Pourquoi le budget de l’État d’Israël est-il si important pour la lutte contre l’Iran ?

Publié par

Dans des reportages coordonnés sur deux chaînes de télévision, des journalistes ont révélé que Tsahal augmente à nouveau ses préparatifs en vue d’une éventuelle frappe contre l’Iran.

Un F-35 de l'armée de l'air israélienne décolle pour une mission d'entraînement dans le sud d'Israël.  (crédit photo : IDF)
Un F-35 de l’armée de l’air israélienne décolle pour une mission d’entraînement dans le sud d’Israël. (crédit photo : IDF)
Une série de fuites, au cours de la semaine dernière, donne l’impression qu’Israël est à nouveau sur le point de lancer un assaut aérien contre les installations nucléaires de l’Iran.

Dans des reportages coordonnés sur deux chaînes de télévision, des journalistes ont révélé que l’armée israélienne augmente à nouveau ses préparatifs en vue d’une éventuelle frappe contre l’Iran – et pour ce faire, demande à l’État une augmentation de son budget à hauteur de 25 milliards de shekels pour chacune des cinq prochaines années.
D’une part, cela a du sens. L’Iran poursuit son programme nucléaire malgré les efforts de l’administration Biden pour amener les ayatollahs à accepter un nouvel accord – et qui soit idéalement « plus long et plus fort » – qui ralentirait leur course à la bombe. L’Iran dispose de nouvelles centrifugeuses sophistiquées qui peuvent enrichir l’uranium à des niveaux plus élevés et à un rythme plus rapide, pendant que la République islamique accumule de plus grandes quantités d’uranium enrichi.

Depuis 2012 : 9 ans sans s’y préparer sérieusement

Il est également logique que l’état de préparation militaire d’Israël pour une opération de l’ampleur d’une attaque contre l’Iran doive être mis à jour. La dernière fois qu’Israël envisageait sérieusement une action militaire, c’était en 2012, quelques années avant que l’accord nucléaire du JCPOA ne soit conclu entre le P5+1 et l’Iran.
Après que cet accord a été conclu en 2015, le chef d’état-major de l’époque, Gadi Eisenkot, a admis en privé que l’un des avantages de l’accord était qu’il a éloigné la perspective une opération anti-iranienne du premier plan de priorité de l’armée, lui permettant, ainsi qu’à l’état-major général, de changer le façon dont ils allouaient le budget de la défense.
Si, jusqu’à l’accord, Tsahal avait besoin d’investir davantage dans les capacités aériennes et les missiles à longue et profonde portée, elle pouvait désormais investir l’argent dans les forces terrestres. Eisenkot a dit cela même si le Premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahu, se battait toujours activement contre Barack Obama et son accord nucléaire.

Le manège électoral a empêché tout budget pendant 3 ans

En raison de cette redistribution des fonds, Tsahal doit maintenant se préparer. De plus, le fait qu’il n’y ait pas eu de budget de l’État au cours des trois dernières années n’a pas aidé non plus, rendant le travail du chef d’état  major actuel de Tsahal Aviv Kochavi plus compliqué qu’il ne devrait l’être dans ses efforts pour préparer l’armée face aux défis de l’avenir.
MAIS VOICI deux raisons pour lesquelles il vaut la peine de penser avec scepticisme aux récentes fuites. La première, c’est que le gouvernement est maintenant en pleine discussion budgétaire. Il s’agit d’un long processus qui implique tous les différents ministères du gouvernement, qui doivent tous se battre pour leur part du gâteau.
À l’époque où ce pays adoptait un budget tous les ans ou tous les deux ans, Tsahal organisait des réunions d’information avec les principaux généraux dont le travail consistait à effrayer le journaliste pour qu’à son tour, il effraie le public à propos des menaces qui se profilent à l’horizon. Les menaces étaient-elles réelles ? Bien sûr – mais commodément, elles ont toujours été présentés comme étant bien pires, juste au moment où le Trésor commençait les pourparlers budgétaires.

Kochavi n’a pas eu un kopeck depuis janvier 2019

Pour Kochavi, ces pourparlers budgétaires sont sa dernière chance de laisser une marque durable sur l’armée. Depuis qu’il est devenu chef de cabinet en janvier 2019, le pays est plongé dans un cycle électoral ininterrompu, l’obligeant à geler ses plans d’approvisionnement à long terme faute de budget. Au lieu de recevoir des fonds supplémentaires, il a fermé des escadrons, des bataillons blindés et d’autres projets pour pouvoir payer quelques-unes des nouvelles capacités qu’il rêvait de créer pour l’armée israélienne.
Alors qu’il n’y a plus qu’un an et demi où il restera à son poste, c’est le moment pour Kochavi de façonner et de transformer l’armée pour les années à venir. Aussi dangereux que soient le Hamas et le Hezbollah, parler des menaces de Gaza et du Liban ne suffira pas. Il n’y a pas de meilleur moyen de créer un sentiment d’urgence qu’en parlant de l’urgence de la menace iranienne.
Et ne vous méprenez pas : la question de l’Iran est urgente et on doit l’affronter et l’arrêter. Mais, en même temps, n’oubliez pas le budget. C’est une autre pièce importante du puzzle.
La deuxième raison pour laquelle les rapports sur les préparatifs d’une frappe doivent être lus avec scepticisme est que ce gouvernement n’est plus dirigé par Netanyahu. Le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid ont décidé d’essayer d’influencer le retour de l’administration Biden au JCPOA de l’intérieur, plutôt que de le combattre de l’extérieur.

