USA : Ces Juifs qui effacent Israël et le peuple juif

Posted by


Les alter-juifs

La tentative juive d’annuler Israël et le peuple juif

PAR NATAN SHARANSKY ET GIL TROY 16 JUIN 2021

Suggéré par Danielle Khayat

Concepteur inconnu, publié par Tsenroizdat (Maison d'édition centrale pour les peuples de l'URSS, 1924-1931)/Archives Blavatnik

« Der khazer iz undzer hoypmashin af tsu prutsirn fleysh in di noeyntste yorn ! » (« Le porc est notre principale machine pour la production de viande dans les années à venir !’) — Affiche en yiddish faisant la promotion de la campagne du Commissariat du peuple à l’agriculture pour le développement de l’industrie de la viande soviétique CONCEPTEUR INCONNU, PUBLIÉ PAR TSENROIZDAT (MAISON D’ÉDITION CENTRALE POUR LES PEUPLES DE L’URSS, 1924-1931)/ARCHIVES BLAVATNIK

En mai, lorsque des Israéliens ont été attaqués par des missiles du Hamas depuis Gaza, les critiques de certaines voix au sein de la communauté juive américaine ont semblé non seulement plus intenses, mais catégoriques, passant très rapidement à la mise en cause de ce qu’Israël a fait à ce qu’est Israël. Dans de nombreuses cathédrales d’État bleues (couleur démocrate), il ne suffisait plus que les critiques se disent « pro-israéliens » et « pro-paix » ou affirment leurs références sionistes tout en fustigeant Israël pour des méfaits réels ou supposés. Faisant écho au discours sur la justice sociale, des dizaines de chercheurs en études juives et israéliennes ont défini le sionisme comme « un ensemble diversifié d’idéologies ethnonationalistes liées… façonnées par les paradigmes coloniaux des colons… qui présupposaient l’idée d’une hiérarchie entre les civilisations » et « ont contribué à des systèmes injustes, durables et insoutenables de suprématie juive », tandis que la l’Association des étudiants juifs en Droit de CUNY (Université de New York) a exigé de manière concise « un droit palestinien au retour, une Palestine libre et juste du fleuve à la mer, et la fin de la Nakba en cours ». Ce langage déniait effectivement la nécessité d’un État juif, déclarant ainsi la guerre non seulement à l’existence d’Israël mais au judaïsme moderne tel que nous le connaissons.

Au sein de la communauté juive américaine, cette montée de l’antisionisme vise ouvertement le large consensus sioniste que le monde juif a développé après la Shoah et la fondation de l’État d’Israël, ainsi que le consensus sur le droit à l’existence après les années 1990, embrassant la cause d’Israël et l’expérience sioniste en tant qu’élément central et structurant de la vie juive et principaux ciments de construction identitaire. Certes, les Juifs antisionistes sont une petite fraction de la communauté juive américaine, largement dépassée en nombre par les sondages montrant que 70 à 80 % de la communauté juive américaine soutient l’existence d’Israël en tant qu’État juif. Mais à une époque où  85 % des Juifs américains disent aussi qu’il est « important » ou « très important » pour eux de « défendre les marginalisés ou les opprimés », il n’est pas étonnant que pour de nombreux Juifs américains, en particulier ceux qui occupent l’espace public, Israël soit devenu le boulet et la chaîne au pied qui met en danger leur statut de bons progressistes. Il n’est pas, non plus, surprenant que cette menace pour leurs identités chéries de « progressistes » se heurte à une fureur correspondante qui ne laisse aucune place à un argument raisonné sur des politiques ou des actions israéliennes spécifiques.

Les antisionistes savent exactement ce qu’ils font et ce qu’ils détruisent. Ils essaient de démêler le judaïsme du nationalisme juif, le sens du peuple juif, tout en annulant des décennies de construction identitaire. En répudiant Israël et le sionisme, des centaines d’employés juifs de Google ont rejeté ce  qu’ils appellent  « l’amalgame entre Israël et le peuple juif ». Les voix enflammées des opposants juifs à Israël et au sionisme sont à leur tour amplifiées par une superstructure progressiste militante qui pose maintenant un verrou idéologique sur le discours dans les universités américaines, l’édition, les médias et les professions qui respectaient autrefois l’accent porté par la communauté juive américaine sur le sionisme américain, les constructions du peuple axées sur l’identité juive.

