Le chef adjoint de la force iranienne Qods a-t-il été la cible d’une élimination?

Posted by

Muhammad Hejazi, image de Meghdad Madadi via Wikimedia Commons

BESA Center Perspectives Paper n ° 2,004, 22 avril 2021

RÉSUMÉ ANALYTIQUE: Muhammad Hejazi, chef adjoint de la Force iranienne Qods, serait décédé des suites d’une maladie cardiaque. Cependant, un tweet mystérieux laisse entendre qu’il aurait pu être tué. 

Dimanche 18 avril, la branche médiatique du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), Sepah News , a annoncé la mort du général de brigade Muhammad Hosseinzadeh Hejazi, chef adjoint de la branche extérieure du CGRI, la Force Qods. L’agence de presse a déclaré que Hejazi avait succombé à une maladie cardiaque. Mais quelques heures après l’annonce de la nouvelle, Muhammad Mehdi Hemmat, le fils de feu Muhammad Ebrahim Hemmat, a tweeté  des condoléances qui disaient: «Je veux juste dire que la cause du décès n’était pas une maladie cardiaque. Mon chef, votre soldat [s’est] sacrifié pour vous, je vous présente mes condoléances, je me sacrifie aussi pour vous.

Le père d’Hemmat, Muhammad Ebrahim, était un commandant de haut rang du CGRI qui a participé à la guerre du Liban de 1982 et a ensuite été tué pendant la guerre Iran-Irak. Parce que son père était si étroitement lié à l’establishment islamique, le tweet de Muhammad Mehdi Hemmat attire l’attention des médias en Iran.

Qui était Muhammad Hejazi?

Muhammad Hejazi est né à Ispahan en 1956 et était titulaire d’un doctorat en gestion stratégique de l’Université suprême de la défense nationale. Après la victoire de la révolution islamique en 1979, Hejazi a rejoint le CGRI et a été actif dans la lutte contre la rébellion de 1979 au Kurdistan iranien.

Pendant près d’une décennie, entre 1998 et 2007, Hejazi a été le commandant du Basij, l’unité paramilitaire du CGRI chargée de réprimer les troubles à l’intérieur du pays. Entre 2008 et 2009, il a été commandant en chef adjoint du CGRI. Il a également été chef de l’état-major interarmées du CGRI.

Après avoir quitté son poste de commandant en chef adjoint, Hejazi a été nommé chef de la section de Téhéran du CGRI. Il a joué un rôle déterminant dans la répression massive des manifestations post-électorales de 2009, au cours desquelles un nombre indéterminé de manifestants a été tué par les milices du CGRI et du Basij. En raison de son rôle dans la répression, Hejazi a été sanctionné par l’UE en octobre 2011.

Après l’élimination ciblée de Qassem Soleimani en janvier 2020, le tristement célèbre chef de la Force Qods, le général de brigade Esmail Qaani a été nommé pour le remplacer à la tête de l’organisation et Hejazi a été nommé chef adjoint. La nomination de Hejazi n’a pas été une surprise, car il avait une solide expérience opérationnelle à l’étranger. Pendant une période de temps inconnue, il a dirigé le CGRI au Liban. Lorsque la guerre civile syrienne a commencé en 2011, il a été convoqué en Syrie par Soleimani pour coordonner l’assistance du CGRI et du Hezbollah libanais au régime d’Assad.

En août 2019, les forces de défense israéliennes ont révélé  que Hejazi était l’un des trois officiers supérieurs du CGRI impliqués dans le développement de missiles à guidage de précision pour le Hezbollah libanais.

Trois scénarios possibles pour expliquer la mort de Hejazi

Le tweet de Muhammad Mehdi Hemmat ne peut être ignoré et son choix de mots mérite un examen attentif. Il affirme que la mort de Hejazi n’a pas été causée par une maladie cardiaque, ce qui soulève naturellement la question de savoir ce qui a vraiment causé sa mort. Il utilise ensuite le mot «sacrifice». Sacrifié de quelle manière?

Il y a trois explications possibles à ce qui aurait pu arriver à Hejazi:

  • Il a été tué lors d’une opération à l’étranger au Liban ou en Syrie.
  • Il a été éliminé à l’intérieur de l’Iran par un pays étranger ou un groupe d’opposition.
  • Il a été assassiné par le régime lui-même.

L’Iran a connu  des échecs massifs de renseignement au  cours des dernières années, et le récent sabotage de l’ installation nucléaire de Natanz  est toujours d’actualité. Le régime islamique ne peut pas et ne veut pas avouer qu’une fois de plus, il n’a pas réussi à garantir la sécurité de l’un de ses atouts les plus importants. Ceci est particulièrement important si le scénario numéro deux s’avère être la réalité.

En ce qui concerne le premier scénario, il est encore plus important pour le régime islamique de garder secrète la mort de Hejazi. Admettre qu’il a été éliminé dans un pays étranger signifierait non seulement admettre que l’Iran est incapable de protéger ses hauts gradés, mais impliquerait également une reconnaissance de la présence de l’Iran et des activités malveillantes dans le pays en question. L’un ou l’autre des deux premiers scénarios pourrait expliquer pourquoi Hemmat a choisi d’utiliser le mot «sacrifice».

Quant au troisième scénario: le régime islamique a une tradition d’élimination de ses propres serviteurs, comme on l’a vu dans le cas de feu Saeed Emami ; mais compte tenu de la position de Hejazi dans la République islamique, il est hautement improbable que le régime lui-même l’ait éliminé. Même si c’était le cas, il est très peu probable qu’Hemmat ait eu connaissance de ce qui aurait sans aucun doute été une opération top secrète.

Quoi qu’il soit arrivé à Hejazi, le régime devra désormais contrer le tweet d’Hemmat. Téhéran utilisera probablement ses annexes ainsi que les réseaux sociaux pour répandre l’affirmation selon laquelle Hejazi est mort du COVID-19, ce qui en soi porterait un coup à la réputation du régime et expliquerait son désir de garder le silence.

Afficher le PDF

Le Dr Ardavan Khoshnood, associé non-résident au Centre BESA, est criminologue et politologue diplômé en analyse du renseignement. Il est également professeur agrégé de médecine d’urgence à l’Université de Lund en Suède. @ardavank

besacenter.org

Laisser un commentaire