L’ex-chef du renseignement intérieur allemand droit dans ses bottes contre le désastre Merkel

Posted by

L’ancien chef de l’agence d’espionnage allemande qualifie la politique d’immigration d’Angela Merkel de « fatale » et déclare que le pays est « en déclin sur les plans politique et économique »

  • Hans-Georg Maassen a critiqué le man que de contrôle des frontières de la chancelière allemande Mme Merkel
  • Cet homme de 58 ans a fustigé sa décision de laisser entrer environ 1,2 million de migrants en 2015
  • Ses commentaires interviennent un peu plus d’une semaine après qu’un immigré somalien a poignardé et tué trois personnes
  • Le jeune homme de 24 ans a crié « Allahu Akbar » alors qu’il menait son attaque à Würzburg

Démultiplication des faits de nature proto-terroriste liés à des migrants

La politique d’immigration d’Angela Merkel est « fatale » et l’Allemagne « décline politiquement et économiquement », a prévenu l’ancien chef de l’agence d’espionnage du pays.

Hans-Georg Maassen, qui a dirigé l’Office pour la protection de la Constitution (Bundesamt für Verfassungsschutz : BfV-équivalent de la DGSI) jusqu’en 2018, a critiqué l’absence volontaire de contrôles aux frontières de la chancelière, dans une interview cinglante.

L’homme de 58 ans a fustigé la décision de Mme Merkel de laisser entrer environ 1,2 million de migrants en 2015 alors qu’il était en fonction sous ses ordres.

Absence de filtrage des flux venus de pays musulmans

Il a affirmé que les Allemands « ne peuvent pas comprendre pourquoi de plus en plus de gens entrent dans ce pays même s’ils n’ont évidemment pas le droit d’asile ».

Ses commentaires interviennent à peine une semaine après qu’un immigré somalien – qui est entré dans le pays en tant que réfugié en 2015 – a poignardé à mort trois personnes.

Le jeune homme de 24 ans a crié « Allahu Akbar » alors qu’il menait son attaque sanglante à Würzburg avant que la police ne ;l’abatte.

Hans-Georg Maassen (photo) a fait ces déclarations et se présente maintenant pour devenir député de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de Mme Merkel dans le sud de la Thuringe.

Hans-Georg Maassen (photo) a fait ces déclarations et se présente maintenant pour devenir député de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de Mme Merkel dans le sud de la Thuringe.

La chancelière allemande sortante Angela Merkel et la reine ont été photographiées ensemble alors que Mme Merkel entreprend des visites avant son départ en août

La chancelière allemande sortante Angela Merkel et la reine ensemble alors que Mme Merkel entreprend des visites avant son départ en août

Ses commentaires interviennent juste une semaine après qu'un immigrant somalien – arrivé en Allemagne en tant que réfugié en 2015 – ait poignardé trois personnes à mort

Le Somalien au poignard aperçu lors d’un violent déchaînement de violence à Würzburg avant d’être abattu

Militant d’une CDU plus ferme

M. Maassen, qui se présente comme député de la CDU en Thuringe, a déclaré au Times :  » La CDU a clairement subi beaucoup de dégâts au cours des 20 dernières années.

« C’est devenu un club qui ne cherche plus qu’à élire la chancelière sous le slogan » Nous voulons que Merkel soit réélue « , mais la substance politique et programmatique réelle a disparu. »

Il a admis que Mme Merkel était une « femme forte et une personnalité politique de premier plan » et a salué son rôle dans la crise de la dette de la zone euro.

Mais il a déclaré: « Je pense simplement que c’est dommage que nous tombions bien en deçà de notre potentiel en Allemagne.

Déclinisme?

« J’ai l’impression que beaucoup de gens balayent sous le tapis le fait que nous déclinions de plus en plus politiquement et économiquement. »

Il a ajouté : « [Les Allemands] ne peuvent tout simplement pas comprendre pourquoi de plus en plus de personnes entrent dans ce pays, même s’ils n’ont manifestement aucun droit d’asile ; pourquoi nous ne les expulsons pas et pourquoi les politiciens acceptent simplement le fait que les gens d’ici soient victimes de ces migrants.’

1/9 – Elizabeth II et Angela Merkel
La reine Elisabeth II d’Angleterre reçoit la chancelière allemande, Angela Merkel, lors d’une audience au château de Windsor, Berkshire, Royaume Uni, le 2 juillet 2021.
La reine reçoit la dirigeante allemande Angela Merkel au château de Windsor
Mme Merkel, 66 ans, doit quitter ses fonctions de chancelière allemande après 16 ans à la tête

 Mme Merkel, 66 ans, doit quitter ses fonctions de chancelière allemande après 16 ans à la tête de l’Allemagne

M. Maassen a dirigé la version nationale du MI5 ou de la DGSI pendant six ans avant d’être expulsé en 2018.

Soutien à la population de Chemnitz contre les accusations de « chasse à l’étranger » émanant du gouvernement

Il avait publiquement contredit les affirmations de la chancelière, selon lesquelles des citoyens «pourchassaient» des étrangers dans la ville de Chemnitz, lors de troubles civils dans la région.

