La Turquie investit gros sur le Hamas en espérant affaiblir Israël chez lui

Posted by

27 mai 2021  

Comment le Hamas renforce l’axe Turquie-Iran-Qatar

Selon des responsables du renseignement libyen, des groupes islamistes radicaux en Libye financés par l’Iran, la Turquie et le Qatar sont responsables de la contrebande d’armes à Gaza

par Maya Carlin

par Maya Carlin

Le Hamas et le Jihad islamique palestinien (JIP) ont tiré plus de 4 300 roquettes sur les villes israéliennes lors de la dernière flambée de violence entre Israël et Gaza. L’ampleur des missiles et des lance-roquettes utilisés indique que les militants palestiniens ont pu contourner le blocus d’Israël sur la bande. Selon des responsables du renseignement libyens, des groupes djihadistes radicaux en Libye financés par l’Iran, la Turquie et le Qatar – utilisant l’anarchie relative de la péninsule du Sinaï adjacente – sont responsables de la  contrebande d’armes à Gaza.

Le conflit civil libyen a évolué vers une guerre par procuration à part entière ces dernières années, avec de multiples acteurs étrangers se joignant pour obtenir des gains économiques ou pour défendre des convictions idéologiques. La Turquie et le Qatar, qui considéraient tous deux l’Égypte sous le président Abdel Fattah al-Sissi comme l’un de leurs rivaux stratégiques les plus acharnés, sont entré dans le conflit pour soutenir le gouvernement d’accord national (GNA) basé à Tripoli, dirigé par le Premier ministre Fayez al-Sarraj. Ankara et Doha ont envoyé des milliers de mercenaires syriens et somaliens en Libye, ce qui a finalement inversé le cours de la guerre dans le pays contre le gouvernement libyen soutenu par l’Égypte (et dernier élu) dirigé par le général Khalifa Haftar. Parmi les milices envoyées combattre en Libye, il y a des groupes islamistes radicaux liés au Hamas, un groupe terroriste désigné comme tel par les États-Unis et l’Union européenne. Les responsables libyens ont accusé la Turquie et le Qatar d’exploiter le conflit en Libye pour l’utiliser comme plate-forme et ainsi financer et équiper la plate-forme terroriste du Hamas à Gaza.

L’Iran, un utilisateur efficace de la guerre par procuration dans toute la région, a également déployé des milices en Libye pour soutenir la cause du Hamas à Gaza. Le lien reliant Téhéran à l’arsenal de Gaza est bien renseigné. Les dirigeants du Hamas et du JIP ont déclaré publiquement que les armes utilisées pour attaquer Israël lors de la dernière série de combats ont été fournies par l’Iran. Dans une vidéo traduite publiée par le Middle East Media Research Institute (MEMRI), un responsable du Hamas a révélé que les armes du groupe terroriste sont achetées avec de l’argent iranien, que leurs activités sont supervisées par des experts iraniens et que leurs armes portent toutes les signatures iraniennes. Le chef du Hamas Ismail Haniyeh a carrément remercié l’Iran pour son argent et ses armes.

L’implication de la Turquie dans la construction du dépôt d’armes du Hamas s’étend également au-delà de l’utilisation des milices en Libye. En octobre 2020, un tribunal de district américain a statué qu’une banque basée à Istanbul,  Kuveyt Turk, fournissait sciemment des services financiers aux membres du Hamas à Gaza. Quatre mois plus tard, Israël a  confisqué  plus de 120 000 dollars ainsi que des conteneurs d’expédition remplis de marchandises envoyées aux membres du Hamas à Gaza depuis la Turquie. Le soutien de longue date d’Ankara au Hamas est souvent éclipsé dans les médias par l’assistance de l’Iran au groupe terroriste.

Le soutien de la Turquie aux Palestiniens radicaux a acquis une dimension nouvelle et terriblement menaçante dans cette récente série de combats. La Turquie a dépensé des années et beaucoup d’argent pour financer des dirigeants, des organisations, des fondations et des achats de terres afin d’affaiblir le contrôle d’Israël sur la situation en Israël même, parmi les Arabes israéliens, et en particulier, sur les événements à Jérusalem, dont la diffusion du slogan de sa nécessaire libération pour y imposer le règne musulman,1 que le président turc a souvent déclaré être un objectif primordial. L’évolution la plus dangereuse de la récente vague de conflit a été la capacité du Hamas à mettre en œuvre les efforts de la Turquie. L’interception des missiles était difficile pour Israël, mais l s’y attendait également. En revanche, il était choquant pour les Israéliens de voir le Hamas, non seulement leur faire appel avec émotion, mais même commander sur le plan opérationnel certains Israéliens-Arabes, sans parler des Palestiniens, et par là, dicter le rythme des événements sur le Mont du Temple et dévaster le contrôle et la sécurité d’Israël sur ses villes à population mixte et sur les autoroutes à travers le pays. L’Iran n’a jamais réussi à atteindre cet objectif grâce à ses factions du Hamas; c’était une réalisation turque.

Israeli security force members stand near a burning Israeli police car during clashes between Israeli police and members of the country’s Arab minority in the Arab-Jewish town of Lod, Israel May 12, 2021. REUTERS/Ammar Awad

Le Qatar contribue également puissamment à l’entreprise terroriste du Hamas. En plus de financer la formation de mercenaires déployés en Libye par l’Iran et la Turquie, Doha est responsable de la diffusion de la désinformation et de la propagande dangereuse dans ses manuels largement diffusés et approuvés par l’État. Malgré la position diplomatique officielle du Qatar envers Israël et les États-Unis, ses manuels  célèbrent  les attaques à la roquette du Hamas visant des civils et souhaitant éradiquer les Israéliens des cartes. Doha est également la source des importants financements dont la Turquie a besoin pour financer son ingérence.

Ces acteurs étrangers ont été largement exclus de l’axe coopératif mis en place dans la région ces derniers mois, notamment le Conseil de coopération du Golfe et les accords d’Abraham. Pendant des années, le Qatar a été isolé de ses voisins du Golfe en raison de son soutien sans faille à l’Iran et aux Frères musulmans. Bien que le Qatar ait été accueilli de nouveau au Conseil de coopération du Golfe au début de 2021, l’influence régionale au Moyen-Orient a changé après l’investiture du président américain Joe Biden. L’administration Biden a donné la priorité à un recalibrage des relations avec l’Arabie saoudite et l’Iran, en prenant ses distances avec la première et en essayant de parvenir à un accord nucléaire avec la seconde. Le Qatar et la Turquie pourraient couvrir leurs paris en se réchauffant par l’appui aux ambitions de l’Iran, car il semble que Téhéran a obtenu un effet de levier majeur dans la région.

nationalinterest.org

Laisser un commentaire