Forces et faiblesses de l’opération « Gardien des Murs »

Publié par

La dissuasion a été rétablie – puisque Israël adhérait cette fois à ses principes doctrinaires – et les forces de défense israéliennes (Tsahal) ont agi efficacement et avec force. Mais il n’y a pas de solution absolue qui neutraliserait les tirs de missiles, roquettes et obus de mortiers, la défense connaît des « trous dans la raquette », le Hamas a tenté une OPA sur la question de Jérusalem et nous avons à peine su traiter la question de la communication et de l’information.

Ron Ben Yishai Publié: 21.05.21, 07:24

La réalisation principale et la plus importante de Tsahal dans le cadre de l’opération Gardien des Murs est de rétablir la dissuasion contre le Hamas et le Jihad islamique. Ils ne seront probablement pas pressés de reprendre les bombardements depuis la bande de Gaza, sur le sud et le centre d’Israël dans un avenir prévisible. Tsahal a réinitialisé les conditions et les règles du jeu selon lesquelles le conflit a eu lieu dans le sud au cours des dernières décennies, et désormais, la balle est entre les mains de l’échelon politique en Israël.

Tout gouvernement formé en Israël devra adhérer à trois principes:

  • empêcher l’intensification et la restauration des capacités militaires à Gaza;
  • Répondre militairement et de façon disproportionnée à toute violation de souveraineté – même s’il ne s’agit que de ballons incendiaires ou d’émeutiers sur la clôture – lorsque le terme «goutte à goutte» devrait être supprimé du dictionnaire;
  • Et permettre la réhabilitation humanitaire et économique de la bande de Gaza par étapes et de manière progressive, après un échange raisonnable de prisonniers et de personnes disparues – c’est-à-dire un échange dans lequel Israël ne libérera pas les terroristes << avec du sang sur les mains . « 

Les Forces israéliennes ont atteint de nombreuses réalisations impressionnantes lors de leur première guerre numérique, tant stratégiques que tactiques. La destruction des tunnels de guerre dans toute la bande de Gaza et de ceux qui ont pénétré en Israël est une réalisation stratégique. La destruction de la production et de la mise au point de roquettes, de drones et les navires de guerre est une autre réalisation stratégique.

Démontrer une supériorité écrasante du renseignement et la capacité de mener une campagne aérienne par des moyens précis, et d’atteindre des cibles en temps réel tout en nuisant au minimum aux civils non impliqués, est une troisième réalisation stratégique qui a donné à Israël une légitimité internationale sans précédent pour mener l’opération sans trop de pression pour y mettre fin. il. Tout cela a été fait par des réservistes, et lorsque Tsahal arrive prêt pour une opération, en étant entraînée avec des plans opérationnels qui peuvent être accélérés de zéro à cent en moins d’un jour, l’armée démontre plus en plus sa capacité d’adaptation en temps réel.

Un équilibre de terreur qui n’a pas changé

Mais – et c’est un gros mais – Tsahal n’a pas réussi à contrecarrer et à détruire le système de lancement de roquettes et de missiles. Une grande partie de la principale arme stratégique des armées terroristes de Gaza est toujours utilisable, ce qui permet au Hamas et au djihad de menacer Israël et de maintenir un équilibre de la terreur contre nous. Tout comme ce qui nous est arrivé avec le Hezbollah, à la fin de la Seconde Guerre du Liban, il est vrai que les restrictions imposées feront réfléchir le Hamas et le Jihad à deux fois et peut-être trois fois avant de lancer des roquettes, des obus de mortier ou des missiles antichar. Mais la capacité physique de le faire est un fait subsistant qu’Israël devra prendre en considération à l’avenir, face au régime du Hamas à Gaza.

On peut douter que des manœuvres au sol dans la bande de Gaza auraient permis à Tsahal d’achever complètement le travail de destruction du réseau de roquettes également, mais on peut supposer que les résultats ont été meilleurs qu’une opération strictement numérique menée dans ce que l’on appelle l’ouverture d’un «contre-feu». l aurait vraisemblablement fallu plusieurs semaines, voire plusieurs mois, avant que nous n’atteignions des résultats tangibles sur ce point. Pendant ce temps, Israël n’aurait pas pu revenir à une routine économique et de vie normale.

Lancement de roquettes depuis Gaza

Compte tenu du nombre de roquettes tirées depuis la bande de Gaza et des améliorations notables des capacités sur terrain escarpé du Hamas et du djihad, le nombre de victimes de notre côté est faible et les dégâts sont également relativement tolérables.

À propos, en parlant de réalisation stratégique, la résilience mentale et la maturité des habitants du sud ainsi que des hédonistes de Tel Aviv sont très impressionnantes; Le fonctionnement du commandement du front intérieur, des services de secours et de la police était très bon. Le système de défense aérienne et en particulier le Dôme de fer a également fonctionné de manière étonnante et a été déployé correctement – et cela continue d’être une merveille technologique qui nous permet, à nous, résidents de l’État d’Israël, de faire face à des armées terroristes bien équipées.

