Le Manuel bleu contre l’antisémitisme et la désinformation : quelques vérités

Publié par

‘LE MANUEL BLEU’ – GRATUIT ET EN LIGNE ! 

‘Le Manuel bleu contre l’antisémitisme et la désinformation’ est désormais accessible à toutes et tous en un clic. Et c’est gratuit ! Pour le lire, le télécharger ou l’imprimer, il suffit de se rendre sur le site :  https://manuelbleu.netlify.app/ 

Fruit de recherches approfondies, d’une sélection réfléchie de l’info, d’une vérification méticuleuse des sources, d’une prise en considération des questions que se posent divers publics, le MANUEL BLEU est avant tout un outil instructif et explicatif. Il est clair, concis et basé uniquement sur des données historiques et factuelles irréfutables. 

En sus de ce qu’il faut savoir à propos du judaïsme, du sionisme, de la désinformation et du racisme anti-juif, le MANUEL BLEU propose des conseils juridiques, des actions citoyennes à mener, des moyens techniques de lutter contre la désinformation dans les médias et sur les réseaux sociaux, des adresses utiles. 

Devenu malheureusement indispensable, le MANUEL BLEU, est désormais accessible en ligne, à titre entièrement gratuit. Alors, lisez-le !  Mais aussi, diffusez-le autour de vous !

———–

Extrait de la semaine

Dans la mêlée des débats et analyses se rapportant à l’antisémitisme et à l’antisionisme, on perd parfois de vue l’énoncé de base sans la prise en compte duquel tout débat est stérile, et toute analyse vaine. Voici quelques éléments de cet énoncé.

Quelques vérités

1. Israël est la seule démocratie du Moyen-Orient et le seul état à garantir liberté d’expression et liberté de culte à tous ses ressortissants sans exception.

2. Ce n’est pas parce qu’Israël occupe des territoires que ses ennemis lui font la guerre. C’est parce que ses ennemis lui font la guerre qu’Israël occupe des territoires.

3. Israël n’a ni l’intention, ni les moyens d’annihiler le monde musulman dont une partie se dote des moyens et a l’intention déclarée d’annihiler Israël.

4. L’infime quantité d’encre accordée aux opinions et informations en faveur d’Israël équivaut à celle nécessaire pour dessiner la carte de ce pays.

5. Aucune cause si juste soit-elle ne peut justifier le recours au terrorisme ou toute incitation à la violence.

6. Enfants palestiniens jetant des pierres. La reine Silvia de Suède, créatrice de la Fondation mondiale pour l’enfance, et les principales organisations de protection de l’enfance, ont formellement dénoncé l’utilisation des enfants palestiniens dans les émeutes.

7. Blocus de Gaza. Il y a un blocus maritime et aérien appliqué par Israël en conformité avec le droit international, de par sa nécessité sécuritaire. Mais il n’y a pas de blocus terrestre. En sus de l’eau potable, de l’électricité, des réseaux et moyens de télécommunications fournis inconditionnellement par Israël, Gaza est journellement approvisionnée par camions en marchandises, produits alimentaires, médicaments, matériaux de construction. Et ce bien que le Hamas détourne une grande partie de ces matériaux pour la construction de tunnels et la production d’armement destinés à attaquer Israël. Des centaines d’enfants et patients graves de Gaza sont régulièrement traités dans les hôpitaux israéliens (comme l’ont été, en novembre 2013, la petite-fille du chef du gouvernement du Hamas, Ismaïl Haniyeh, puis sa fille en octobre 2014).

8. Implantations. Tel que stipulé dans les accords d’Oslo, le problème des implantations est à régler à la phase dite de ‘statut définitif’. Elles ne sont donc pas en infraction à l’accord, ni à aucune phase de la négociation de cet accord. Les unités additionnelles qui s’y construisent correspondent à une croissance démographique naturelle de ces localités.

