Ayelet Shaked sera t-elle la grande prêtresse qui sortira Israël de l’impasse d’une 5ème élection?

Publié par
Justice Minister Ayelet Shaked arrives to cast her vote during the party’s preliminary elections, in Jerusalem, on April 27, 2017. Photo by Yonatan Sindel/Flash90

Avertissement : le portrait brossé par Ben Caspit est cruel envers Netanyahu, dépeint comme le véritable empêcheur de tourner en rond, un homme de stratagèmes et manigances visant à faire échouer ses concurrents directs par faits du prince, plus que de faire réussir son « camp naturel » pour la droite Et l’extrémisme prêté à Smotrich n’est pas nécessairement feint, dans sa scission envers le reste de Yamina, alors qu’ils marchaient main dans la main. La manœuvre semble être d’en finir avec l’ombre d’un homme omniprésent pour commencer d’exister. Tuer le père. Mais on imagine mal un autre parti de « droite libérale » se substituer au Likoud. Ou alors en le trustant depuis l’extérieur? Mais à quoi servirait de faire doublon? Cette nouvelle droite idéologique ne va t-elle pas devenir de l’eau tiède? Ensuite, toutes les fractures idéologiques sont loin d’être comblées pour ce futur hypothétique régime du « changement »… Dernières longueurs avant un tournant dans cette saga?

Récemment, Shaked s’est rendu compte que toute promesse ou tout plan réalisé avec Netanyahu ne serait jamais tenu. Smutrich, qui l’a informée, lui a également fait comprendre qu’avec lui, il serait impossible de former un véritable gouvernement de droite.

BenCaspit 30/05/2021 06:00 

Ayelet secoué Ayelet Shaked dans une déclaration aux médias (Photo: Mark Israel Salem)

Ayelet Shaked a réalisé, ces deux dernières semaines, qu’il n’y avait pas d’autre moyen. Il n’y a pas d’autre issue. L’État d’Israël doit sortir de l’impasse et ne doit pas être entraîné vers une cinquième élection. Shaked, malgré tout ce qui a été dit, crié et barbouillé sur elle récemment, est une patriote israélienne. Elle a décidé de suivre Naftali Bennett.

Mis à part sa relation spéciale avec Bennett (bien qu’elle ait connu des hauts et des bas récemment), trois facteurs principaux ont influencé sa décision. Le premier: Benjamin Netanyahu. Ce n’est pas qu’elle ne le savait pas jusqu’à présent, mais ces derniers mois, s’est aiguisé sa reconnaissance qu’aucun accord, engagement, promesse ou plan avec Netanyahu ne sera jamais respecté. Chaque accord sera suivi d’un astérisque, chaque promesse sera suivie d’un demi-tour à 180°. Il est impossible de faire affaire avec cet homme. Comme le scorpion qui se pique aussi, si cela lui permet de continuer à tromper tout le monde.

Le deuxième facteur était une enquête très complète, qui a prouvé que même une alliance de droite avec le Likoud, dans les grandes lignes des rêves proposés par Netanyahu, n’aiderait pas. Selon ce sondage, lors des prochaines élections, une telle alliance aurait porté la droite à un creux historique. Elle a compris que former un gouvernement d’unité maintenant minimiserait les dégâts


Elle sait que ce ne sera pas un «gouvernement de gauche». Elle sait qu’il s’agit d’un gouvernement paritaire, dans lequel il y aura une nette majorité pour la droite et le centre-droit, malgré tous les bruits que Netanyahu répand (dont le dernier message était saillant dans le film de panique pathétique qu’il a tourné sur la plage à Césarée le vendredi). Elle sait qu’aucune des parties ne peut amener ce gouvernement à changer le statu quo, et elle sait que ce gouvernement aura des tâches supranationales extrêmement importantes: réhabilitation sociale, résorber le fossé judéo-arabe, apaiser les instincts déchaînés, relancer l’économie, lancer les réformes.



Le troisième facteur qui a influencé Shaked a été l’attitude de Bezalel Smotrich. Ces dernières années, elle s’est occupée de lui, l’a nourri, s’est bâtie avec lui, l’a préservé devant Bennett, qui le considérait comme extrêmement dangereux. Aujourd’hui, Shaked sait aussi qui est Smotrich. Elle comprend qu’avec lui, il sera impossible d’établir une véritable droite idéologique et libérale. Elle a réalisé qu’un nouveau leadership était nécessaire. Qu’il y a ici une opportunité historique rare et irréversible.

Dans les prochains jours, jusqu’à l’inauguration au début de la semaine prochaine, ils essaieront de transformer la vie de Shaked en enfer. Ce sont des professionnels dans ce domaine. Ils en feront une spécialiste de l’enfumage, une traîtresse, une abomination, une ouvrière étrangère, une amie des ennemis d’Israël, une femme qui apportera la destruction à Israël. J’espère qu’elle aura la force de s’accrocher, tout au long de cette semaine, à la vérité. Il n’y a qu’une seule vérité et elle le sait. Des milliers d’activistes de droite qui ont mis en place une alternative courageuse et déterminée pour contrer l’affichage de haine seront également là pour l’aider.

«Ayelet, rentre à la maison», crient à nouveau les bibistes en bottes devant son domicile. Personne ne leur expliquera que pendant 12 ans, elle n’a pas pu prendre pied dans cette même «maison». Que la famille qui a repris cette maison a fait tout ce qui était en son pouvoir pour l’éliminer politiquement, pour l’occulter de la vie publique, pour l’humilier, pour la maudire et l’insulter, pour l’arrêter à tout prix. Il est impossible de décrire ce qu’elle a vécu pendant ces années.

