Certaines promesses ne doivent pas être rompues

Posted by

Peu importe comment vous les formulez

À la fin, tout s’effondrera et personne ne se souviendra de qui a cédé et qui a fait défection. Ce dont ils se souviendront, c’est qui a mis la préservation de l’idéologie et des grandes orientations au-dessus de tout le reste.

 Par  Boaz Bismuth  Publié le  30/04/2021 08:07 

Le terme «Idéologie» est-il devenu un si mauvais mot dans notre politique? C’est vrai, la politique est une question de compromis, de nécessités et de négociation. La politique est un domaine dans lequel vous avalez des couleuvres si vous le devez, dans lequel les agendas peuvent être flexibles, dans lequel vous devez parfois fixer un objectif et en payer le prix – en principe, sur le plan de l’idéologie et parfois même socialement – pour y parvenir.

Et c’est précisément le problème: vous le faites pour atteindre vos objectifs, pas ceux de quelqu’un d’autre. Et «vous» et «quelqu’un d’autre» ne vous référez pas à des objectifs personnels et de carrière, aussi importants qu’ils puissent être. L’ambition et la concurrence sont une partie importante du jeu politique. Mais ils ne sont qu’un outil, pas la cible. Nous avons un contrat avec nos dirigeants: qu’ils utilisent les outils dont ils disposent pour mettre en œuvre les plans, c’est pourquoi nous avons voté pour eux. Nous comprendrons si parfois c’est fait de manière imparfaite, et nous accepterons que parfois les promesses ne sont pas toutes intégralement respectées ou que la réalité dépasse nos plans. Mais il y a un chemin, il y a une décision générale à prendre sur une direction à tenir.

Et ces jours-ci, ces objectifs sont clairs: adopter une position ferme contre la menace iranienne; défendre les intérêts et la liberté d’action d’Israël sous toute administration américaine ou vis-à-vis de l’Union européenne; protéger les nouvelles alliances d’Israël sur l’axe modéré du monde arabe; insister sur les valeurs fondamentales du sionisme et du patriotisme; axer sur le développement économique continu; le renforcement du pluralisme dans les universités, la culture et les médias; et bien sûr – une déclaration claire sur la Judée, la Samarie et la vallée du Jourdain: qu’après avoir retiré la doctrine du retrait de la table, nous passions maintenant à une déclaration de souveraineté.

Telle est la direction que prend la droite, et dans laquelle elle a fait des progrès incontestables au cours de la dernière décennie, principalement si l’on considère le point de départ, il y a un peu plus de 10 ans, alors que le monde faisait pression pour favoriser un autre recul, nous mettant en garde contre une diplomatie- tsunami après notre désengagement, qui a été accueilli par des tirs de roquettes et le rapport Goldstone. Nous n’en sommes plus là, et il y a une raison claire à cela – les gouvernements israéliens depuis lors ont été dirigés par une solide direction de droite. Oui, elle comprenait des représentants de la gauche, et oui, elle était parfois contrainte à l’unité quand il n’y avait pas d’autre choix. Et oui, il fallait parfois plier ici et là, voire bouleverser les opinions de sa base de droite. Mais ce sont des gouvernements de droite, dominés par la droite, qui ont été formés pour aller de l’avant dans la direction vers laquelle la droite voulait aller.

Et étonnamment, alors que nous atteignons la majorité absolue des sièges de droite à la Knesset, nous sommes sur le point de perdre notre orientation. D’une majorité qui poussait au changement, nous sommes maintenant prêts à envisager un demi-tour en matière d’idées, ou du moins un virage serré vers la gauche. La gauche identifie non seulement l’effondrement interne de la droite, elle admet aussi librement que c’est le moment qu’elle attend. Les uns après les autres, des représentants de la gauche – parfois un député en exercice, parfois un ancien, parfois un rédacteur dans des journaux – et ils admettent que tout partenariat à venir sera un « one night stand », qu’ils se débarrasseront de « lui » à la première occasion et puis qu’il ira voir ailleurs. Pour le dire sans prendre de pincettes:

Peu importe le nombre de jolis mots dans lesquels vous le formulez – unité, guérison, réparation, changement – l’excitation de la gauche ne peut pas être déguisée, et nous ne pouvons pas nier ce que cela signifie: la droite ne peut plus dicter la direction à prendre pour sortir indemnes du voyage, certainement pas comme elle le pouvait autrefois. Même si le Premier ministre sera de droite, ce ne sera pas la même chose. Ce n’est pas seulement qui tue le roi qui compte, mais qui couronne le nouveau roi, et ce qu’il reçoit en échange, et vers où le roi a l’intention d’aller grâce à cela. Nous n’avons pas le privilège de nous leurrer: la gauche ne s’est pas battue pour faire tomber un premier ministre de droite juste pour le remplacer par un autre premier ministre de droite.

Mauvais rapports, problèmes, boycotts, promesses, tout le monde en a plein la bouche. Si nous voulons éviter une nouvelle élection ou sortir de l’impasse politique, il est inévitable que certaines promesses devront être rompues. Il n’y a aucun moyen d’éviter de siéger dans un gouvernement avec des gens que nous avons rejeté auparavant. Nous ne pourrons pas rester purs. Les engagements seront violés, mais la question est de savoir lesquels, et en échange de quoi?

Donc, à cause de cette impossible accumulation de boycotts et de promesses, à l’endroit le plus compliqué de tout ce chaos – il est possible de se rassembler autour de la seule chose sur laquelle nous ne pouvons pas nous permettre de faire trop de concessions : notre idéologie. S’ils ont (les acteurs politiques) déjà besoin de revenir sur leurs engagements ou de vérifier si leur ego n’en prend pas un sérieux coup ou de se tenir par la barbichette – laissez-les au moins le faire pour promouvoir l’idéologie de la droite, le camp national, aussi pleinement que possible, aussi profondément que possible, de la manière la plus affirmée possible. En fin de compte, tout s’écroulera. La poussière retombera et dans un mois ou deux ans, personne ne se souviendra de qui a cédé, qui a plié, qui a baissé les yeux et qui a fait défection. Ils se souviendront d’une chose: qui a mis l’idéologie au-dessus de tout, et qui a permis au navire d’Israël de dévier de sa trajectoire idéologique. Dans la situation dans laquelle nous nous trouvons, c’est le seul test auquel nous n’avons pas le droit d’échouer.

israelhayom.com

Laisser un commentaire