D’après Rohani, le Mossad a aussi volé les archives de recherche spatiale iranienne

Publié par

« Israël nous a volé des archives et des documents nucléaires et ceux du Centre iranien de recherche spatiale »

   Nziv  , 

Des aveux délayés dans le temps

Le dimanche 1er août 2021, et avec un retard significatif, le président iranien sortant Hassan Rouhani a annoncé officiellement qu’Israël avait volé les archives nucléaires de l’Iran.

Rouhani a souligné dans son dernier discours gouvernemental à Téhéran que les Israéliens avaient sorti les secrets du pays et les avaient transmis à Trump, et c’est ainsi que ce dernier s’est retiré de l’accord, selon l’agence de presse Fars qui le cite.

Netanyahu choisit de frapper l’opinion publique

L’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé le vol des archives nucléaires iraniennes en mai 2018, affirmant que lors de l’opération, le Mossad avait réussi à voler plus d’une demi-tonne de preuves, contenant 55 000 documents et 183 CD du projet de recherche nucléaire iranien secret d’Imad, près d’un entrepôt de la ville La capitale iranienne Téhéran.

L’Iran a démenti, puis admis, des informations concernant l’exfiltration de documents de Turkuzabad près de Téhéran par deux camions vers la république d’Azerbaïdjan, ce que Bakou a réfuté, quoiqu’elle entretienne des relations diplomatiques et militaires avec Jérusalem.

L’Iran tourne d’abord l’exposé de Bibi en dérision

Parallèlement à l’annonce du vol des documents, de hauts responsables iraniens ont d’abord qualifié le Premier ministre israélien de « menteur » et ont qualifié l’émission d’ « enfantine, drôle et scandaleuse », mais ont ensuite admis pour la première fois le 14 avril 2021. que les documents nucléaires ont été volés par Israël et que l’Iran a préféré mentir et masquer cet échec majeur complet de ses services de contre-espionnage.

Détails de l’opération


Il a fallu attendre jusqu’à ce que Yossi Cohen, ancien chef du service de renseignement israélien du Mossad, ne révèle les détails de l’opération de vol des archives nucléaires iraniennes. Il avait expliqué que 20 agents du Mossad ont participé à l’opération, rentrant tous vivants, et que certains ont quitté l’Iran, ajoutant qu’aucun d’entre eux n’était israélien ou juif.

Ocean Twelve

Agents du Mossad incognito sur le bazaar de Téhéran

Dans une interview diffusée sur la chaîne israélienne 12 le 11 juin dernier, il a expliqué que pendant l’opération (le « casse du siècle »), 32 coffres-forts contenant des documents des archives du programme nucléaire ont été ouverts en sept heures. Il a souligné que le Mossad avait planifié l’opération pendant deux ans et construit un modèle de l’entrepôt de documents nucléaires pour simuler l’opération pendant une longe période et la rendre plus réussie.

« Israël a fait exploser 12 pétroliers iraniens. »

Lors d’une réunion de hauts responsables autour de Rouhani aujourd’hui, le premier vice-président Ashak Jahangiri a déclaré, se référant aux événements sous le gouvernement Rouhani, qu’à un moment donné Israël a attaqué et fait exploser nos tankers de pétrole Il a ajouté que de cette façon Israël a fait exploser ou frappé 12 navires pétroliers Iraniens bourrés de carburant, mais Il n’a pas fourni de détails à ce sujet.

Et en mai dernier, après le rejet de la candidature de l’ancien président Mahmoud Ahmadinejad à l’élection présidentielle, il a révélé quelques secrets sur le vol des documents nucléaires de l’Iran dans l’installation de Turkuzabad. Il a également admis que les documents de l’autorité spatiale iranienne avaient aussi été volés au Centre iranien de recherche spatiale

(la base de lancement de Semnan (officiellement Centre spatial Iman Khomeini) située à environ 200 kilomètres à l’est de Téhéran, est la principale base de lancement iranienne. Elle comprend deux complexes de lancement utilisés respectivement par les lanceurs légers Safir et Simorgh.).

Il convient de noter que ces allégations de dommages infligés aux pétroliers iraniens et de disparition des documents relatifs à l’activité spatiale surviennent à un moment où Israël, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont accusé l’Iran d’être le cerveau derrière l’attaque du pétrolier israélien au large des côtes d’Oman, qui a eu lieu il y a quelques jours. Enumération de griefs « justifiant » de s’attaquer à la marine marchande japonaise pilotée par des Roumains et des Anglais?

Crédit photo : Pétrolier iranien endommagé. De la presse arabe

Laisser un commentaire