se présenter. L’éditorialiste et rédacteur en chef Boaz Bismuth pousse le bouchon aussi loin que le peut un journaliste, sûrement pas un politique! Mais l’article a le mérite de signifier les enjeux et de souligner les risques. 

Les élections américaines de mi-mandat n’auront lieu que le 8 novembre 2022 et 34 des 100 sièges seront renouvelés. Impossible de faire patienter un chef de l’Etat sur un strapontin dans l’antichambre pendant un an et demi… 

Une photo de Joe Biden à Camp David cette semaine, assis seul avec un polo, le menton à la main, regardant avec inquiétude un grand écran raconte toute l’histoire de l’échec du 46 e président dans sa première grande mission – retirer les forces américaines d’Afghanistan.

Jusqu’à la semaine dernière, Biden a profité du fait que la question de l’Afghanistan n’était brûlante pour personne aux États-Unis, et même les faucons du Congrès ont réalisé que la mission était terminée et que le retrait aurait lieu bientôt. Mais par le jour clair et bleu où Kaboul est tombé comme un château de cartes, Biden a réussi à remettre le pays à l’ordre du jour et à en faire un test décisif de sa gestion de crise. Sa notation? Fiasco total. Non pas à cause de la décision de se retirer, mais à cause du manque de capacité à planifier le retrait de manière appropriée et à en parler honnêtement aux caméras (sans parler de répondre aux questions).

Biden, dérangé pendant ses vacances, au prétexte de la chute du monde libre à Kaboul

La profonde indifférence de Joe pour les Afghans

Ce spectacle de Biden, totalement seul, assis à une grande table et parlant à ses conseillers pendant une crise tout en refusant toujours d’écourter ses vacances à Camp David, est tout ce que nous devons savoir sur la façon dont Biden – et le reste du monde – s’est occupé de l’Afghanistan au cours des sept derniers mois. L’image montrait clairement que pour Biden, tout ce qui n’avait rien à voir avec la COVID et l’économie serait réalisé de loin, avec un regard indifférent.

 

Cela devrait préoccuper Israël et d’autres alliés des États-Unis, si c’est ainsi qu’il agira lorsqu’il sera temps de prendre une décision sur un accord nucléaire avec l’Iran, par exemple. Cela devrait également concerner quiconque pense que Biden sera un président des « droits de l’homme » – tous les signes indiquent que les Américains finiront par reconnaître les talibans, même s’ils continuent de priver les femmes des droits les plus élémentaires.

Ce qui pourrait être pire, la photo montrait la manière dont Biden préfère ne pas prendre de décisions tant qu’il n’y est pas forcé. Il pense de son cabinet est que ce n’est qu’une bande de technocrates fades, plutôt que des gens qui ont quelque chose d’organique qui les maintient ensemble.

Trump aurait, de toute façon, fait mieux

Certains diront que l’ancien président Trump était aussi un adepte du one-man show, mais Trump a su donner accès à ses responsables de l’administration et écouter ce qu’ils voulaient, en particulier les personnes de haut niveau, comme son secrétaire d’État, Mike Pompeo et le haut échelon de la défense. Lorsqu’ils faisaient des suggestions, Trump les rencontrait en personne et les écoutait, et insistait même pour suivre les développements (comme avec l’assassinat ciblé du commandant de la Force Quds, le général de division Qasem Soleimani). Plus important – Trump a clairement indiqué qu’il voulait qu’on lui présente des plans, et n’a pas attendu qu’ils lui arrivent.

Avec Biden, au moins selon les informations de ces derniers jours, divers responsables ont averti à plusieurs reprises que les Afghans n’étaient pas capables de prendre les rênes, mais Biden espérait que son cabinet saurait quoi faire, sans qu’il leur donne des instructions explicites. Parce que vraiment, aussi difficile soit-il de se retirer d’un pays, il a quand même dû y réfléchir un peu en lui-même.

Biden a déjà précipité la chute de Saïgon, la montée de l’Etat Islamique en Irak, et n’a pas d’obligation envers les Afghans

Pour Biden, c’est un modèle familier. Comme décrit dans une chronique hebdomadaire de The Atlantic , dès 1975, il s’est opposé à fournir une aide quelconque au gouvernement sud-vietnamien pour arrêter l’invasion par le nord.

