L’Arabie prête à sauter dans le train de la paix avec Israël

Publié par

L’Arabie saoudite prêt à embarquer dans le train de la paix dans le Golfe avec Israël

Des Saoudiens enthousiasmés par la visite de Lapid

Une chronique, publiée le 1er juillet par Asharq Al-Awsat , donne des indications d’un revirement politique radical à Riyad. Le journal basé à Londres, est proche de la maison royale saoudienne. Le royaume serait prêt à sauter dans le wagon de la paix entre les pays du Golfe et Israël

Les médias saoudiens ont couvert largement la visite, la semaine dernière, du ministre des Affaires étrangères Yair Lapid en République arabe unie et à Bahrein. C’est la première d’un ministre israélien signataire des accords d’Abraham. Elle est traitée comme un événement historique, note le chroniqueur. Le journal a fait la une avec une photo de Lapid soutenue par le drapeau israélien. Les chaînes de télévision ont commencé à inviter des experts israéliens à des talk-shows en direct. IIs les présentent souvent comme des experts « de Jérusalem ».

Des tabous qui tiennent depuis des décennies tombent, au fur et à mesure que les Saoudiens observent de près les relations commerciales en plein essor que leurs voisins entretiennent avec l’État juif.

L’économie d’abord, les Palestiniens plus tard

Les commentateurs saoudiens et arabes en viennent à croire que le prince héritier Mohamed bin Salman reconnaît déjà que Riyad est laissé pour compte, alors que le pays s’accroche à une politique dépassée, qui lie la reconnaissance d’Israël au conflit palestinien. Cette position de ni-guerre-ni paix est devenue sans issue.

MBS s’est depuis longtemps rendu compte que l’économie basée sur les revenus du royaume ne peut plus soutenir une population de 35 millions en pleine expansion.

La diversification des échanges est la voie à suivre, comme l’ont déjà montré les Emiratis. Pour se diversifier en tant que plaque tournante des services, du tourisme et du commerce, l’Arabie Saoudite devra également éviter les conflits et nouer de bonnes relations.

Il est temps de choisir son camp

Le prince héritier comprend qu’il doit choisir son camp entre les deux blocs qui émergent rapidement au Moyen-Orient.

  • L’un dirigé par les États arabes et Israël sur la base de leurs relations de paix en tant que moteur puissant pour générer de la richesse et de la prospérité pour leurs peuples,
  • et l’autre, dirigé par l’Iran et son objectif de développer une arme nucléaire et une agression alors que sa population a faim.

PS : il n’en demeure pas moins que les commentateurs évoquent fréquemment les réticences de la Cour sous la gouverne du Roi Salman, quelle que soit l’impatience « économique » de l’héritier Mohamed. On tend à considérer qu’il faudra attendre le passage du flambeau pour entrer dans une nouvelle ère. Abbas, les Jordaniens et d’autres ont besoin d’une alternative pour exister aux yeux du Hamas, sous l’égide de l’Iran, de la Turquie et du Qatar, d’où le maintien, même fictif, de la « solution saoudienne »… Le prestige compte autant que la réussite économique.

Saudi Arabia moves towards the Gulf peace train with Israel

Un commentaire

Laisser un commentaire