9. Mur de sécurité. Depuis sa construction suite à la vague d’attentats de 2002, le nombre de victimes du terrorisme a baissé de plus de dix fois (aucun attentat sur le sol israélien en 2009 et 2010). Cette baisse contribue pour beaucoup à l’effort d’apaisement des tensions. La partie en béton représentant moins de 20% et le reste étant entrecoupé de points de passage, il s’agit principalement d’une barrière et non d’un mur.

10. C’est en Israël que vit la plus grande concentration de réfugiés du Moyen-Orient : celle des réfugiés juifs (mais aussi non-juifs) venus du monde entier.

Ceux qui contestent ces vérités pour leur opposer les mensonges dont nous avons parlés au cours de cette étude sont-ils de mauvaise foi ? Et nécessairement antisémites ? Ou certains ont-ils juste l’esprit déformé par le matraquage ? Le problème est de savoir s’ils sont encore capables d’écouter cet autre qu’ils ont tant diabolisé.

Participez à la diffusion du Manuel bleu auprès du public juif (synagogues, mouvements de jeunesse, institutions…) aussi bien que non-juif (étudiants, décideurs, journalistes). Offrez-le à vos amis et à vos proches. Concernant les associations ou les institutions, il est possible de commander des exemplaires « personnalisés », avec le logo de l’institution et une préface de son président.

Ecrire à la maison d’édition. Par courrier : Editions Valensin – David Reinharc, 16 boulevard Saint-Germain, 75005 – Paris. Par mail : editions.valensin@gmail.com

————————————————————————————–

Voilà, Terre-des-Juifs achève ce périple de 17 semaines, comme une nouvelle traversée de la Mer Rouge derrière notre Guide, Raphaël Jerusalmy, par les affres et méandres de l’antisémitisme, de la désinformation (pléonasme? Qui dit l’un dit l’autre) à toutes les époques.

Depuis les temps éloignés du Roi Saül, 1500 avant l’ère commune, jusqu’à Boycott- Désinvestissement-Sanctions ou les encouragements aux lancers de missiles du Hamas dans les rues de Londres, Los Angeles ou Brooklyn, en mai 2021, ce périple historique et contemporain est une véritable épreuve de Vérité de tous les instants.

Simon de Trente, illustré par Giovanni Gasparro

Chaque fois, poussant la même « pierre de Sisyphe » (qui, pourtant n’était pas Juif!), il faut à nouveau déconstruire les mêmes stéréotypes éculés, accusations de crimes rituels de Juifs puisant le sang d’enfants pour fabriquer les matzot de Pessah, comme en 1144, l’affaire de Guillaume de Norwich, premier cas connu d’accusation de meurtre rituel contre les Juifs, jusqu’à l’affaire du Petit Mohamed Al-Dura 30 septembre 2000, à l’empoisonnement supposé des puits pendant la Peste, dont on vient d’entrevoir des remakes à l’occasion du dernier coronavirus, …

Ces mystifications recyclées, depuis l’Exil sous Titus et Tibère Alexandre, l’Apostat, en passant par Hadrien, qui rebaptise Jérusalem en Aelia Capitolina. Rome déclenche sans doute ainsi la révolte de Bar Kokhba, point d’orgue avant la chute des Hébreux, dans leur lutte héroïque, mais inégale contre les Empires. Il faudra attendre longtemps, jusqu’au retour à Sion, malgré divers mouvements messianiques et des implantations régulières d’isolats juifs à Sfat, Tibériade, Jérusalem, au cours des siècles et jusqu’à la fin du XIXème siècle, annonçant le rétablissement de l’Etat. C’est alors que les anciennes phases d’antijudaïsme et d’antisémitisme se métamorphosent en- « Nouvel Antisémitisme », alias « antisionisme »…

Inlassable combat, qu’on reprend comme au début, qui semble consubstantiel à une histoire sans fin, mais où le bien et le vrai devraient immanquablement triompher, signifiant « la fin des Temps » ?

Marc Brzustowski pour Terre-des-Juifs.com

Laisser un commentaire