La rencontre secrète de Bennett chez le Roi Abdallah à Amman

Publié par

Le Premier ministre israélien Bennett a mené une réunion secrète avec Abdullah de Jordanie

L’accord conclu entre Lapid et Safadi s’appuie sur la décision du Premier ministre Naftali Bennett de vendre jusqu’à 50 mètres cubes d’eau à la Jordanie au cours de l’année en cours, a déclaré Lapid.

THE KINNERET, seule source d'eau potable naturelle d'Israël (crédit photo : OLIVIER FITOUSSI/FLASH90)
THE KINNERET, la seule source d’eau potable naturelle d’Israël
(crédit photo : OLIVIER FITOUSSI/FLASH90)
Le Premier ministre  Naftali Bennett a  rencontré secrètement le roi Abdallah de Jordanie dans son palais d’Amman la semaine dernière, alors que les deux pays finalisent un accord majeur sur l’eau avant leurs voyages séparés à Washington plus tard cet été.
Les médias israéliens ont largement commenté l’histoire de la réunion, mais n’a pas été confirmée par le bureau de Bennett.
De telles rencontres entre l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu et le roi Abdallah étaient rares et n’avaient pas eu lieu depuis plusieurs années, en raison de la montée des tensions entre les deux pays. Changement de ton, donc. La semaine dernière, Bennett et Abdullah ont convenu que les deux pays devaient combler ce fossé. Pour entamer un pas dans cette direction, ils ont parlé d’un accord sur l’eau.
Le ministre des Affaires étrangères  Yair Lapid  s’est rendu publiquement jeudi en Jordanie pour aider à finaliser l’accord sur l’eau et un accord séparé visant à augmenter les niveaux commerciaux.

Un acteur économique du calme à Ramallah

« Le Royaume de Jordanie est un voisin et partenaire de l’État d’Israël. Le ministère des Affaires étrangères continuera d’entretenir un dialogue permanent afin de préserver et de renforcer cette relation », a déclaré Lapid, selon un communiqué publié par son bureau.
Nous allons étendre la coopération économique au profit des deux pays », a-t-il ajouté.
Israël prévoit de vendre 50 millions de m3 d’eau à la Jordanie, dans ce qui pourrait être une allocation annuelle à court terme. Un tel mouvement augmenterait considérablement les 55 millions de m3 d’allocation annuelle garantie à la Jordanie dans le cadre de la paix de 1994 entre les deux pays.
Les offres d’eau supplémentaires sont rares. En 2010, Israël a autorisé la Jordanie à acheter 10 millions de m3 et en avril, 3 millions de m3. L’achat a été approuvé.

Un allié délaissé, craignant d’être laissé pour compte?

Bennett a déjà donné son approbation initiale à l’accord, qui a été cimenté lorsque Lapid a rencontré son homologue jordanien, Ayman Safadi, jeudi.
« Les derniers détails seront élaborés par les équipes professionnelles dans les prochains jours », a déclaré le ministère des Affaires étrangères.
Le nouveau gouvernement dirigé par Bennett a cherché à améliorer les relations avec son allié régional, considéré comme essentiel à la sécurité nationale d’Israël.
Au cours de l’année dernière, le ministre de la Défense Benny Gantz et l’ancien ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi ont travaillé sur des mesures de limitation des dégâts avec leur voisin.

Renforcer le royaume dans les échanges avec les Palestiniens

Les gestes d’Israël devraient aider la Jordanie à lutter contre ses difficultés économiques et la sécheresse qui menacent de déstabiliser le Royaume hachémite.
Pendant son séjour en Jordanie, Lapid a également accepté d’augmenter le niveau d’exportation de la Jordanie vers les Palestiniens de Cisjordanie : ce taux passe de 160 millions de dollars à 700 millions de dollars annuellement.
Quelque 470 millions de dollars de cette somme « seront inclus dans la réglementation commerciale palestinienne (Liste A1), le reste étant traité conformément à la réglementation commerciale israélienne (Liste B) », a déclaré le ministère des Affaires étrangères.
« L’augmentation sera décidée par les parties conformément au Protocole de Paris, qui fournit le cadre économique des échanges entre Israël et l’Autorité palestinienne », a-t-il ajouté.