Elle a dû sournoisement s’ouvrir des accès auprès de chaque ministre du gouvernement pour se rendre en Allemagne, même si, en tant que ministre de la Justice, elle avait une relation étroite et importante avec son homologue allemand. Même lorsque sa mission a été approuvée, elle a été forcée de s’envoler pour Berlin sur un vol privé, Low Cost, car Sa Majesté ne lui avait pas permis de monter à bord de l’avion du Premier ministre (qui nous appartient à tous). Elle a avalé toutes les insultes et a continué à travailler. Maintenant, alors que la réalité d’un risque d’échec se rapproche d’eux, alors que les mensonges, les tournures et les singeries leur explosent aux visages, ils l’appellent pour qu’elle retourne «chez eux». Non, ces retournements de veste sont indescriptibles.

Shaked a tout fait pour éviter ce moment. Elle a essayé de toutes ses forces de rompre avec la quadrature du cercle et de provoquer la formation d’un gouvernement de droite «à plein régime». Même si elle sait que la personne qui a formé Mansour Abbas est Benjamin Netanyahu. Lui, et aucun autre. Elle était avec tous les rabbins possibles, elle s’est approchée de tout le monde, elle a proposé des idées créatives et elle a poussé sa créativité à la limite, mais cela n’a pas fonctionné. Personne, nulle part dans le monde (ou en dehors), n’est disposé à faire des affaires avec Benjamin Netanyahu. Personne ne croit un seul mot que l’homme prononce. Shaked sait, plus que beaucoup d’autres, que c’est fini.

Contrairement à ses craintes, la formation d’un gouvernement d’unité n’enterrera pas sa carrière politique. Il y a une chance que cela se produise, mais il y a de fortes chances que le contraire aussi se produise. Au cours des deux prochaines années, Naftali Bennett sera le Premier ministre d’Israël. Il faut prier pour son succès. Elle sera la femme la plus forte du gouvernement. Quinze ans après l’avoir amené au bureau de Netanyahu (en tant que président de l’opposition), elle le ramène au bureau de Netanyahu, cette fois en tant que Premier ministre. C’est une farce historique folle et inconcevable qu’elle ne doit pas manquer.

Shaked peut être la grande prêtresse de la guérison de la droite et de la sortie de crise électorale du pays. De la façon dont elle a dirigé le ministère de la Justice pendant quatre ans, elle pourrait être la grande médiatrice du gouvernement, celle qui maintiendrait Bennett et repérerait les endroits sensibles, les coins dangereux, les impasses. Elle a tous les outils pour le faire, sans renoncer à un pouce de ses positions conservatrices de droite. Et surtout, elle peut être celle qui nous ramène d’où nous venons: un endroit où nous sommes tous frères, réunifiés. Les centristes, appelés « gauchistes » ne sont pas tous des « traîtres » par essence. La droite n’est pas fasciste. Nous sommes ici ensemble, pour rester. Il en a été ainsi, il devrait en être ainsi. Il faut faire face aux dissensions qui minent le pays.

Elle pourrait être celle qui appuie sur le bouton OFF du générateur de haine qui nous secoue dans le salon depuis 12 ans. Elle peut vraiment rentrer à la maison. Dans une maison de la rue Balfour. Elle ne vivrait pas là-bas, mais elle y serait, vivante, influente et dynamique, d’une manière qui n’osait pas lui venir à l’esprit, même dans ses rêves les plus fous.

maariv.co.il/journalists

4 commentaires

  1. Si je me souviens bien, Ben Caspit est un gauchiste patenté est pour lui Shaked et Benett étaient, il n’y a pas si longtemps, des »fascistes » mais maintenant qu’ils trahissent leurs idéaux, comme Lieberman, et qu’ils permettent à la gauche de revenir au pouvoir, ils sont devenus cachers selon la halakha gauchiste. Ce type n’est en aucun cas une référence mais plutôt un homme sans scrupule. Direction la poubelle.

    1. On anticipe sur les désillusions, si jamais, ce qui est probable, ils parvenaient à une conclusion dans la semaine. Je n’ai pas de liste noire de types à éliminer, la solution, s’il y en a, sera au-delà des sectarismes qu’il va falloir mettre en veilleuse et voir Shaked comme un pivot (on disait il y a une semaine qu’elle refusait de suivre Bennett, on parlait de scission, là on danse déjà sur un autre pied), une médiatrice n’est pas pour déplaire. Maintenant, je n’aime pas Lapid, mais si c’est Bennett qui prend le premier quart… On peut voir. Question : le jeu est bloqué, quels contournements? Ou 5ème élection avec droite très affaiblie selon les sondages. Et déchirée selon les tactiques des uns et des autres qui commencent à nous courir sur le haricot… Sinon, en « avertissement », mes propres réserves sur cette présentation et l’anti-bibisme de l’auteur.

  2. du delire ce caspit

    on a vu ce qu a pu faire le gnt BN ¨+ Gantz Rien

    ce sera pareil avec cette configuration

    Ziva et loi nous sentons volés on a envie de dire Rendez nous nos Voix !

    1. Chez Yamina? Oui, mais il y a l’autre scission avec Smotrich et une guerre des Egos qui est en train de faire exploser la Droite. Alors ou ils règlent leurs humeurs, ou il faut une traversée du désert pour reconstruction clairvoyante. C’est plus ça, le « délire ». Caspit ici est le messager, pas le sujet.. Avec son faible pour Ayelet.

Laisser un commentaire