Frappes aériennes de Tsahal sur Al Safirah en Syrie

Posted by

L’artillerie israélienne répond aux tirs de roquettes du Liban.

Le nouveau gouvernement israélien fait face à sa première série de troubles à la frontière nord : tôt mardi 20 juillet, l’artillerie de Tsahal a frappé le Liban en réponse à deux tirs de roquettes – à peine quatre heures après que la Syrie a signalé des frappes aériennes de Tsahal. L’attaque à la roquette jumelée depuis le Liban – l’une a été interceptée, la seconde a touché un terrain vague – a eu lieu peu de temps avant la visite du Premier ministre Naftali Bennett dans la ville de Maalot en Galilée.

C’était aussi la première depuis que son gouvernement a pris ses fonctions il y a un mois. L’artillerie de l’armée a riposté en bombardant la source présumée des tirs de roquettes dans la région de Wadi Hamoul au Liban, à partir de laquelle les factions palestiniennes alliées au Hezbollah ont lancé une précédente attaque à la roquette en mai. Tsahal enquête sur la source de cette attaque qui a déclenché des sirènes le long de la frontière nord.

Le ministre de la Défense Benny Gantz a déclaré qu’Israël « ne permettra pas que la crise sociale, politique et économique au Liban devienne une menace pour la sécurité d’Israël« . Gantz a également appelé la communauté internationale à intervenir et à rétablir la stabilité au Liban (vœu pieux).

Peu avant minuit, les médias d’État syriens ont déclaré que des avions israéliens venaient de lancer un certain nombre de missiles sur des cibles proches de la ville syrienne d’Alep. Ils ont défini ces objectifs comme « certains sites dans la région d’Al-Safira » et rapporté que les défenses aériennes syriens auraient repoussés les missiles entrants. Des sources de l’opposition syrienne ont déclaré que les cibles étaient des dépots d’armes du Hezbollah situés dans des postes militaires syriens et des milices soutenues par l’Iran opérant dans la région. Une deuxième série d’explosions ont suivi les premiers éclats des bombardements, indiquant la détonation de munitions au sol. D’autres sources ont cité les cibles comme un complexe de développement d’armes syriennes et des sites des gardiens de la révolution iraniens.

En ce qui concerne la frontière libanaise, l’armée israélienne a déjoué, la semaine dernière, une tentative de contrebande d’un important lot d’armes à feu à travers la frontière vers Israël. On a dénombré au moins 43 pistolets Glock.

Puis, cette semaine, dimanche, les Forces armées libanaises ont affirmé qu’« un navire de guerre de l’ennemi israélien a violé les eaux territoriales libanaises en face de Ras Al-Naqoura à une distance d’environ 333 mètres ». Peu de temps avant cela, « un bateau hostile similaire a percé le point de mer susmentionné à une distance d’environ 203 mètres, et ses membres ont également lancé une bombe éclairante au-dessus du point de mer susmentionné » avant de s’éloigner. L’armée libanaise a déclaré avoir déposé une plainte officielle auprès de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban. 

 

Laisser un commentaire