Nous appelons ces critiques des « non-juifs » (ou des négateurs de leur judéité) parce qu’ils croient que la seule façon de remplir la mission juive de sauver le monde avec les valeurs juives est de défaire la manière dont la plupart des Juifs fondent leur judéité. Ce ne sont pas des ex-juifs ou des alter-juifs, car beaucoup d’entre eux sont et restent profondément ancrés dans le judaïsme, malgré leur grave dissidence. De nombreux de ces alter-juifs sont actifs dans des formes de leadership juif, dirigent des départements d’études juives, parlent depuis des chaires rabbiniques, organisent des dîners de Shabbat. Pour beaucoup de ces alter-juifs, la mise en scène publique et communautaire de leurs croyances anti-israéliennes et antisionistes semble être l’insigne d’une forme supérieure de judaïsme, dépouillé de son bagage « ethnocentrique » et « colonialiste » peu recommandable et contraire à l’éthique.

En lançant cette tentative, ces antisionistes rejoignent une longue histoire de ces Juifs de la haine de soi, qui se sont frayés un chemin au plus profond de la tradition et ont tenté d’affaiblir idéologiquement l’identité juive de l’intérieur en annulant un pilier central de l’identité juive contemporaine, dans le cadre de ce que ils s’imaginent être un engagement plus large pour la libération du monde. Ce phénomène des alter-juifs a émergé le plus radicalement chaque fois que les Juifs ont cherché à se joindre à des non-Juifs pour faire avancer les idées typiquement juives d’amour fraternel, d’égalité et de justice sociale, détachés de leur contexte juif et de leurs systèmes de livraison juifs (historiquement, le plus triomphant de ces mouvements non-juifs étant le christianisme).

Il y a un siècle, alors que le sionisme était encore un mouvement marginal et qu’il n’y avait pas d’Israël, les Juifs avaient néanmoins un sens aigu de la solidarité juive, du peuple. La base de ce dont nous nous souvenons comme le shtetl était la kehilla, la riche infrastructure communautaire juive multidimensionnelle.

Ces Juifs qui voulaient rejoindre la révolution communiste mondiale pour changer le monde ont estimé qu’ils devaient faire leurs preuves en dénonçant leur peuple vivant encore dans leurs shtetls, leurs petites communautés juives cloîtrées. Un archétype de ce radicalisme juif était la marxiste allemande Rosa Luxemburg

Emportée par ce que l’on pourrait appeler la théorie critique des classes de son époque, voyant le monde entier à travers le prisme marxiste de la lutte des classes dans l’espoir d’apporter l’égalité à tous, Luxemburg, comme de nombreux Juifs de son époque, était heureuse de se débarrasser de son particularisme pour réaliser sa vision universelle.

En 1917, son amie Mathilde Wurm pleure les pogroms menaçant leurs compatriotes juifs. « Je n’ai pas de place dans mon cœur pour la souffrance juive », s’est  exclamée Luxemburg . « Pourquoi me harcelez-vous avec des problèmes juifs ? Je me sens plus proche des misérables victimes des plantations d’hévéas de Putumayo ou des Noirs en Afrique… Je n’ai pas de coin séparé dans mon cœur pour le ghetto. Certains radicaux considéraient même les pogroms et autres explosions de dénigrement des Juifs comme des chapitres nécessaires de la « lutte des classes » – la naissance violente d’un monde nouveau et meilleur.

Ces Juifs suivaient les indications de Karl Marx lui-même. Dans son tristement célèbre essai de 1843 « Sur la question juive », Marx, le petit-fils d’un rabbin, a écrit : « Quelle est la religion mondaine du Juif ? Marchander. Quel est son Dieu mondain ? L’argent… En dernière analyse, l’émancipation des Juifs est l’émancipation de l’humanité du judaïsme.

