Rassemblement #PourSarah à Montpellier, Esplanade de la Comédie

Posted by

25/04/2021 à 11h30 –

Le déroulement fut comme attendu digne et respectueux, jusque dans les « gestes barrières » et le mètre de distanciation anti-Covid, rappelés clairement en préalable. Outre l’oratrice Mme Perla Danan, Présidente du Crif régional, étaient présents ce jour des avocats – dont M. Jean-Luc Bonnet également Président la Licra Montpellier, très actif sur les réseaux sociaux, des bâtonniers, le maire de la ville M. Michaël Delafosse, 2 Sénateurs MM. Grand et Bourgi, des députés Coralie Dubost et Patricia Mirallès. Radio Aviva (dont Perla est Présidente et Directrice d’antenne) a mené quelques entretiens à l’issue, de même qu’une chaîne de TV.

A la foule d’une estimation de 100 à 150 personnes, devait s’ajouter, modernité oblige en cette période de faible mobilité, un grand nombre de participants au « facebook live » : 4500 vues et 150 commentaires (info à 18h15).

Très au fait de l’actualité et notamment du drame plus récent, les organisateurs ont décidé, sous les applaudissements, d’associer à cet hommage la policière Stéphanie, égorgée la veille 24/04 2021 à Rambouillet, [ NDLR : en réalité, employée administrative de commissariat comme il apparaîtra tardivement ] « victime récente de la haine ».

Nous notons que le mobile de l’assassin de Sarah Halimi, son fanatisme jihadique, sera éludé. Cependant qu’une approche timide fera référence aux fondamentaux de laïcité, concept accolé à ceux de la devise de la France ; plus tard, la terminologie de « fous de D.ieu ».

Le parti pris ici, est d’axer sur un jugement de Cassation reposant sur des bases inacceptables. L’abolition du discernement est clairement remise en cause, du fait des « calculs » fait par l’assassin pour pénétrer sur les lieux puis commettre longuement ses atrocités. Du fait aussi qu’il aurait crié « Sarah Halimi va se suicider » au moment de la défenestrer.

Tout cela sonnant donc comme un « embryon de défense », dénotant une conscience manipulatrice.

L’oratrice insiste sur le blanc-seing accordé à l’avenir pour ce type de crime ou d’autres, sous une supposée emprise délirante de stupéfiants.

Elle exprime que si la loi a été appliquée, elle n’a pas tenu compte des (nombreux) arguments de la partie adverse.
L’abbé Pierre en son temps, sur un tout autre sujet, exprimait avec force « Quand la loi est ainsi faite (…) c’est la loi qui est illégale ». Sur un principe similaire, les organisateurs du rassemblement s’associent à la proposition qu’une nouvelle loi portant le nom de Sarah Halimi soit votée par les parlementaires afin « que plus jamais la consommation volontaire de drogues ne soit un passeport pour le crime ».

Insistant à plusieurs reprises sur le fait que cette injustice faite à Madame Halimi est l’affaire de tous les Juifs de France et du peuple tout entier, puisque tous potentiellement victimes de l’appel fait aux assassins de tout poil.

Les remerciements seront accompagnés d’une invitation à rester mobilisés, à faire circuler la pétition en hommage à Sarah Halimi et pour une révision de la loi. Et suivis par une minute de grand silence. En toute fin, la Marseillaise sera reprise par toute l’assemblée.

En marge de l’évènement, le Renseignement local signale discrètement en aparté qu’une église vient d’être profanée à Montpellier (Saint Martin ?).

La Présidente du Crif a lancé aussi en préalable une mise en garde de ne pas se rendre aux Jardins du Peyroux à 13h00, où un rassemblement a été annoncé l’après-midi même par des usurpateurs au nom du Crif. Les organisateurs du Crif soupçonnent un groupe ayant déclaré plus tôt « au nom du Crif » que ce dernier aurait annulé le rassemblement sous motif que la famille Halimi était « consentante car elle aurait reçu de l’argent » ( !!)

Des forces mal intentionnées qui n’auront pas empêché l’expression de digne contestation contre l’injustice faite à Sarah Halimi, et la proposition d’amender la loi ayant permis l’impunité de son assassin.

Au-delà de cette note finale, optimiste autant qu’elle puisse l’être sur le sujet d’un assassinat aussi atroce, la rédactrice exprime un certain malaise. Il y a donc d’une part la volonté d’axer la défense sur la Loi, et d’autre part, celle de ne pas nommer l’ennemi ni même le désigner en tant que tel. Cela rappelle que les citoyens Juifs, quel que soit leur pays d’exil, ont à cœur de se fondre dans la Nation et faire plus que les non-Juifs, par une parfaite intégration, et une très grande contribution à la vie de la Nation, à sa justice, à ses lois, à son armée, sa science, sa renommée… et parallèlement à cette volonté de bien faire et parfaire, cette forme de retenue pour ne focaliser de foudres sur aucune autre communauté, et ne pas en subir les retombées. Cette crainte permanente et fébrile, malgré la force positive et créatrice, est un crève-cœur.

Au pays de Sion les Juifs sont attendus… puissent-ils y prendre demeure pour de bonnes raisons, avant d’avoir à le faire pour de mauvaises. Les autres Nations s’en mordront les doigts, c’est peu dire, mais la Lumière qui s’ensuivra fera le Bien de toute l’humanité…

Par Marie Autesserre, Montpellier

Laisser un commentaire