Préparation de mini-sommets à Washnigton

Le voyage de Lapid est considéré comme un précurseur des visites de cet été à Washington. Aucune date n’a encore été fixée pour le voyage de Bennett.
Mais le roi Abdallah de Jordanie arrivera à Washington le 19 juillet pour rencontrer le président américain Joe Biden, a annoncé mercredi la Maison Blanche.
« Le président et la Première Dame sont impatients d’accueillir Sa Majesté le roi Abdallah II de Jordanie, Sa Majesté la reine Rania et Son Altesse Royale le prince héritier Hussein à la Maison Blanche », indique le communiqué officiel. « La visite de Sa Majesté mettra en lumière le partenariat durable et stratégique entre les États-Unis et la Jordanie, un partenaire clé en matière de sécurité et un allié des États-Unis. »
« Ce sera l’occasion de discuter des nombreux défis auxquels le Moyen-Orient est confronté et de montrer le rôle de leader de la Jordanie dans la promotion de la paix et de la stabilité dans la région », a déclaré la Maison Blanche. « Le président Biden est impatient de travailler avec Sa Majesté pour renforcer la coopération bilatérale sur de multiples questions politiques, sécuritaires et économiques, y compris la promotion des opportunités économiques qui seront vitales pour un avenir radieux en Jordanie. »

Un allié sécuritaire de longue date

David Makovsky, directeur du projet Koret sur les relations arabo-israéliennes à l’Institut de Washington (WINEP), a déclaré au Jerusalem Post qu’il pensait que la visite « reflète que c’est l’un des premiers dirigeants arabes à rendre visite à la Maison Blanche – même si six mois après sa prise de fonction -. Ainsi Biden veut signaler son soutien au Royaume hachémite, considéré comme un allié pro-américain.
David Makovsky, WINEP (Washington Institute for Near East Policy)
« Bien que les liens de sécurité restent excellents, je suis sûr que l’administration espère que les liens personnels s’amélioreront dans l’ère post-Netanyahu entre les dirigeants de la Jordanie et d’Israël », a déclaré Makovsky.
Les tensions, cependant, étaient encore évidentes lors de la visite de Lapid avec Safadi concernant les points de conflit entre les deux pays : le Mont du Temple, Jérusalem et les implantations en Judée-Samarie (Cisjordanie).

Le rôle d’Amman sur le Mont du Temple

La Jordanie entretient une relation spéciale avec le mont du Temple –qui est le premier lieu saint du Judaïsme. Il est également connu sous le nom d’al-Haram al-Sharif – troisième site le plus saint de l’Islam. Le Royaume hachémite a la responsabilité de sa garde.
La Jordanie craint qu’Israël ne veuille changer le statu quo sur le mont du Temple, qui n’autorise que le culte musulman tout en interdisant la prière juive.
Selon l’agence de presse Jordan News, Safadi s’est entretenu avec Lapid de la nécessité de préserver le statu quo du Mont du Temple. Il a exhorté Lapid à ne pas autoriser l’expulsion de Palestiniens du quartier de Shimon Hatzadik/ »Sheikh Jarrah » à l’Est de la Capitale, Jérusalem, avertissant que ce serait (considéré comme) un crime de guerre.
Safadi a également souligné l’importance d’une solution à deux États au conflit israélo-palestinien sur la base des lignes d’avant 1967 avec une cession de Jérusalem-« Est » comme capitale palestinienne.
L’ancien gouvernement Netanyahu s’était opposé à toute résolution à deux États basée sur les lignes d’avant 1967, tandis que l’ancien Premier ministre Ehud Olmert avait soutenu ce cadre de base.

Un gouvernement idéologiquement divisé sur la question

Le gouvernement de Bennett est composé de partis qui soutiennent (Centre-gauche) et s’opposent (Yamina, Nouvel Espoir) à un arrangement à deux États basé sur les lignes de 1967. Bennett lui-même est opposé à un État palestinien, tandis que Lapid y est favorable, mais aucun des deux ne veut un État palestinien sur les lignes de 1967.
Malgré les velléités et déclarations officielles, la fin de règne de Mahmoud, avec la contestation qui agite Ramallah et Hébron, Le Hamas ou les hommes de  Dahlan qui menacent le Fatah de prise de pouvoir dans la rue, ce mandat n’apparait pas favorable à ce type d’accord…
.
Maariv a contribué à ce reportage.

 

Laisser un commentaire