Exécutée par des anticommunistes allemands en 1919, Luxemburg n’a pas vécu pour voir ce qui s’est passé lorsque ses nobles idées sur l’égalité ont été diffusées brutalement, sans idéaux d’équilibre, par des dictateurs et des États policiers. Alors que le communisme soviétique est devenu plus répressif après la révolution bolchevique, il a naturellement recruté des alter-juifs pour tourmenter leurs anciens coreligionnaires. L’Evreyskaya Sekcia – la section juive du Parti communiste – s’est particulièrement réjouie de libérer les Juifs des entraves de la religion, du peuple, de la communauté, de la tradition. Estimant que leurs communautés traditionnelles étaient aussi lourdes pour eux, à peu près de la même manière que les Juifs Woke pensent qu’Israël est un fardeau pour eux aujourd’hui, ces communistes juifs ont détruit les synagogues et les cheders (classes de Yeshivot) dans lesquels ils avaient été élevés pour faire avancer l’idée juive de justice sociale qu’ils avaient d’abord rencontrés dans ces espaces.

En fin de compte, le feu de la révolution a également consumé ces alter-juifs : Josef Staline a tué beaucoup d’entre eux, après leur avoir fait faire son sale boulot. Certains des survivants ont vécu assez longtemps pour voir leurs idéaux s’effondrer dans les décombres de la répression dictatoriale, y compris la haine des Juifs, qui a ramené nombre de leurs enfants et petits-enfants au sein du peuple juif que les fondateurs cherchaient à détruire afin de construire leur monde meilleur.

Les révolutionnaires soviétiques n’ont pas été les premiers alter-juifs à se livrer à l’automutilation messianique – coupant une partie essentielle de l’identité juive contemporaine afin de rejoindre le mouvement du moment pour reconstruire l’humanité sur des bases plus équitables et plus justes. Tout au long du Moyen Âge, les Juifs désireux de sauver le monde en diffusant l’enseignement de Jésus sur la paix et l’amour fraternel ont souvent intimidé leurs compatriotes juifs pour qu’ils abandonnent leurs superstitions égoïstes et se joignent à eux dans cette croisade d’amour. Les vrais persécuteurs d’origine juive de leurs compatriotes juifs comme Pablo Christiani de la dispute (disputation) de 1263 à Barcelone et Geronimo de Santa Fe de la dispute de 1413-14 à Tortosa se sont convertis. Mais leur connaissance intime de la théologie juive et du Talmud, et le zèle avec lequel ils ont tourné la connaissance contre les autres Juifs, suggèren-t à la fois qu’ils ont travaillé dur pour se prouver à eux-mêmes leur nouvelle confession à l’égard de leur commun0auté d’origine, mais aussi qu’ils n’étaient pas entièrement parvenus à rompre leurs amarres ancestrales…

RAMBAN x FREI PABLO CHRISTIANI - DEBATE
Disputation entre Pablo Christiani et Ramban

Comme les communistes, ces fanatiques médiévaux avaient en effet absorbé les enseignements juifs essentiels, tout en rejetant les contradictions apparentes qui donnaient en fait leur force à leurs anciennes croyances. Les fanatiques de l’amour, de l’égalité, de la justice sociale ont besoin de contre-pouvoirs idéologiques pour tempérer leur extrémisme. Les dualités du judaïsme, ses paradoxes apparents équilibrant universalisme et particularisme, liberté et identité, ou, en termes actuels, libéralisme et nationalisme, ont souvent fonctionné comme des freins idéologiques, empêchant les puristes d’aller trop loin dans une idée, aussi noble soit-elle. L’esprit totalitaire ne peut pas supporter la tension – et peut tuer des gens qui semblent faire obstacle à la marche du dictateur vers l’amour, l’égalité ou la justice ; l’esprit démocratique – et l’esprit juif traditionnel – se plaît à résoudre les dilemmes, sans ni adopter complètement ni rejeter aucun des deux pôles.