Der damalige Verfassungsschutzchef Hans-Georg Maaßen (o.) und der sächsische Ministerpräsident Michael Kretschmer (beide CDU) legten sich fest: In Chemnitz gab es im August 2018 keine Hetzjagden. Die Indizien sprechen eine andere Sprache © Odd Andersen / AFP, Federico Gambarini / DPA, Hendrik Schmidt / DPA

Ses propos ont provoqué un énorme scandale et secoué l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de Mme Merkel.

Et il a provoqué une nouvelle réaction de colère, dans son discours de départ, dont une copie a été divulguée au public, début novembre 2018.

Il s’est présenté comme une victime de la conspiration des forces « radicales de gauche » du gouvernement allemand, qui l’auraient contraint à une retraite anticipée.

Le complexe allemand : l’anti-islam au prix de thèses inspirées de l’antisémitisme?

M. Maassen a déclaré qu’il construisait maintenant une alliance au sein du parti dans le but final de se distancier de l’héritage néfaste de la chancelière.

Il prépare son retour à la vie publique, alors qu’il se présente pour devenir député de la CDU dans le sud de la Thuringe.

Il affronte l’ancien médaillé d’or olympique Frank Ullrich, 63 ans, qui représente les sociaux-démocrates.

[insertion à l’article du Daily Mail : source : www.volksverpetzer.de . Ce blog se présente contre un antidote aux fake-news, principalement contre l’AfD, qui comporte un volet national opposé à l’immigration à tout-va, principalement l’absence de contrôle venu des pays islamiques (-istes) ; et un volet plus franchement issu des courants nostalgiques ou justificateurs du Reich) :

« Des analystes taxent son discours de contenu franchement complotiste, comme soutenant la thèse de la « grande réinitialisation » : « l’élite » (capitaliste = ‘Juifs? ») programmerait la crise de la Covid contre les peuples : « l’élite financière mondiale » est « contrôlée par les Juifs » ( source). Le terme en lui-même n’est bien sûr pas prononcé pour contourner les accusations d’antisémitisme, mais Maaßen répand l’idée qu’il renvoie à un projet des élites, qu’il critique ici et ici comme une « déclaration de guerre » contre l’ordre fondamental démocratique libre. CQFD]

Elections-bilan des années Merkel à la rentrée

La chancelière allemande devrait démissionner à l’automne après 16 ans au pouvoir et est actuellement en train de faire une série de voyages d’adieu.

Hier, Mme Merkel, 66 ans, a vécu sa dernière audience officielle avec la reine après des entretiens avec le Premier ministre Boris Johnson à Chequers.

C’était la deuxième fois qu’ils se rencontraient en quelques semaines, après être apparus ensemble au sommet du G7 à Cornwall le mois dernier.

Mme Merkel a assisté à une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre Boris Johnson à Chequers

Mme Merkel a assisté à une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre Boris Johnson à Chequers

On surveillera de près les élections à la fin de cette année en Allemagne pour suivre les signes de l’évolution du parti de Mme Merkel lorsqu’elle se retirera.

Une vague migratoire de l’ordre du jamais-vu en Europe

Plus d’un million de personnes ont demandé l’asile en Allemagne pour la première fois en 2015-2016, à un moment charnière du mandat de Mme Merkel.

Mais le débat autour de l’immigration est devenu profondément conflictuel, rongeant la confiance du public envers Merkel et conduisant même à une présence au parlement d’un parti supportant une de ses branches d’extrême droite, l’AfD. Ce parti est divisé en courants, dont l’un reste démocrate, capitalisant sur la colère et le légitimisme d’une partie de la population, tandis que l’autre est plus « traditionnaliste », au sens de la fierté nationaliste, y compris à l’égard du passé nazi de l’Allemagne. La question de la percée de l’Islam en Europe est plus complexe qu’une simple affaire de « migration » : beaucoup de ces ressortissants emmènent avec eux leur bagage anti-occidental et antisémite, dont ils ne « guérissent » pas par simple effet de « l’accueil et de la politique de bienvenue » de Mme Merkel. Ils appliquent les comportements et doctrines que leurs anciens états leur ont inculqués. La frustration socioculturelle devient le terreau fertile de l’agression..

Des événements qui ont fait la une des journaux, tels que des agressions sexuelles de masse commises contre des femmes à Cologne le soir du Nouvel An 2015/2016 et une attaque du marché de Noël de Berlin en décembre 2016, ont entraîné une montée de la colère envers les migrants.

Et cela s’est aggravé la semaine dernière après que l’immigrant somalien a tué trois personnes à Würzburg.

Le jeune homme de 24 ans a crié « Allahu Akbar » alors qu’il menait son attaque terroriste avant d’être abattu par la police.

L’année dernière, Mme Merkel a déclaré lors de la conférence de presse annuelle d’été à Berlin qu’elle « prendrait essentiellement les mêmes décisions » si elle était à nouveau confrontée à la crise.

« Lorsque les gens se tiennent à la frontière germano-autrichienne ou à la frontière hongro-autrichienne, ils doivent être traités comme des êtres humains », a-t-elle déclaré.

Les Allemands se rendront aux urnes dimanche 26 septembre pour élire un nouveau Bundestag.

Laisser un commentaire