Les Américains se retirent des sites attaqués en Syrie

Publié par

Les Américains se retirent des sites attaqués en Syrie

Parfois, il est difficile de comprendre les Américains…. 

Vous demandez-vous entre vous s’ils comprennent le moins du monde la mentalité des Arabes lorsqu’ils viennent s’établir, ou fonder des bases, sur leurs terres au Moyen-Orient ? 

Un site stratégique civil, comme un vaste et abondant gisement de pétrole (Omar, Konoko, conquis de haute lutte par les Kurdes des forces démocratiques syriennes), sur lequel ils défendent également militairement, et sert à leurs alliés d’atout lucratif qui leur permet d’exister dans un espace aussi hostile. Le site est, forcément, attaqué par leurs ennemis, les obligeant à recalculer leur route…. Contrairement à toute logique connue, ils retirent une partie considérable de la force militaire, ainsi que des armes lourdes placées sur le site. Façon de l’offrir en proie et objet du sacrifice à leurs pires ennemis. 

A member of the Syrian Kurdish internal security services known as « Asayish » stands guard as women attend a protest against so-called « honour killings » in Syria’s northeastern city of Hasakah on July 6, 2021. – (Photo by Delil SOULEIMAN / AFP)

Est-ce parce qu’ils passent à une méthode de défense mobile basée sur une force aérienne immédiatement disponible? Ou est-ce parce que leur peur des pertes sur le terrain est à l’origine de la décision actuelle? Une décision qui ne fera qu’encourager leurs ennemis à les suivre dans tout ce qu’ils entreprendront…

Un journaliste de Nahar Media a rapporté que les forces américaines stationnées sur le champ pétrolifère d’al-Omar, au nord-est de Deir a-Zour, ont réduit le nombre total de leurs forces mardi. Ils ont également retiré plusieurs systèmes d’armes lourdes et les ont transférés vers une destination inconnue.

Le journaliste a ajouté que le retrait est intervenu après le bombardement iranien de la présence américaine à l’est de Deir a-Zour.

Il est à noter que les attaques réciproques entre les milices iraniennes stationnées à l’ouest et à l’est de l’Euphrate, et entre les forces américaines sur les bases pétrolières d’al-Omar et de Koniko, ont duré près de deux semaines. La vraie question est : qui cède en premier?

ل العمر الفيي - المعرفة

Laisser un commentaire