Cependant, l’ échec de la protection à Ashkelon, Ashdod et des communautés du sud qui sont adjacentes à la clôture est grave et nécessite une réparation immédiate. Il s’agit, non pas de créer une commission d’enquête, bien que cela soit demandé, mais un plan gouvernemental rapide qui sera mis en œuvre immédiatement pour assurer la sécurité et des zones protégées bénéfiques à tous les résidents du sud d’Israël et des villes du Néguev, à Ashkelon et au-delà.

Le gardien des murs, Magen Jérusalem

En ce qui concerne l’aspect militaire du système « Gardien des Murs». Du point de vue de la prise de conscience idéologique, la quatrième campagne de Gaza a été moins réussie que sous son aspect militaire. Le Hamas a enregistré quelques réalisations intellectuelles et politiques au début des combats, quand il s’est imposé dans l’opinion publique palestinienne en tant que défenseur de Jérusalem et d’al-Aqsa, non seulement dans le discours et les images de propagande, mais en faisant en- sorte également de plonger les Israéliens dans des abris, ce qui oblige le gouvernement israélien à annuler des opérations qu’il a déjà approuvées, comme le défilé des drapeaux par la Porte de Damas .

La marche traditionnelle de la danse du drapeau: `` Drapeaux de danse ''

Le Hamas a réussi à influencer et à contrôler les jeunes Palestiniens non seulement à Jérusalem, mais aussi en Judée et en Samarie, parmi les Arabes israéliens, et aussi dans la diaspora palestinienne, en particulier les Libanais. Abu Mazen a essayé d’empêcher le Hamas de devenir le facteur politique dominant parmi le peuple palestinien, mais le Hamas l’a vaincu en exploitant le sentiment religieux et la haine déchaînée de l’Etat juif parmi beaucoup de ses citoyens arabes également. Un autre échec se mesure dans le domaine connu sous le nom de «propagande». La guerre des médias et de la conscience politique pendant les combats s’est déroulée principalement sur les réseaux sociaux, non seulement entre Israël et ses ennemis, mais aussi entre les Israéliens eux-mêmes. On peut supposer que sans les réseaux sociaux et les nombreuses armes accumulées par les organisations criminelles ou simplement par les jeunes arabes, il n’y aurait pas eu d’émeutes dans le secteur arabe. Mais Israël ne surveillait pas correctement les réseaux sociaux, et sa présence vigilante et explicative sur les réseaux du monde entier était de maigre à nulle.

Alors, où est Yair Netanyahu quand il peut enfin être utile à quelqu’un ou à quelque chose? Dans cet aspect aussi, selon mon point de vue, Israël n’était pas à son meilleur niveau. Dans le même domaine, le porte-parole de Tsahal, le général de Brigade Hedi Zilberman et l’unité du porte-parole de Tsahal ont fait un travail professionnel, de bonne facture et ont fourni des informations généralement fiables, mais il y avait un petit problème pour lequel le porte-parole de Tsahal n’a pas parlé clairement – provoquant plusieurs médias internationaux et principalement américains, à faire des erreurs en laissant penser que les forces terrestres de l’armée israélienne étaient entrées dans la bande de Gaza. Malgré cela, Tsahal a également fait un très bon travail dans les relations publiques, tandis que les mécanismes gouvernementaux, à l’exception du ministère des Affaires étrangères, ont échoué.

Nasrallah a compris ce qui l’attend

Sur le plan politique, l’administration Biden a montré que les États-Unis sont toujours un allié fidèle et clair, et que la situation créée ces dernières années dans laquelle Israël s’identifie au Parti républicain doit être corrigée , tandis que le Parti démocrate voit toujours notre gouvernement et son leader comme controversé. Ces différences d’attitudes dans la politique intérieure américaine n’ont pas beaucoup affecté la politique pratique de l’administration Biden dans la campagne actuelle, mais si nous ne prenons pas un virage qui nous replacera au cœur du consensus américain, nous le regretterons dans les affrontements ultérieurs.

En conclusion, on peut dire qu’Israël connaîtra probablement une autre réalisation stratégique importante en raison du succès avec lequel Tsahal a géré l’opération Gardien des murs: le Hezbollah et l’Iran ont vu ce que Tsahal, dirigé par le chef d’état-major Kochavi, peut faire en matière de Force aérienne hautement qualifiée, des armements de précision et cybernétiques. On peut supposer que ni Téhéran ni Nasrallah, qui est assis dans son bunker depuis 15 ans, ne seront pressés d’entamer une confrontation majeure avec Israël. Nasrallah en particulier aurait dû savoir que Yehiya Sinwar, qui avait décidé de tirer de lourdes roquettes sur Jérusalem, avait probablement estimé que cela se terminerait après quelques jours de combats avec Tsahal, se terminant par un match nul. Les Forces israéliennes ont également profité de l’occasion pour faire comprendre à Nasrallah ce qui l’attendait, dans le calendrier et la gestion de la campagne. Je me permets de supposer que l’armée israélienne est également consciente de la nécessité de trouver une meilleure réponse offensive face à la menace des roquettes et des missiles. Le feu rouge a déjà été allumé au cours de l’opération «Gardien des Murs».

ynet.co.il

Laisser un commentaire