Pas d’accord valable sans pression militaire crédible pour le jour d’après

C’est ce qui a conduit Bennett à autoriser Kochavi et d’autres à discuter de l’accord avec les Américains lors de leurs récentes visites à Washington, ce que Netanyahu a interdit aux responsables israéliens de faire dans le passé.
Ce gouvernement ne va pas attaquer l’Iran en même temps qu’il essaie de réparer les relations avec l’administration et d’influencer les pourparlers sur l’Iran. Ce qu’il fait, c’est se préparer pour le lendemain de l’accord et ce qu’il pourrait devoir faire si Téhéran viole un nouvel accord ou lorsqu’il expire.
Tout cela ne signifie pas que le discours israélien sur une attaque n’est pas utile. Dans le passé, les fanfaronnades de Netanyahu ont contribué à l’urgence d’atteindre le JCPOA en 2015 – et c’est ce qui peut potentiellement aider Biden à conclure un accord plus long et plus solide, comme il a dit qu’il le souhaiterait. Craignant une action israélienne, les Iraniens pourraient se sentir obligés de concéder un meilleur accord. Probable? Pas possible? Peut-être.
Ainsi, bien que les avions de combat israéliens ne décolleront pas dans un proche avenir pour bombarder l’Iran, l’armée israélienne devra être prête. Si tout se passe comme prévu, il pourrait obtenir un peu plus d’argent pour rendre cela possible.
***

Le vendeur de glaces qui espère contribuer à éradiquer Israël

MERCREDI, je suis rentré d’un voyage en voiture (road trip) de deux semaines que ma famille et moi avons réalisé à travers l’ouest des États-Unis, qui nous a emmenés au parc national des Montagnes Rocheuses, aux Tetons et à Yellowstone. Après 18 mois de restrictions de voyage, les parcs nationaux américains enregistrent un nombre record de visiteurs et nous – une famille de six de Jérusalem – avons apporté notre petite contribution.
Nous avons parcouru de beaux sentiers, haleté à la vue de vues incroyables et sauté dans et (rapidement) hors de lacs encore gelés par la neige fondue qui continue de couler à la mi-juillet des montagnes qui se dressent au-dessus. Passer autant de temps dans la nature offre l’occasion de faire une pause dans les montagnes russes de la vie, de prendre une profonde respiration, de regarder autour de nous et de mieux comprendre à quel point nous sommes petits, en tant qu’individus et en tant que nation.
C’était un bref avant-goût de la beauté et de la normalité bien nécessaires. Nous avons aussi rencontré des gens extraordinaires. Sur les sentiers, les gens se saluent et se demandent d’où vient l’autre. Lorsque nous avons répondu que nous venions d’Israël, notre réponse a presque toujours été accueillie avec enthousiasme par des personnes qui rêvent de visiter le pays ou qui ne pouvaient tout simplement pas croire que nous avions fait le voyage à six dans l’Ouest.

Le seul pays au monde attaqué dans son existence même

Sommes-nous face à d’autres défis? Bien sûr. Le boycott de Ben et Jerry’s est sérieux et nous devons nous y opposer avec force et ingéniosité pour empêcher le mauvais jugement d’un fabricant de crème glacée d’avoir un effet domino au seul profit de BDS. Ce que Ben & Jerry’s a fait, c’est soutenir un mouvement qui n’appelle pas à la paix mais à l’élimination d’Israël. C’est une tentative de saper la légitimité de notre nation à exister ici dans ce pays.
Mais, en même temps, nous, Israéliens, ne devrions pas nous laisser croire que nous vivons dans un État paria. Si Israël était boycotté au niveau mondial, son ministre des Affaires étrangères ne se serait pas rendu récemment aux Émirats arabes unis et n’aurait pas été à quelques semaines d’une visite au Maroc. Il n’aurait pas rencontré récemment à Bruxelles une longue liste de ministres européens des Affaires étrangères – tout comme l’ancien président d’Israël n’aurait pas été reçu avec la chaleur avec laquelle il a été récemment accueilli dans le bureau ovale.

L’impuissance des boycotteurs

Le BDS est ce qu’il a toujours été : une tentative d’affaiblir Israël et de forcer les Israéliens à se retourner contre eux-mêmes parce qu’ils ne pourront pas acheter un certain produit, en l’occurrence la délicieuse crème glacée du Vermont.
Heureusement, cela ne fonctionnera pas. Israël a du travail à faire – au niveau national et avec nos voisins palestiniens – mais nous sommes plus forts qu’un boycott ou même deux. Cela vaut la peine de garder cela à l’esprit.

jpost.com

Laisser un commentaire