L’Iran a toute une gamme de drones d’attaque qui pallient son infériorité aérienne

Publié par

La menace dont Gantz a révélée de nouveaux détails : « Les drones de l’Iran sont capables de mener n’importe quelle mission sur le terrain »

Le ministre de la Défense a présenté aux représentants des pays du Conseil de sécurité l’homme derrière le système agressif de drones des Gardiens de la Révolution.

  
Menace aérienne de l'Iran (Photo : bureau de l'armée iranienne / AFP, GettyImages)
UAV Simorag d’Iran | Photo : Bureau de l’armée iranienne / AFP, GettyImages
Hier (mercredi), le ministre de la Défense Benny Gantz a révélé que Saïd Arajani est l’homme derrière les récents attentats aux drones « explosifs » que mène l’Iran.

Forte tendance à la rétro-ingénierie

De quoi s’agit-il en fait ? Les membres de l’armée de l’air des Gardiens de la révolution, principale branche de l’armée de l’air iranienne, ont également atteint au cours de la dernière décennie une capacité significative dans le domaine des drones, au centre de l’escalade dans l’arène navale. C’est la réponse iranienne à la supériorité aérienne d’Israël, des États-Unis et de l’Arabie saoudite, dont les forces aériennes reposent sur des avions de combat et des systèmes de défense anti-Aériens avancés (Dôme de Fer, Patriot, etc).

Outil principal de son expansion régionale (Yémen-Irak)?

« Dans le domaine de la guerre des drones, l’Iran est capable de mener à bien n’importe quel type de mission« , a récemment déclaré le général Alireza Sahifard, commandant de la défense aérienne iranienne, lui-même en mission opérationnelle au Yémen, en Irak, en Arabie saoudite et en Syrie. Le réseau comprend un drone d’attaque à longue portée tel que le « Kaman 22 » qui, selon l’Iran, est capable de parcourir 3 000 kilomètres et de transporter une variété de missiles et de bombes. Un autre drone iranien est le Mohajer 6, qui a une portée de 2 000 km. Il y a deux ans, l’Iran a également dévoilé le « Simorag », qui dans sa forme ressemble au Zik de Tsahal (fortes capacités de rétro-ingénerie) et se voit attribuer une autonomie de 1 500 km.
Le drone (Photo : A7_Mirza, Twitter)
UAV Kaman 22 récemment exposé par l’Iran Photo : A7_Mirza, Twitter

Le drone-kamikaze, arme parfaite du crime dénié

À ceux-ci, il faut ajouter l’armement de type bombe flâneuse (ou errante), ces drones-kamikazes que les Iraniens ont, apparemment, également utilisé dans l’attaque du navire Mercer Street. L’arsenal iranien comprend également des drones qui décollent et atterrissent verticalement (VTOL) pour une utilisation principalement à l’usage des navires. Le fait que l’Iran dispose d’un bras doté de telles capacités est connu depuis des années, pourtant le monde semble s’être laissé surprendre, lorsque les Iraniens ont réussi à mener une attaque combinée de missiles de croisière et de drones-kamikazes, attaquant des installations pétrolières en Arabie saoudite, en septembre 2019. Mais peut douter que les Occidentaux aient tiré toutes les leçons de l’observation d’un tel niveau de commandement et de contrôle, il y a déjà deux ans.

Explosions à la source

Selon des publications étrangères, Israël ou les États-Unis ont tenté par le passé de nuire aux capacités de production de drones en Iran. Cela s’est produit lorsqu’une mystérieuse explosion s’est produite , le 16 mai 2021? dans les installations de la société Sepahan Nargostar Chemical Industries situées à environ 45 km au nord-ouest d’Ispahan, troisième ville d’Iran, dans la province d’Ispahan. Les Iraniens ont alors affirmé qu’il s’agissait d’une usine chimique, mais le « Guardian » britannique a affirmé que divers avions y étaient fabriqués, dont des drones.
Les enregistrements en témoignent : les Iraniens se sont emparés du navire

La pente ascendante de l’usage iranien des drones

Sur fond de tensions dans le Golfe, ainsi que contre Israël, dans le cadre de la variante navale de la gu/erre entre deux guerres, le commandant de la défense aérienne iranienne a déclaré que ce qui a commencé comme de petits tests d’avions sans pilote pendant la guerre Iran-Irak, va maintenant devenir une « arme meurtrière« . Pendant ce temps, les Iraniens recourent de plus en plus à l’attaque d’avions sans pilote et, semble-t-il, cette utilisation ne fera qu’augmenter. Téhéran montre jusqu’où il est prêt à aller, dans le cadre de la guerre secrète qui s’est élevée au-dessus du niveau de la mer. Israël, pour sa part, essaie de développer son habileté diplomatique envers le monde pour travailler ensemble contre la menace qui pèse sur les voies maritimes internationales.
 
Shay Levi|PZM| Publié 05/08/21 06:45 
  mako.co.il

Un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :