Les Palestiniens menacent Abbas en cas de reprise des pourparlers de paix avec Israël

Posted by

L’avertissement survient après que des reportages ont émergé affirmant que l’Autorité palestinienne avait formé une équipe de négociation pour traiter avec le gouvernement dirigé par Bennett.

Par KHALED ABU TOAMEH   16 JUIN 2021 21:02

   

Les sympathisants du HAMAS à Gaza participent à une manifestation contre la décision du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas de reporter les élections législatives, la semaine dernière.  (crédit photo : IBRAHEEM ABU MUSTAFA/REUTERS)

Les sympathisants du HAMAS à Gaza participent à une manifestation contre la décision du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas de reporter les élections législatives, le mois dernier.(crédit photo : IBRAHEEM ABU MUSTAFA/REUTERS)

Les factions palestiniennes ont mis en garde mercredi l’Autorité palestinienne contre la conduite de négociations de paix avec le nouveau gouvernement israélien dirigé par le Premier ministre Naftali Bennett.
L’avertissement est venu en réponse à un reportage sur Channel 12 qui affirmait que l’Autorité palestinienne avait formé une équipe de négociation pour traiter avec le nouveau
gouvernement à la demande du président américain Joe Biden.

Selon le reportage, l’équipe de l’AP exigera qu’Israël revienne à la situation qui existait en Cisjordanie avant la deuxième Intifada. Cela signifie que Tsahal n’entrerait plus dans la zone A de Cisjordanie pour arrêter les Palestiniens soupçonnés d’être impliqués dans des activités terroristes.

L’équipe de négociation de l’Autorité palestinienne exigera également le contrôle de zones supplémentaires dans les zones B et C. Les accords d’Oslo signés par Israël et l’OLP ont divisé la Cisjordanie en trois zones de contrôle. La zone A est exclusivement administrée par l’Autorité palestinienne ; La zone B est administrée à la fois par l’Autorité palestinienne et par Israël ; et la zone C est administrée par Israël. Un haut responsable de l’AP à Ramallah a refusé de commenter le reportage de la Douzième chaîne. Le responsable a toutefois souligné que l’Autorité palestinienne avait informé l’administration Biden et certains pays arabes, dont l’Égypte et la Jordanie, de sa volonté de revenir à la table des négociations avec Israël sous l’égide du Quartet, composé des États-Unis, de la Russie. , Union européenne et Nations Unies.

« Nous pensons que nous pouvons travailler avec l’administration Biden en raison de son attitude positive envers la solution à deux États », a déclaré le responsable au Jerusalem Post. « La balle est désormais dans le camp du nouveau gouvernement israélien. ». Mardi, le Premier ministre de l’AP Mohammad Shtayyeh a souligné lors d’une réunion avec le Représentant spécial de la Norvège pour le
processus de paix au Moyen- Orient, Jon Hanssen-Bauer, l’importance de « créer une voie politique sérieuse qui mette fin à l’occupation et mène à l’établissement d’un État palestinien indépendant avec Jérusalem-Est pour capitale.

Les discussions sur la possibilité de reprendre les négociations de paix israélo-palestiniennes au point mort ont suscité de vives critiques de la part de deux factions d’opposition de l’OLP, le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et le Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP).

Le Hamas et le Jihad islamique palestinien, les deux groupes terroristes basés à Gaza, sont également opposés à la reprise des pourparlers de paix. Le responsable de l’OLP Ahmed Majdalani a déclaré qu’il ne voit pas de différence entre le nouveau gouvernement et celui de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu concernant la politique envers les Palestiniens et le processus de paix. « La tâche des Palestiniens devrait maintenant être de dénoncer le nouveau gouvernement israélien et ses mesures », a-t-il ajouté.

Tayseer Khaled, membre du comité exécutif de l’OLP et haut responsable du FDLP, a mis en garde la direction de l’Autorité palestinienne contre le risque de « retomber dans le piège de la politique de séduction pour combler le vide et parier sur la conclusion d’accords avec le nouveau gouvernement israélien ». Khaled a déclaré que le rapport sur la reprise possible des négociations israélo-palestiniennes lui rappelait la politique de l’ancienne secrétaire d’État américaine Hillary Clinton, « qui était basée sur le fait de tromper les Palestiniens et le monde en appelant à la poursuite du dialogue entre les deux parties et montrer au monde qu’un processus de paix est en cours sous les auspices des États-Unis.

Le responsable de l’OLP a mis en garde l’Autorité palestinienne contre l’acceptation des « conseils empoisonnés » de l’administration Biden, affirmant que la relance du processus de paix profiterait au gouvernement israélien et « causerait de graves dommages aux intérêts du peuple palestinien ». Dans une déclaration séparée, le FDLP a déclaré que la reprise des négociations avec Israël « signifie fournir la couverture politique palestinienne aux politiques criminelles des autorités d’occupation ».Selon le groupe, « toute coopération avec les autorités d’occupation à la lumière des politiques continues du gouvernement israélien de judaïsation de Jérusalem, de confiscation de terres, d’extension de zones de colonies » (implantations juives) et de préparation quotidienne à l’annexion de la vallée du Jourdain, est, en fait, une violation par la direction de l’AP des décisions de l’OLP. Le FDLP a déclaré que « former une équipe pour coopérer avec Israël, en réponse à la pression américaine, signifierait que la direction de l’Autorité palestinienne va à l’encontre des politiques convenues au niveau national, et qu’elle insiste toujours sur la politique d’exclusivité et sa volonté de rejoindre le projet d’Oslo au dépens du projet national palestinien. Cela portera gravement atteinte aux intérêts nationaux de notre peuple et à ses droits légitimes. »

Le FPLP, pour sa part, a appelé la direction de l’Autorité palestinienne à « abandonner l’illusion de revenir aux négociations [avec Israël] ou de parvenir à un règlement politique qui garantirait tous les droits du peuple palestinien ». Le FPLP a également appelé l’Autorité palestinienne à adhérer aux résolutions des organes de l’OLP concernant la nécessité de suspendre tous les liens et de renoncer aux accords avec Israël. 

jpost.com

Laisser un commentaire