Il s’est opposé à la guerre du Golfe en 1991 et, en 2007, il a refusé d’aider l’administration Bush à envoyer des forces supplémentaires en Irak (le fameux Surge préconisé par David Petraeus), une décision qui a rétrospectivement aidé l’Irak à sortir du chaos qui régnait à l’époque, jusqu’à ce que le gouvernement Biden-Obama retire les forces et ouvre toutes grandes les portes à l’État islamique afin qu’il accède au pouvoir. Dans un livre paru il y a quelques années, on cite même Biden disant que les États-Unis n’avaient aucune obligation d’aider les Afghans qui ont aidé les Américains, et que l’administration Nixon avait réussi à éviter d’aider les Vietnamiens qui ont coopéré avec elle.

Aujourd’hui, 20 août, Biden marque le septième mois-anniversaire de sa prestation de serment en tant que président, et il semble qu’avec une mission aussi ratée en Afghanistan, il ait réussi à détruire la seule image de marque qui l’a aidé à être élu : « Je ne suis pas Trump. »

Biden s’est présenté avec succès comme un homme d’expérience qui connaissait la politique étrangère de fond en comble et comment négocier pour Washington. Cet avantage, dont il s’est servi pour se promouvoir, le distinguait de Trump parmi les électeurs indépendants et ceux qui recherchaient la stabilité après le manque de cohérence dont Trump a fait preuve lors de la pandémie de COVID.

Mais d’un seul coup, Biden a réussi à mettre en colère les mêmes électeurs qui ont fait la petite différence lors des élections de novembre : la classe ouvrière qui espérait que Biden, comme Trump, serait un président qui mettrait l’honneur de l’Amérique au premier plan. Alors ils lui ont donné une chance.

‘Sceau d’approbation’  

L’arrivée du Premier ministre Naftali Bennett à la Maison Blanche jeudi prochain sera la première chance pour Biden de reconstruire son image de marque. Le sceau d’approbation que Bennett lui fournira en s’asseyant avec lui dans le bureau ovale sera le premier signal que Biden essaie de ressembler à un président qui n’abandonne pas ses alliés, et le premier pas de l’administration vers l’année difficile auquel s’attend désormais le Parti démocrate – des élections intérimaires.

Historiquement, la conduite du président a une influence directe sur les chances de succès de son parti aux élections intérimaires, et les électeurs se dirigent généralement vers un changement. Cette fois, si Biden ne se rétablit pas miraculeusement, l’Afghanistan sera le billet de retour des républicains dans les deux chambres du Congrès. Non pas parce que les électeurs sont en colère contre le retrait, mais parce qu’ils sont en colère que Biden ait démontré la faiblesse de l’Amérique et ait fait mettre en doute sa capacité à diriger l’Amérique, même sur les questions intérieures, pendant encore trois ans.

Biden sera lourdement sanctionné au Sénat et au Congrès

Les électeurs voudront quelque chose comme contrepoids, sous la forme d’une majorité républicaine dans les deux chambres du Congrès.

On peut maintenant s’attendre à ce que Biden soit confronté à une vague de critiques sur le fait que les États-Unis ne peuvent plus être considérés comme un allié, et ses détracteurs veilleront à mentionner à plusieurs reprises Israël et Taïwan dans un proche avenir comme cas tests. Si Bennett s’aligne sur Biden à ce moment précis, il sera perçu comme lui offrant approbation et pardon, et sera ainsi entraîné dans la tempête politique (intérieure) américaine.

Une humiliation impardonnable

De nombreux autres Américains, comme Biden lui-même, ne s’intéressent pas à ce qui se passe en Afghanistan et ne puniront pas les démocrates aux urnes en 2022 ou en 2024, du moins l’espère Washington. Mais l’histoire nous apprend que les échecs internationaux ont un effet particulièrement direct sur la façon dont le président américain est perçu chez lui. Même maintenant, Biden voit une baisse dans les sondages et est à son plus bas taux d’approbation depuis qu’il est devenu président en raison de l’échec – et de l’humiliation – en Afghanistan. Les Américains pardonneront beaucoup de choses, mais pas l’incompétence.

 

Par exemple, malgré toutes les remarques de Trump pendant la campagne et après les siennes, ses chiffres dans les sondages sont restés relativement stables pendant sa présidence, même après le retour de COVID, car il a réussi à porter l’économie vers de nouveaux sommets et a donné aux gens le sentiment que l’Amérique était à nouveau respectée dans le monde.

