Frappe aérienne israélienne sur des sites près de Damas et Homs

Publié par

Une frappe aérienne israélienne vise la Syrie – rapport

La frappe aérienne israélienne a ciblé des sites près de Damas et de Homs.

De la fumée et des flammes sont visibles après une frappe aérienne israélienne dans le nord de la bande de Gaza (crédit photo : REUTERS/MOHAMMED SALEM)
De la fumée et des flammes sont visibles après une frappe aérienne israélienne dans le nord de la bande de Gaza (crédit photo : REUTERS/MOHAMMED SALEM)
 
Les défenses aériennes syriennes prétendent avoir répondu à une supposée frappe aérienne israélienne qui visait un site dans les montagnes de Qalamoun, au nord-est de Damas, a rapporté jeudi soir l’agence de presse d’État syrienne SANA.
 
 
Selon les médias libanais, les Israéliens ont mené une frappe aérienne au-dessus de l’espace aérien libanais. La frappe aérienne israélienne a ciblé des sites près de Damas et de Homs et s’il fallait en croire la propagande du régime de Damas, la plupart des missiles auraient été interceptés, ont indiqué à SANA des sources militaires syriennes.
 
 
Les sources ont également ajouté que les conséquences de la frappe aérienne sont en cours de vérification. (ce qui ne serait pas aussi nécessaire en cas « d’interception »!)
 
 
 
Mardi, la Syrie a accusé Israël d’avoir frappé un avant – poste militaire appartenant à des milices soutenues par l’Iran près de Quneitra.
 
 
Des images de la frappe aérienne ont fait surface sur les réseaux sociaux.
 
 
 
 
La ministre libanaise de la Défense, Zeina Akar, a ensuite condamné la frappe aérienne, selon les médias israéliens, déclarant qu’elle « violait de manière flagrante l’espace aérien libanais à basse altitude, provoquant un état de panique parmi les citoyens ».
 
Ceci est une histoire en cours. Veuillez vérifier les mises à jour.
 

3 commentaires

  1. … Il est vrai qu’en raison de la menace lancée par le ministère russe de la Défense, le Khe’l Avir s’était abstenu de frapper les entrepôts d’armes iraniennes en Syrie depuis près d’un mois. Le dernier raid s’étant produit durant la nuit du 22 au 23 juillet au nord de la ville de Qousseir [carte].

    La nuit dernière, deux dizaines d’objectifs ont été pulvérisés, entre Damas et Homs.

    Mais également le convoi qui ne se trouvait plus qu’à quelques kilomètres de la frontière libanaise. Les habitants de Hermel en entendant les impacts des missiles ont eu la peur de leur vie.

    Contrairement à la déclaration émise très rapidement par les media gouvernementaux syriens, prétendant à nouveau que la plupart des missiles hébreux avaient été interceptés, aucun ne l’a été. Tous ont anéanti leurs cibles, n’en déplaise aux organes de presse qui persistent à reproduire les délires de la junte syrienne. A lire le site de France 24, on aurait pu penser qu’il s’agissait d’un communiqué de l’Armée gouvernementale syrienne.
    (c) Menapress
    http://www.menapress.org/l-op-ration-g-niale-012008-21.html

    1. Certes, il y a cette possibilité de recul au-dessus de Beyrouth. Mais si on parcourt l’ensemble des communiqués depuis plus de 5 ans, énormément de frappes israéliennes sont parties, et depuis longtemps, de l’espace aérien libanais, qui n’arrête pas de s’en plaindre depuis belle lurette. D’autres de l’espace jordanien via Al Tanf et de plus rares depuis la Syrie elle-même… D’autre part, il n’y a que des S-200 qui commencent à dater, qui seraient partis. Donc toute la soi-disant « nouvelle stratégie » qui ne dépendrait que de récentes prises de parole du contre-Amiral Vadim Kulit commence à sentir la routine et on n’y repère aucun contre-coup particulièrement « génial », sauf à penser que ceux qui l’ont anticipé depuis ces années-là avaient un flair pas possible… Nouveau coup d’épée dans l’eau du génial Stéphane Juffa? Comme le dit Qohelet : rien de nouveau sous le soleil…

      1. Je suis très partagé sur la Menapress. Ses informations semblent proche de l’état-major.
        D’autres, en qui j’ai toute confiance, en dressent un tableau plutôt sombre.
        Si vous avez d’autres informations, vous avez mon e-mail.

Laisser un commentaire