Jérusalem : Affrontements à Shimon Hatzadik sur fond de tensions persistantes

Publié par

Les médias palestiniens ont rapporté que les habitants du quartier ont tiré des feux d’artifice sur les forces de sécurité israéliennes lors des affrontements dans le quartier.

Par TZVI JOFFRE   21 JUIN 2021 07:29

   

Un garde-frontière israélien se bagarre avec un manifestant palestinien lors d'affrontements dans un contexte de tensions persistantes avant une prochaine audience devant le tribunal dans le cadre d'un différend foncier israélo-palestinien dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, le 3 mai 2021. (Crédit photo : REUTERS/AMMAR AWAD )

Un garde-frontière israélien se bagarre avec un manifestant palestinien lors d’affrontements dans un contexte de tension persistante avant une audience à venir dans le cadre d’un différend foncier israélo-palestinien dans le quartier de Shimon Hatzadik/Sheikh Jarrah à l’est de Jérusalem, le 3 mai 2021.(crédit photo : REUTERS/AMMAR AWAD)

Les affrontements se sont poursuivis dimanche dans le quartier de Shimon Hatzadik/Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes, en pleines tensions persistantes entourant l’expulsion prévue de dizaines de familles palestiniennes du quartier. Les médias palestiniens ont rapporté que des Palestiniens du quartier ont tiré des feux d’artifice sur les forces de sécurité israéliennes lors des affrontements dans le quartier. Des renforts des forces de sécurité israéliennes auraient été envoyés dans le quartier pour affronter les émeutiers palestiniens.

Samedi, des Israéliens juifs et des Palestiniens se sont affrontés à Shimon1 Hatzadik/Sheikh Jarrah, les médias palestiniens rapportant que les Israéliens avaient attaqué les maisons des résidents arabes du quartier, déclenchant des affrontements entre les deux parties. Malgré les informations, des séquences vidéo publiées par le parti Otzma Yehudit montraient des résidents juifs assis autour d’une table alors que des Palestiniens leur jetaient des chaises et d’autres objets avant que les résidents juifs ne rejettent les chaises en arrière.

Les tensions dans le quartier de Sheikh Jarrah ont commencé en mai après que le tribunal de district de Jérusalem a rejeté un appel contre une décision d’expulser de leurs maisons un certain nombre de résidents palestiniens du quartier. Le tribunal a jugé que les résidents actuels n’avaient pas payé le loyer requis depuis de nombreuses années et n’avaient pas été en mesure de réfuter les revendications des Israéliens juifs sur la propriété.

Les tensions entourant les expulsions, ainsi que la poursuite des affrontements entre les forces israéliennes et les Palestiniens sur le mont du Temple, ont atteint leur paroxysme le jour de Jérusalem, lorsque le Hamas a tiré des roquettes en direction de Jérusalem, déclenchant l’opération de Tsahal « Gardien des Murs », d’une durée de 11 jours. Malgré un cessez-le-feu qui a mis fin au conflit, ces derniers jours, des terroristes palestiniens dans la bande de Gaza ont renouvelé les tirs de ballons incendiaires vers Israël, déclenchant plusieurs incendies. L’armée israélienne a mené de multiples frappes aériennes à Gaza en représailles.

De plus, dimanche soir, des émeutiers se présentant comme des « unités de confusion nocturne » (semblables aux unités de la bande de Gaza) ont brûlé des pneus et fait du bruit près de l’avant-poste d’Evyatar à l’extérieur de Beita en Cisjordanie pour la deuxième nuit consécutive, selon les médias palestiniens.

Les émeutiers ont déclaré aux médias palestiniens qu’ils avaient brûlé les pneus afin que la fumée et l’odeur du caoutchouc dérangent les « colons » (résidents des implantations) dans l’avant-poste. Les émeutiers utilisent également des lumières laser pour clignoter sur l’avant-poste, ainsi que des cocktails Molotov et des bruits assourdissants.

Les images de la scène montraient de grands incendies le long des collines près d’Evyatar. Le principe est que l’autorité reste à la loi et, en l’occurrence, à l’armée, qui a rejeté l’appel contre le démantèlement, considérant cet avant-poste comme illégal : « L’avant-poste d’Evyatar a été établi illégalement. Tout a été fait en violation totale de la loi et sans aucun accord de propriété ou de planification », a écrit le commandement central de Tsahal. Les terrains appartiennent aux villages environnants et n’avaient été saisis que pour des besoins de sécurité.

Les forces de sécurité israéliennes affrontent des Palestiniens lors d’une manifestation contre l’avant-poste d’Evyatar, à Beita, près de la ville sous autorité palestinienne de Naplouse, le 18 juin 2021. (Nasser Ishtayeh/Flash90)

Evyatar a déjà été rasé plusieurs fois depuis sa construction en 2013 après le meurtre d’Evyatar Borovsky, un habitant d’Yitzhar, acteur populaire travaillant auprès des enfants, lors d’une attaque au couteau à Tapuah Junction.

Evyatar Borovsky

Le coût estimé de la destruction d’une cinquantaine de bâtiments dans l’avant-poste illégal est d’environ 10 millions de shekels (3 millions de dollars), ont déclaré des responsables de la sécurité à la Douzième chaîne la semaine dernière.

Un commentaire

  1. Bambi
    J’aurais utilisé le nom hébraïque Shimon Hatsadik (Sheikh Jarrah). Pourquoi faire comme la presse étrangère, anti-israélienne ?
    De même : « à Jérusalem » et non « Jérusalem-est »

Laisser un commentaire