Liban : le patriarche maronite appelle l’armée à contrôler le Hezbollah

Publié par

 

Le patriarche maronite a souligné qu’il ne pouvait « accepter, en vertu de l’égalité devant la loi, qu’un parti décide de la paix et la guerre en dehors de la décision de la légalité« .

Le patriarche libanais maronite Bechara Boutros Al-Rai en visite à l'ambassade du Liban à Riyad, en Arabie saoudite, le 13 novembre 2017. (Crédit photo : REUTERS)
Le patriarche libanais maronite Bechara Boutros Al-Rai visite l’ambassade du Liban à Riyad, en Arabie saoudite, le 13 novembre 2017.
(crédit photo : REUTERS)
 

L’armée libanaise doit remplir la mission que n’a jamais assumée la FINUL

Le patriarche maronite libanais Bechara Boutros al-Rahi a appelé dimanche l’armée libanaise à prendre le contrôle du sud du pays, bastion du Hezbollah, et à appliquer strictement la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU, après les récents affrontements entre Israël et le Hezbollah.

 

 
« Nous appelons l’armée libanaise, qui est responsable avec les forces internationales de la sécurité du sud, à prendre le contrôle de l’ensemble des terres du sud, à appliquer strictement la résolution 1701 et à empêcher le lancement de missiles depuis le territoire libanais, pas pour la sécurité d’Israël, mais plutôt pour la sécurité du Liban », a déclaré al-Rahi lors de la messe du dimanche, selon l’Agence nationale de presse libanaise (ANI).
 
 
Le patriarche maronite a souligné qu’il ne pouvait « accepter, en vertu de l’égalité devant la loi, qu’un parti décide s’il y aura la paix ou la guerre, en dehors de la décision de légalité (gouvernement souverain) et de la décision nationale confiée aux deux tiers des membres du gouvernement ».
 

Six attaques consécutives sous a férule du Hezbollah

 
Vendredi, le Hezbollah a revendiqué avoir tiré 19 roquettes du sud du Liban vers le nord d’Israël, le Dôme de fer interceptant 10 roquettes et six roquettes tombant dans des terrains vagues près de Har Dov le long de la frontière libanaise. Les autres roquettes sont tombées à l’intérieur du Liban. Il n’y a eu ni blessé ni victime.
 
C’était la sixième attaque de ce type ces derniers mois et la première que le Hezbollah a revendiqué.
 
 

Le Liban n’a jamais décidé d’entrer en guerre contre Israël depuis 1949

Parallèlement à la position contre les actions du Hezbollah, al-Rahi a condamné ce qu’il a appelé « les violations israéliennes périodiques contre le sud du Liban et la violation de la résolution n° 1701 du Conseil de sécurité, ainsi que la vive tension dans les zones frontalières des villages résidentiels et leurs environs,  » selon l’ANI.
 
 
Le patriarche a souligné qu’« il est vrai que le Liban n’a pas signé la paix avec Israël, mais il est également vrai que le Liban n’a pas décidé d’entrer en guerre avec lui, et est officiellement engagé dans la trêve de 1949 », ajoutant « Nous ne voulons pas impliquer le Liban dans des opérations militaires qui provoquent des réactions israéliennes dévastatrices. »
 

Le Hezbollah ne cherche qu’à masquer l’explosion du port de Beyrouth

Al-Rahi a également affirmé que les affrontements étaient destinés à « l’ attention de détourner de la sainteté et à ternir l’ éclat de la messe des martyrs et des victimes de » l’explosion du Port de Beyrouth lorsque le Liban a marqué le premier anniversaire de l’explosion, la semaine dernière.
 
 
Le patriarche maronite s’en est pris aux dirigeants du pays : « Nous demandons aux responsables et aux politiques : comment allez-vous convaincre le peuple que vous êtes qualifié pour le conduire vers le salut, alors que, chaque jour vous le plongez dans une nouvelle crise ? Comment allez-vous convaincre le monde que vous êtes dignes d’être aidés alors que vous vous moquez des conférences internationales consacrées au secours des Libanais et qui sont prêtes à sauver le Liban ? Comment allez-vous vous convaincre que vous étiez à la hauteur des responsabilités et des espoirs ? Y a-t-il de l’humanité en vous de vous sentir près des gens dans leur misère ?
 
 

Personne pour représenter les intérêts du Liban

« Nous voulons mettre fin à la logique militaire et à la guerre et adopter la logique de la paix et de l’intérêt du Liban et de tous les Libanais », a déclaré le patriarche, selon l’ANI.

 

 
Le chef du parti libanais Kataeb et ancien député, Sami Gemayel, a exprimé son soutien au patriarche lundi, affirmant que le parti est « convaincu » qu’il existe de nombreux citoyens libanais qui sont d’accord avec le patriarche et le parti Kataeb concernant la souveraineté et la confiscation des armes par les militaires.
 

Réactions virulentes à ses propos

Les partisans du Hezbollah ont exprimé leur indignation face aux commentaires du patriarche sur les réseaux sociaux, en utilisant les hashtags « Patron de la partialité » et « Patron de la reddition ».Le journaliste affilié au Hezbollah, Ali Shoaib, s’est adressé au patriarche dans un tweet, écrivant « Pour une fois, demandez à l’armée libanaise d’empêcher les attaques israéliennes au lieu de lui demander d’empêcher les tirs de roquettes !! ».
 
 
Le député libanais Ibrahim Kanaan, membre du Mouvement patriotique libre, un parti chrétien allié au Hezbollah, a répondu aux réactions des médias sociaux à propos des déclarations d’al-Rahi, affirmant que « c’est un devoir d’insulter ce que [al-Rahi] représente et qui il représente. Ces propos sont rejetés selontoutes les normes », selon NNA.
 

Beaucoup de Libanais pensent tout bas ce que dit Al-Rahi

Kanaan a appelé au dialogue entre le Hezbollah et al-Rahi et une « discussion de ses préoccupations, qui sont des préoccupations nationales, exprimées par une large partie du peuple libanais, avec ses différentes composantes et couleurs, car il s’agit de ne pas garder le Liban comme une arène ouverte consistant à échanger des messages (belliqueux), à faire chauffer les frontières et à déclencher des batailles qui nuisent au pays et à son économie, d’autant plus que les Libanais traversent la phase la plus difficile de leurs 100 ans d’histoire.« 
 
 
Le député a souligné qu’on doit débattre des positions du patriarche avec respect, loin de tout abus ou colère.
 

La force spirituelle face aux armes du Hezbollah

Ce n’est pas la première fois qu’al-Rahi publie des déclarations contre le contrôle du Hezbollah sur le sud du Liban et son existence en tant qu’organisation paramilitaire dominante dans le pays.
 
En août de l’année dernière, après l’explosion du port de Beyrouth, le patriarche maronite a appelé l’État à prendre le contrôle des armes dans le pays et à confiner les décisions de guerre et de paix à l’État. Al-Rahi a appelé toutes les parties à ne pas impliquer le Liban dans un conflit et à prendre en considération les intérêts du Liban en premier, selon l’ANI.
 
Le patriarche a également appelé à plusieurs reprises le Liban à se concentrer sur la neutralité et à ne pas entrer dans des guerres internationales et régionales qui, selon lui, n’ont rien à voir avec le pays.
 
En 2014, al-Rahi s’est rendu en Israël lors d’une visite du pape François. Le Hezbollah et d’autres groupes au Liban ont exprimé leur indignation face à cette décision à l’époque.
 

jpost.com

Laisser un commentaire