Les mêmes électeurs espéraient que Biden serait une version démocrate et apaisée de Trump – qu’il donnerait à l’Amérique le respect qu’elle méritait, et la sortirait également du gâchis de la COVID. Au lieu de cela, au cours de ses sept premiers mois au pouvoir, Biden a réussi à faire ce qu’il a fallu à l’ancien président Jimmy Carter pour accomplir presque tout un mandat: faire perdre à l’Amérique le peu de crédibilité qu’elle avait dans le monde en tant que pays contre lequel il ne faut pas jouer.

Il aurait suffi d’un ordre pour dissuader les Talibans d’avancer

Personne ne s’attendait à ce qu’il mène la guerre des Afghans à leur place, mais tout le monde s’attendait à ce qu’il sache remettre les talibans à leur place et les dissuader sans compliquer un retrait bien ordonné. Tout le monde autour de Biden désigne Trump comme le parti à blâmer pour la détérioration de la situation en Afghanistan, car c’est lui qui s’est entendu avec les talibans au sujet d’un retrait américain.

Mais ils oublient de mentionner que Trump a également clairement indiqué que si les talibans étaient responsables de quelque chose de « malveillan3t » pendant la mise en œuvre de l’accord, les États-Unis répondraient durement et sans hésitation. Biden a refusé d’ordonner une attaque massive contre les forces des talibans qui aurait arrêté leur marche vers Kaboul, donner un peu de répit au gouvernement afghan et permettre un retrait ordonné, même quand un quartier après l’autre leur tombait sous le nez.

Il a fait valoir que les talibans utiliseraient une telle attaque comme excuse pour attaquer l’Amérique, admettant ainsi qu’il refusait de dissuader les talibans et enfonçant le dernier clou dans le cercueil des chances de survie du gouvernement afghan.

Dommages énormes à l’image des États-Unis

À la dernière minute, Biden a approuvé le déploiement de milliers de soldats dans la région, dont la 82 nd Airborne Division, qui a été celle qui a lancé l’invasion de la Normandie. Sur les 6 000 soldats envoyés, 2 000 appartenaient à cette division et les autres appartenaient à d’autres unités des forces américaines. De plus, des forces de la 10 e division de montagne sont toujours déployées en Afghanistan et défendent son aéroport, ainsi que des forces spéciales, apparemment.

Les Britanniques ont également envoyé des centaines de soldats de leur 16 e division aéroportée. Mais aucun soldat ne peut réparer les dommages causés à l’image des États-Unis, et une séance de photos avec le Premier ministre israélien sera pleinement exploitée par la Maison Blanche.

Bennett n’a pas à jouer les infirmières

C’est pourquoi Bennett doit reporter son voyage. Bennett soutient que son gouvernement est de 10 degrés plus à droite de son prédécesseur. S’il croit qu’il représente cette approche, il ne doit pas se tenir aux côtés d’une personne qui a fait perdre tant de crédibilité à l’Amérique et a effectivement livré le Moyen-Orient à Téhéran et aux talibans sur un plateau d’argent.

Où est la planification américaine? L’Amérique est-elle redevenue « leader par l’arrière », comme Obama l’a fait en Libye, ce qui a conduit au chaos dont souffrent actuellement la Libye et la région dans son ensemble ? Si Bennett veut effacer le sourire des visages de Téhéran et du Hamas, il doit montrer à Biden qu’il n’est pas disposé à participer à cette approche. On demandera à Bennett lors de la visite s’il fait confiance à Biden, et il sera obligé de dire qu’il le fait.

Même CNN n’en veut plus!

Si Biden est attaqué par la droite et la gauche, y compris par CNN et les autres médias qui chantent ses louanges, c’est un signe qu’il est vraiment en difficulté. Bennett veut-il être celui qui restaurera sa position, lui donnant ainsi une chance de remettre le paradigme des deux États sur la table ? Bennett veut-il être immortalisé comme la personne qui a fait que le plan de paix des démocrates est redevenu une option, envoyant Israël et la coalition dans un autre tourbillon politique ?

Peut-être que Biden voudra montrer sa « réalisation » avec la question palestinienne. Peut-être obtenir une sorte de réduction de la construction d’implantation, un mouvement vers lequel Bennett se dirige déjà officieusement. Ce n’est pas le moment pour Bennett d’être perçu comme cédant à la pression américaine. Biden doit gérer ses problèmes seul. Pour Bennett, il vaudrait mieux reporter la visite.

israelhayom.com

Laisser un commentaire