La chute de Kaboul est un signal d’alarme pour Israël

Publié par

 

Analyse : La victoire des talibans contre les États-Unis aujourd’hui et l’Union soviétique avant elle devrait être un signal d’alarme pour l’establishment de la sécurité israélienne, qui doit commencer à sortir des sentiers battus et s’assurer que les images d’islamistes défilant dans la victoire ne se reproduisent pas à Ramallah

Ben-Dror Yemini|
Publié: 16.08.21, 23:37
 
Il y a seulement deux jours, le président afghan désormais déchu, Ashraf Ghani, a assuré à son pays et au monde que tout était sous contrôle.
 
 
Ses assurances font suite à celles du président américain Joe Biden, qui a déclaré que « 300 000 soldats nationaux sont bien équipés pour résister à 75 000 militants talibans ». Les agences de renseignement ne prédisaient aucun effondrement imminent.
 

קאבול אנשי טליבאן בתוך ארמון ה נשיאות אחרי ה השתלטות

Des membres des talibans au palais présidentiel de Kaboul après la fuite du président Ashraf Ghani, le 15 août 2021
( Photo: AP )
 
La seule surprise n’était pas que l’Afghanistan soit tombé aux mains du groupe terroriste islamiste, mais à quelle vitesse cela s’est produit.
 
 
Alors que l’évacuation des forces et du personnel américains devait prendre encore deux semaines, les talibans ont choisi de ne pas attendre.
 
 
On ne sait toujours pas comment les deux présidents ont pu être aussi ignorants que ce qui s’est passé pourrait arriver. Biden a promis qu' »il n’y aurait aucune circonstance » pour qu’on en arrive à une rediffusion des images de la chute de Saigon en avril 1975, mais les scènes de Kaboul ont démenti ce vœu.
 
 
Comme pour l’Afghanistan, les États-Unis ont quitté le Vietnam, laissant derrière eux un État divisé et des millions de morts, dont des milliers de soldats américains tombés au combat.
 
 
Les mois et les années à venir verront une pléthore de livres essayant d’expliquer pourquoi les États-Unis et le reste de l’Occident étaient aussi  aveugles sur le plan stratégique.
 
 
Comment la superpuissance la plus forte du monde a-t-elle pu une fois de plus se laisser piéger dans une guerre d’usure de deux décennies qu’elle a finalement perdue ?
 
Alors que pour les Américains, l’Afghanistan est loin des océans, Israël se trouve dans une position plus précaire.
 
 
Avec le Hezbollah au nord et le Hamas au sud, les talibans ne sont qu’à quelques postes frontaliers.
 
 
Il y a ceux aux États-Unis qui sont prêts à écarter près d’un demi-million de morts en Afghanistan et en Irak, ainsi que les 6,4 milliards de dollars -équivalant au PIB journalier d’un pays comme la France – qui sont partis en fumée. Bien qu’ils puissent affirmer qu' »un accord » arrangera tout, Israël n’a pas une telle option.
 
Quiconque cherche à comprendre ce qui va maintenant arriver à l’Afghanistan – et probablement à l’Irak dans un avenir proche – devrait considérer la bande de Gaza comme un cas test.
 
 
Les images de djihadistes talibans défilant victorieusement dans les rues de Kaboul ne feront qu’aiguiser l’appétit de leurs acolytes, où qu’ils se trouvent.
 
S’ils réussissent à mettre à genoux la nation la plus puissante du monde, le reste du monde ne devrait être qu’un simple jeu d’enfant.

Le chef du Hamas Yahya Sinwar détient l'enfant d'un combattant des Brigades Al-Qassam, qui a été tué lors des récents combats avec Israël

Le chef du Hamas à Gaza Yahya Sinwar détient l’enfant d’un combattant des Brigades Al-Qassam tué lors des récents combats avec Israël
( Photo: AFP )
 
Ce changement géopolitique massif affecte directement Israël. Il n’est pas nécessaire que la plupart des Palestiniens soutiennent le Hamas ou la charia. Tout ce qu’il faut, c’est un groupe fondamentaliste fanatique avec une détermination sans limite, indépendamment du soutien public ou de son absence.
 
Avec la défaite de l’Union soviétique et maintenant des États-Unis face aux talibans, la conclusion implicite est que sans le contrôle de sécurité d’Israël, Ramallah – le siège du pouvoir en Cisjordanie pour l’Autorité palestinienne – tombera aux mains du Hamas beaucoup plus rapidement que Kaboul.
 
 
Cela ne signifie pas qu’Israël doit maintenant prendre des mesures extrêmes telles que l’annexion de la Cisjordanie ou l’augmentation de sa présence dans les implantations, deux décisions qui s’avéreront périlleuses, mais que l’establishment de la sécurité du pays doit commencer à sortir des sentiers battus.
 
Toutes les nations de l’Occident ont souffert d’un aveuglement stratégique complet face aux dangers des talibans et Israël doit veiller à ne pas l’attraper aussi.
 

4 commentaires

  1. LE PIB DE LA FRANCE POUR 2020 EST DE 2225 MILLIARDS DONC PLUS DE 2400 MILLIARDS DE DOLLARS.

    OU AVEZ VOUS TROUVE LE CHIFFRE DE 6.4 MILLIARDS DE DOLLARS ? ? ?

    Manu

  2. Il est clair que le journaliste traduit a commis une erreur d’évaluation et que nous avons repris ce chiffre sans le vérifier. Merci de cette précision.

    1. shalom
      euréka! !!!! j’ai trouvé l’erreur : il s’agit surement du PIB JOURNALIER.
      6.4 X365 = 2336 milliards de dollars.
      AM ISRAEL HAÏ
      Manu

Laisser un commentaire