Les USA s’inspirent de la doctrine israélienne de guerre entre les guerres

Publié par

Les États-Unis tentés d’adopter les tactiques israéliennes de Guerre entre les guerres contre les séides de l’Iran

Les Etats-Unis semblent bien conscients de l’efficacité de la campagne qu’Israël mène contre les ennemis qui l’entourent de toutes parts.

Une technique guerrière d’Israël a principalement attiré l’attention des Américains. Et apparemment l’administration actuelle l’adopte de tout cœur : c’est la « guerre entre les guerres », conçue par Israël, avec l’intention de reporter autant que possible la nécessité de se lancer dans une campagne militaire importante et coûteuse, non seulement en argent mais en vies humaines de ses soldats.

Dans la campagne actuelle, Israël répond immédiatement. Pas question de laisser la menace se développer. Tsahal sait qu’éviter de causer des dommages à l’autre partie lui laissera l’initiative, et, finalement, la situation se détériorera s’il ne répond pas réellement.

Les Etats-Unis observent et apprécient probablement que ce qui est bon pour Israël, au Moyen-Orient, et même qui fonctionne bien, le sera probablement aussi pour eux !!!

Les États-Unis ont récemment lancé des frappes aériennes contre des milices soutenues par l’Iran en Syrie et en Irak. Ces raids reflètent le plan du gouvernement visant à empêcher les hommes armés et Téhéran de mener ou de soutenir de nouvelles attaques contre les forces ou les installations américaines. Les États-Unis se prémunissent ainsi de devoir lancer une offensive militaire à grande échelle, disent les responsables.

Répliques immédiates

Le Washington Post, cité par des responsables, a salué la décision du président américain Joe Biden, dimanche dernier, d’effectuer des frappes aériennes contre les milices iraniennes en Irak et en Syrie. Cette action a montré comment l’administration se prépare à faire face aux attaques contre les forces et les installations américaines dans la région.

يدعو لعدم التصعيد .. يستهدف توالت اق ار | L'angle est désactivé

Selon des responsables, « les États-Unis répondront par la force, même si l’armée américaine n’enregistre pas de morts ou de blessés ».

« Nous avons la responsabilité de prouver qu’une attaque contre des Américains a des conséquences, que ces attaques fassent ou non des victimes », a déclaré un haut responsable de l’administration au journal. « Si nous sommes attaqués, nous répondrons« .

Ce message, transmis à l’Iran par la voie diplomatique, représente un changement dans la politique de l’ère post-présidentielle de Donald Trump, selon le journal.

Une intensification de la politique précédente?

Sous Trump, qui a espéré à plusieurs reprises, faire sortir les forces américaines du Moyen-Orient, Washington a tracé une nouvelle ligne rouge : toute tentative de blesser des civils ou des militaires américains conduira à une réponse militaire américaine.

Les responsables de l’administration Biden pensent que la politique américaine n’a pas fait assez pour dissuader la vague d’attaques de missiles « non létales » contre les installations américaines en Irak. Celles-ci ont considérablement augmenté en 2019 et 2020. Selon le journal, cette intensification résulte aussi du retrait de l’administration Trump de l’accord nucléaire iranien et de l’imposition de lourdes sanctions économiques contre Téhéran.

Dissuasion ou engrenage?

La nouvelle politique, conçue pour dissuader les attaques meurtrières et non létales, soulève des questions sur ce qui empêchera les attaques réciproques de devenir incontrôlables. Comment de tels affrontements font-ils progresser l’objectif ultime de l’administration Biden de retirer les forces américaines du Moyen-Orient ?

ا ييرانية تيرانية ا العراق ..

« Nous répondrons, et en conséquence, nous voulons nous assurer, autant que possible, frapper des cibles liées aux départs d’attaques contre nous », a déclaré le journal, citant un haut responsable américain.

Les trois attaques menées par des avions de l’US Air Force dimanche dernier visaient des installations de stockage d’armes utilisées par les bataillons irakiens du Hezbollah et les bataillons Sid al-Shuhada, selon le département américain de la Défense (Pentagone).

Mais le cycle se poursuit…

D’autre part, les milices ont tiré des missiles sur les forces américaines en Syrie lundi, apparemment en représailles aux frappes aériennes américaines.

Mardi, une source militaire américaine a déclaré qu’environ 34 missiles avaient été tirés lors de l’attaque, mais aucune victime n’a été signalée.

شش ششبييي يي يييييي

Laisser un commentaire