La Turquie a refusé de remettre les dirigeants des Frères musulmans à l’Egypte

Posted by
Des policiers en civil interpellent des membres des Frères musulmans, lors d’une manifestation au Caire en Egypte, le 31 décembre 2008.

Des policiers en civil interpellent des membres des Frères musulmans, lors d’une manifestation au Caire en Egypte, le 31 décembre 2008. AFP Photo/STR

 Nziv Turquie , Égypte

La Turquie a refusé la demande de l’Egypte d’extrader les dirigeants des Frères musulmans recherchés, selon le site Internet   britannique « Middle East Eye » , en s’appuyant sur des sources de renseignement égyptiennes.

Des sources ont déclaré que la délégation turque avait informé l’Égypte qu’Ankara ne pouvait pas extrader les dirigeants des Frères musulmans exigés vers l’Égypte, ajoutant que la plupart de ces dirigeants résidaient désormais légalement en Turquie.

Les pourparlers au Caire, menés par les vice-ministres des Affaires étrangères, étaient les derniers d’une série de tentatives de rapprochements entre les deux pays pour améliorer les relations tendues entre eux.

Illustration.

Fuat Oktay en 2019.

Les responsables turcs n’ont pas commenté le contenu des pourparlers. Cependant, le vice-président turc Fuat Oktay a déclaré qu’Ankara était prête à améliorer les relations avec tous les pays de la région, pas seulement l’Égypte. Jusqu’à présent, l’Égypte a réagi avec prudence aux initiatives turques.

Jeudi soir, l’Égypte et la Turquie ont conclu une nouvelle série de pourparlers au Caire, dans le cadre des premières négociations ouvertes entre les deux pays, après une pause de deux ans qui a duré deux jours, dirigée par le vice-ministre égyptien des Affaires étrangères Hamdi Sanad Loza et son homologue turc, l’ambassadeur Sadat Onal.


Un communiqué conjoint a déclaré: « Les discussions ont été ouvertes et approfondies, touchant des questions bilatérales, ainsi qu’un certain nombre de questions régionales, en particulier la situation en Libye, en Syrie et en Irak, et la nécessité de parvenir à la paix et à la sécurité dans l’est de la région Méditerranéenne. »  La déclaration ne clarifiait aucun détail sur les questions discutées par les deux parties.

Les relations entre l’Égypte et la Turquie sont tendues depuis que l’armée égyptienne, dirigée par le commandant militaire de l’époque Abd al-Fatah al-Sissi, a évincé le président élu, Muhammad Morsi, en 2013.  Morsi, membre des Frères musulmans, était un proche allié du président turc Recep Tayyip Erdogan.

Sur la question libyenne, selon des sources, la Turquie a exprimé sa volonté de tenir des réunions tripartites avec l’Égypte et la Libye et de parvenir à des accords sur des questions controversées, y compris la présence de mercenaires djihadistes étrangers.


L’Égypte et la Turquie ont soutenu des factions rivales en Libye, les forces turques soutenant le gouvernement des frères musulmans basé à Tripoli tandis que l’Égypte et la Russie ont soutenu les forces du général Haftar.

Jeudi, la Turquie a annoncé qu’elle acceptait que tous les combattants étrangers en Libye quittent le pays, bien qu’Ankara ait un accord bilatéral avec le gouvernement libyen l’autorisant à y déployer ses forces.

Sources pour «MEE»: la Turquie a rejeté la demande de l'Égypte de céder la direction des Frères musulmans

Laisser un commentaire