Le budget alloué à Raam aussi important que le budget de la défense?

Publié par

Nous avons vérifié les propos de Yoav Kisch (Likoud)

Que veut dire le Likoud lorsqu’il parle de la « taxe Abbas » ? Nous sommes sortis pour vérifier  : Coup de Sifflet de Globes

 

Yoav Kisch, Likoud / Photo : porte-parole de la Knesset Adina Wallman
  48
 

Les procédures d’approbation du budget en cours ont donné lieu à une campagne de l’opposition qui comporte l’accent mis sur une répétition de la phrase enregistrée la « taxe Abbas ». On le trouve assez fréquemment sur les réseaux sociaux du chef de l’opposition et de ses principaux lieutenants, l’ancien ministre des Finances, et désormais aussi avec le député Yoav Kisch. « Le parti RAAM recevra 53 milliards de shekels, ce qui est presque équivalent au budget de la défense », a-t-il tweeté dimanche.

 

Un trompe l’œil sur 5 ans

La référence souligne bien sûr l’accord de coalition signé avec RAAM, le parti dirigé par Mansour Abbas, dont le budget total est en effet de 53 milliards de shekels.

 

La déclaration de Kisch est problématique pour plusieurs raisons.

 

  • La première et la plus évidente concerne la durée sur laquelle s’étalent les deux budgets. Alors que selon l’annonce du gouvernement, le budget de la défense pour 2022 est censé s’élever à 58 milliards de shekels, les 53 milliards de shekels convenus avec RAAM sont étalés sur cinq ans. Selon l’échelle qu’il a choisi, Kisch devrait comparer le montant qu’il a mentionné avec les environ 280 milliards de shekels – qui représentent la portée du budget de la défense (déjà alloué) entre 2018 et 2022.

 

Un même budget à plusieurs fonctions

Mais ce n’est que la première couche problématique dans cette comparaison.

 

  • L’accord de 53 milliards de shekels avec RAAM est divisé en plusieurs catégories : 30 milliards de shekels sont alloués à la mise en œuvre d’un plan quinquennal visant à réduire les écarts de la société arabe dans les domaines de l’éducation, du logement, de l’emploi, des infrastructures, etc. Ce plan est en fait une continuation du Plan 922 (voté sous Netanyahu).

 

  • 20 milliards de shekels du plan sont consacrés au plan stratégique d’Ayalon Highways pour le transport urbain dans le secteur arabe. Il s’agit d’un programme encore vierge qui n’a pas encore été entièrement et soigneusement budgétisé.

 

  • 2,5 milliards de shekels du programme seront alloués sur cinq ans pour « éradiquer la violence et la criminalité dans la société arabe ». Ce plan aussi, vous serez peut-être surpris (ou pas) de l’apprendre, est la continuation d’un plan approuvé par le gouvernement Netanyahu (Résolution 852).

 

Que peut-on apprendre jusqu’à présent de ces chiffres sur la même « taxe Abbas » comme l’appelle le Likoud ?

 

Trois raisons invalident la portée du propos

  • D’abord, qu’il n’est pas du tout certain que la totalité des sommes allouées à ces projets sortira effectivement en pratique.

 

  • Deuxièmement, une partie importante des programmes qui y sont inclus sont des programmes qui proviennent du gouvernement Netanyahu.

 

  • Et troisièmement, que les ressources sont destinées à des fins relativement larges – chacun peut décider pour lui-même s’il est juste de les définir comme des fonds « pour RAAM » ou « pour Abbas ».

 

Cela nous amène au dernier demi-milliard de shekels de l’accord. Celui-ci est en effet destiné à ce qu’on peut appeler des « fonds de coalition ».

L’enquête précédente que nous avons menée a montré qu’un tel budget – 100 millions de shekels par faction et par an – n’est pas exceptionnel et similaire ou inférieur à ce qui a été alloué aux autres partis ces dernières années.

Conclusion : les propos de MK Kish sont trompeurs :

alors que le budget annuel de la défense est de 58 milliards de shekels, les 53 milliards de shekels de l’accord avec la RAAM sont étalés sur cinq ans

De plus, il n’y a aucune certitude que tous les montants de l’accord seront effectivement mis en œuvre, et certains des plans budgétisés proviennent de plans approuvés par le gouvernement Netanyahu.

Recherche : Talor Shemesh

globes.co.il

(revue économique « assez » objective sur les sujets qu’elle maîtrise)

 

Laisser un commentaire