L’affrontement entre les fanatiques du progrès – ou ce que certains ont décidé qu’était le progrès – et le traditionalisme juif remonte aussi à l’époque des anciens.

Il y avait beaucoup de Juifs à l’époque grecque et romaine qui voulaient faire avancer ces civilisations attrayantes, qui semblaient donner naissance à un avenir meilleur. Le panthéon romain des dieux semblait tellement plus majestueux, plus mondain, que le seul Dieu jaloux des Juifs. Ces rebelles seraient heureux de garder Jérusalem et d’autres sites juifs comme reliques alors qu’ils marchaient sur la route d’un avenir meilleur, soutenus par le pouvoir impérial des légions romaines.

L’un des généraux romains qui a contribué à raser Jérusalem et à détruire le Second Temple a peut-être été le premier non-juif. Tiber Aexan-dre, l’Apostat, Tiberius Julius Alexander, le neveu du principal philosophe juif Philon, « n’est pas resté an*cré dans ses coutumes ancestrales », selon les mots de l’historien de l’Antiquité Flavius Josèphe, un général juif qui a lui-même rejoint la cause romaine. A l’époque, comme aujourd’hui, ces Juifs agaçants ont insisté pour garder leur ghetto, leur État ethnonationaliste, si vous voulez, et ont rejeté les symboles de l’empire multiculturel plus mondain de Rome.

Les historiens ne savent finalement pas grand-chose sur Tibère Alexandre. Ce que nous savons, c’est que malgré ses racines juives, il était soucieux d’aider le monde à se civiliser comme Rome – et il a déchaîné les légions romaines contre les Juifs d’Alexandrie lorsqu’il était préfet d’Égypte de 66 à 69 EC. Tout cela le préparait à son plus grand crime contre son peuple, servant en tant que commandant en second de Titus en 70 EC lorsque le siège de Jérusalem a plongé son propre peuple dans l’exil pendant près de 2000 ans.

Les alter-juifs d’aujourd’hui restent aussi attachés à certaines parties de leur héritage juif, aussi consternés par d’autres parties et aussi soucieux d’être acceptés que leurs prédécesseurs. Leur projet de destruction n’implique pas la conquête du Temple au nom de la civilisation ou la conversion des Juifs au christianisme. Au lieu de cela, ils divorcent de l’État démocratique d’Israël au nom de la démocratie et de la justice sociale. Les guerriers de la justice sociale d’aujourd’hui font la guerre à Israël de la même manière que les communistes soviétiques ont fait la guerre au peuple juif et à ses institutions.

Cet assaut va bien au-delà des « étreintes et de la lutte » ou « d’oser poser des questions difficiles » ou de donner à Israël « un amour qui châtie bien ». Nos objections à ces nouvelles attaques ne sont pas des tentatives pour esquiver les dilemmes difficiles dont nous devons débattre concernant la paix et la guerre, la proportionnalité et la moralité, les valeurs juives et démocratiques – ou l’occupation, les droits conflictuels et les frontières défendables. Nous connaissons intimement les nombreux efforts déployés par l’establishment politique et militaire d’Israël pour maintenir sa boussole morale. Nous souhaitons qu’il y ait plus de forums – comme un Parlement juif mondial  – où les Israéliens pourraient discuter de ces dilemmes et d’autres avec les Juifs du monde.

Mais nous ne pouvons avoir ces débats que si nous avons de l’empathie les uns pour les autres et que nous sommes prêts à prendre soin les uns des autres. En fin de compte, un dialogue large et accueillant est important. Mais ceux qui sont déterminés à nier l’essence du peuple juif sont rarement intéressés par le genre d’échange respectueux et mutuel qui nous construit tous. Au contraire, ils sont déterminés à détruire la force la plus puissante qui nous a maintenus ensemble en tant que peuple à travers les âges – et sans laquelle eux aussi, paradoxalement, dépériront.

tabletmag.com

One comment

Laisser un commentaire