Une explosion vise le cargo Tyndall anciennement israélien

Publié par

Un cargo d’origine israélienne touché dans l’Océan Indien est endommagé

Responsables de la sécurité israélienne : l’Iran est à l’origine de l’attaque contre le navire.

Un navire appartenant à des Israéliens touché par une explosion dans la voie navigable stratégique du golfe d'Oman est aperçu après son arrivée dans un port de Dubaï, aux Émirats arabes unis (crédit photo : REUTERS/ABDEL HADI RAMAHI)
Un autre navire appartenant à des Israéliens touché par une explosion dans la voie navigable stratégique du golfe d’Oman. On l’aperçoit après son arrivée dans un port de Dubaï, aux Émirats arabes unis
(crédit photo : REUTERS/ABDEL HADI RAMAHI)

Victime collatérale du sabotage de Karaj?

Une « arme inconnue » touche un cargo ayant appartenu à des Israéliens, dans le nord de l’océan Indien. Elle a provoqué un incendie à bord du navire, a  rapporté samedi soir le site d’information Al-Mayadeen lié au Hezbollah .
Selon le reportage – qui selon Al-Mayadeen semblait fondé sur des « sources fiables » – : « le navire « israélien » était ancré dans le port de Djeddah (Arabie Saoudite) avant de se diriger vers la côte des Emirats ». Il ajoute que « personne n’a revendiqué cet attentat jusqu’à présent. »
La source a également évoqué une opération de sabotage, menée le mois dernier : l’un des bâtiments de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (IAEO) près de Karaj, aurait subi d’importants dégâts.

De fortes suspicions d’un coup des Iraniens

La Douzième chaîne a identifié le navire comme étant le Tyndall, un cargo battant pavillon libérien. Le navire a appartenu en partie à l’homme d’affaires israélien Eyal Ofer. Mais le porte-parole de la compagnie a affirmé qu’Ofer avait vendu le bateau. Des sources israéliennes affirment que l’équipage du navire n’est pas israélien.
Une source de la compagnie maritime Zodiac appartenant à l’homme d’affaires israélien Eyal Ofer a par la suite nié la propriété du navire. S’adressant à Reuters, un responsable de la société a déclaré que le CSAV Tyndall avait été vendu après l’attaque de l’un des navires de la flotte de fret de la société par l’Iran il y a quelques mois. Si l’Iran est responsable de cette dernière attaque, il a touché la mauvaise cible.
Des sources israéliennes ont affirmé que l’attaque constituait des représailles à l’attaque près de Karaj. Mais la cible aurait payé pour d’autres, sur une erreur d’identification.
Israël mène sa guerre entre-deux-guerres contre l’Iran depuis des années. Il se concentre sur les convois d’armes de l’Iran au Hezbollah en Syrie. Mais, selon des rapports étrangers, Israël a commencé à attaquer des navires transportant des armes et du pétrole iraniens en Méditerranée à partir de 2019.

Une guerre navale de moins en moins secrète

Plusieurs navires israéliens et iraniens ont été endommagés en pleine mer dans la guerre maritime secrète entre les deux pays. Selon des reportages étrangers, Israël a frappé des pétroliers et des navires transportant du pétrole et des armes vers le Hezbollah. Plusieurs navires appartenant à des Israéliens font également les frais d’attaques iraniennes dans l’océan Indien.
 Bien qu’il y ait eu des dommages, aucun n’a coulé [contrairement à certains navires-espions iraniens].
Vendredi, le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Aviv Kohavi, a fait allusion à une opération secrète israélienne contre l’Iran, lors de la remise des diplômes du cours d’officiers de Tsahal à Bahad 1. Il a expliqué qu’Israël a affaire à six arènes, y compris au cours des 11 derniers jours de conflit avec la bande de Gaza, comme lors des tirs de roquettes depuis le nord.« Tsahal a même déjoué un passage de drone iranien vers Israël », a t-il précisé.
« Quiconque essaie de nuire à l’État d’Israël sait que toute activité offensive ennemie, proche ou lointaine, subira des représailles significatives, ouvertes ou secrètes », a averti Kohavi. « C’est ainsi que nous nous sommes comportés dans le passé, et c’est ainsi que nous nous comporterons à l’avenir ».

Laisser un commentaire