Nul besoin d’enquête d’Etat, le site de Meron était connu comme sujet aux catastrophes

Posted by

Aucune enquête d’État nécessaire pour la tragédie de Meron. Le site était historiquement sujet aux catastrophes

 Catastrophe de Meron

Les premiers noms ont été dévoilés vendredi matin 30 avril parmi les 45 personnes écrasées à mort cette nuit-là dans la course effrénée de près de 100.000 fidèles rassemblés sur le mont Meron pour l’hommage de Lag Be’Omer au tombeau du rabbin Shimon Bar Yohai. Plus de 150 ont été blessés, certains mortellement. Une enquête étatique sur la catastrophe, fortement réclamée, serait un exercice futile

Les faits menant à la catastrophe sont connus. La tombe du rabbin vénéré se trouve au sommet de la montagne de Galilée depuis l’an 912. Au fil des ans, elle a attiré des dizaines de milliers de pèlerins chaque année pour célébrer l’allumage cérémonial du feu de joie de Lag Be’Omer. Ils ont afflué là-bas en dépit de fortes recommandations, à maintes reprises, pour reconstruire les structures primitives non développées et rendre le site approprié et sûr pour les pèlerinages chaque année en expansion.

Mais personne n’écoutait et la foule continuait à venir. S’inclinant sous leur chagrin, les familles endeuillées des victimes, les plus concentrées dans les communautés ultra-orthodoxes de Bnei Brak, Bet Shemesh et Betar Illit, se sont jointes pour implorer vendredi matin: «La main de Dieu s’est levée contre nous».  

La catastrophe du Mont Meron ne les a pas surpris – d’où leur réponse fataliste – car ce n’était pas la première. En 1911, une bousculade antérieure liée à la panique a provoqué la déformation  du toit du 16 e siècle au-dessus de la tombe, tuant 11 fidèles et en faisant 50 blessés. Cette fois aussi, les policiers, les pompiers, les ambulanciers paramédicaux, les militaires qui ont couru au secours des victimes, n’ont trouvé aucune cause immédiate qui aurait poussé les célébrants massés à se précipiter pour s’échapper au milieu d’un événement joyeux. Ils ont bloqué les sorties et se sont glissés dans l’étroit escalier, bousculant et piétinant sans relâche leurs camarades.

Qui une enquête d’État rendrait-elle responsable?

Les foules étaient bloquées en longues rangées sur d’anciens stands et les sorties étaient trop peu nombreuses et trop étroites pour accueillir des dizaines de milliers de personnes en quête d’échappatoire rapide. Qu’y avait-il de nouveau à ce sujet? 

Le Dr Mica Lindenstrauss , que personne n’a daigné écouter depuis plus de 13 longues années préparatrices à la catastrophe

En 2008, le Dr Mica Lindenstrauss, alors contrôleur d’État, a écrit: «Il faut immédiatement un changement de statu quo», sur la Tombe du Mt. Meron. Il a appelé à mettre fin à «la négligence et aux mauvais traitements d’un site sacré». et a souligné que les structures historiques anciennes devaient être préservées de tout dommage supplémentaire et que la sécurité et la vie du public doivent être assurées. »

Cependant, les pouvoirs en place n’étaient pas libres de suivre ce conseil judicieux puisque le site s’est avéré être une propriété privée. Tout ce que le gouvernement pouvait faire était d’ordonner sa fermeture, ce que la communauté orthodoxe combattrait bec et ongles.

Peut-être que maintenant, après l’une des pires catastrophes civiles de l’histoire d’Israël, des progrès peuvent être accomplis vers la refonte de l’ancien sanctuaire toujours populaire avec des installations modernes pour une sortie facile et un accès pratique. Ce qui n’est pas nécessaire, c’est la décision du procureur général Avichai Manderlblit, alors que l’incident était encore frais et douloureux, d’envisager d’ouvrir une enquête pour «négligence criminelle» contre la police, lorsque la bravoure sans hésitation de ses agents a sauvé de nombreuses vies et a accéléré le transfert en temps opportun de nombreux blessés à l’hôpital.

Tôt vendredi matin, le surintendant Shimon Lavi, commandant du district nord de la police, a diffusé une déclaration disant qu’il assume «l’entière responsabilité, pour le meilleur ou pour le pire» de l’événement tragique. «Je suis disponible pour toute enquête», a-t-il déclaré. «Ce qui est arrivé est arrivé. Nous recueillons des preuves en vue d’établir la vérité. » Alors, que reste-t-il à étudier?

Les Israéliens ont tendance à demander une enquête d’État chaque fois que quelque chose ne va pas. Rarement changent-ils quoi que ce soit et lorsque les vives protestations et les pleurs diminuent, les gens perdent tout intérêt à ne serait-ce qu’appliquer leurs propres conclusions. Le Premier ministre Binyamin Netanyahu a donc trouvé la note juste en déclarant dimanche jour de deuil national pour les victimes du Désastre du mont Meron. La décision de reconstruire le tombeau-sanctuaire sur la montagne devrait venir ensuite. 

One comment

  1. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que se déchaînent Haaretz, la chaine 12, les anti-Bibi et anti-religieux avec une parfaite indécence.

Laisser un commentaire