Liz Warren (JStreet) : il faut interdire l’utilisation de l’aide militaire à Israël en Judée-Samarie

Posted by

U.S. Vice President Joe Biden addresses the 4th National J Street Conference at the Washington Convention Center in Washington, D.C. on Monday, September 30, 2013. In his remarks, the Vice President reiterated the administration’s steadfast support for Israel and the two-state solution. Credit: Ron Sachs

La sénatrice Warren: Il faut envisager de restreindre l’aide militaire dans les territoires occupés

«En continuant à fournir une aide militaire sans restriction, nous ne fournissons aucune incitation à Israël pour qu’il ajuste sa trajectoire

Par OMRI NAHMIAS   20 AVRIL 2021 14:27

   

La sénatrice américaine Elizabeth Warren (D-MA) s'adresse aux journalistes lors d'une conférence de presse sur la demande des démocrates pour une extension des protections contre les expulsions dans le prochain projet de loi d'aide à la maladie à coronavirus (COVID-19) sur Capitol Hill à Washington.  (crédit photo: REUTERS / JONATHAN ERNST)

La sénatrice américaine Elizabeth Warren (D-MA) s’adresse aux journalistes lors d’une conférence de presse sur la demande des démocrates pour une extension des protections contre les expulsions dans le prochain projet de loi d’aide aux victies du coronavirus (COVID-19) sur Capitol Hill à Washington. (crédit photo: REUTERS / JONATHAN ERNST)

WASHINGTON – La sénatrice démocrate Elizabeth Warren a  déclaré lundi que les États-Unis devraient envisager de «restreindre l’utilisation de l’aide militaire dans les territoires occupés». S’exprimant lors de la conférence virtuelle de J Street, (le lobby sorossien anti-israélien), Warren a déclaré: «Nous devrions parler de l’éléphant dans la salle: l’assistance militaire américaine à Israël. J’ai dit plus tôt que je suis attachée à la sécurité d’Israël et je le suis; Je soutiens l’assistance militaire à Israël. Mais si nous voulons vraiment arrêter l’expansion des « colonies » (implantations juives en Judée et Samarie, terre ancestrale des Juifs) et aider les parties à trouver le chemin d’une solution à deux États, il serait alors irresponsable de ne pas considérer tous les outils dont nous disposons.

«L’un de ces [outils] est d’empêcher l’utilisation de l’aide militaire dans les territoires occupés», a-t-elle déclaré. «En continuant à fournir une aide militaire sans restriction, nous n’incitons pas Israël à ajuster sa trajectoire», a déclaré Warren.

Le président américain Joe Biden a rejeté des appels similaires dans le passé et a qualifié l’idée de «scandaleuse». En 2019, le sénateur Bernie Sanders a pris la parole à J Street et a appelé à conditionner l’aide à Israël. Biden, alors candidat à la présidentielle, a déclaré: « Je ne la conditionnerais pas, et je pense que c’est une erreur gigantesque. »

«Les États-Unis ne peuvent pas défendre la sécurité, les droits de l’homme et la dignité, et en même temps fermer les yeux sur les souffrances des Palestiniens sous l’occupation israélienne», a déclaré Warren. «Les Palestiniens méritent de vivre dans la liberté et la prospérité.» «Je crois qu’une solution à deux États est la voie du respect de chaque être humain», a déclaré la sénatrice du Massachusetts.

«Le gouvernement Netanyahu a peut-être mis de côté l’annexion formelle pour le moment, mais la croissance continue de ces implantations et la destruction des maisons palestiniennes équivaut à une annexion de fait. «Les dirigeants palestiniens, quant à eux, continuent de montrer qu’ils sont incapables de relever les défis actuels», a déclaré Warren. «La Cisjordanie est dirigée par une direction corrompue et de plus en plus autoritaire sous le président [de l’Autorité palestinienne] [Mahmoud] Abbas. S’il a fait preuve d’un véritable engagement en faveur de la non-violence, il a également systématiquement omis de prendre de réels risques pour la paix. »

Elle a appelé l’administration «à prendre des mesures immédiates pour améliorer la vie des Israéliens et des Palestiniens sur le terrain aujourd’hui», et qu’une «étape immédiate serait d’insister pour qu’Israël fasse plus pour aider les Palestiniens à se faire vacciner contre la menace mortelle du COVID. -19. »

«Les colons juifs de Cisjordanie (résidents des implantations) reçoivent des vaccinations, tandis que peu de Palestiniens ont accès aux vaccins qui leur sauvent la vie», a déclaré Warren. Elle a également appelé à «rouvrir immédiatement le consulat américain aux Palestiniens à Jérusalem et le bureau de la délégation de l’OLP à Washington, DC».


MATT BROOKS, directeur exécutif de la Coalition juive républicaine, a rejeté le discours de Warren. «De l’avis de la sénatrice Warren, l’alliance stratégique de plusieurs décennies entre les États-Unis et Israël n’est utile que comme levier pour faire avancer l’agenda anti-israélien des démocrates progressistes qu’elle dirige», a-t-il déclaré dans un communiqué. «Prôner, comme le fait la sénatrice Warren, que les États-Unis fassent pression sur Israël pour qu’il fasse des concessions aux Palestiniens tandis que l’Autorité palestinienne condamne l’existence d’Israël, incite à la violence contre Israël et les Juifs partout, et continue ses salaires« Payer pour tuer »aux terroristes et à leurs familles – est dégoûtant », a déclaré Brooks.

Le sénateur Bernie Sanders a adressé un message similaire à celui de Warren. « Je crois fermement que nous devons également être disposés à exercer une pression réelle, y compris la restriction de l’aide américaine, en réponse aux mouvements de chaque côté qui sapent les chances de paix », a déclaré Sanders. «La vérité est que les États-Unis accordent une énorme aide militaire à Israël. Il fournit également une aide humanitaire et économique aux Palestiniens. Il est tout à fait approprié que les États-Unis disent à quoi cette aide peut et ne peut pas être utilisée. »

« En termes d’aide à Israël, à mon avis, le peuple américain ne veut pas que cet argent soit utilisé pour soutenir des politiques qui violent les droits de l’homme et traitent le peuple palestinien comme des êtres humains de seconde zone », a déclaré l’ancien candidat démocrate à la présidentielle. «Lorsque nous parlons de restreindre l’aide, il est important de noter qu’il ne s’agit pas de distinguer un seul pays. Il s’agit d’agir de manière impartiale dans la région et de faire en sorte que l’aide américaine travaille à faire progresser les valeurs américaines, et non à les saper.


L’AMBASSADEUR DES ÉTATS-UNIS auprès de l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, a déclaré que l’Amérique soutenait les récents accords de normalisation entre Israël et ses voisins arabes, et «œuvrera à élargir le cercle de la paix au Moyen-Orient – ce qui n’est pas seulement bon pour Israël, mais toute la région. »Abordant les négociations indirectes à Vienne entre les États-Unis et l’Iran, Thomas-Greenfield a déclaré que les États-Unis et Israël partagent un objectif commun de ne jamais permettre à l’Iran d’obtenir des armes nucléaires. «Pour ce faire, nous devons utiliser ce que le président Biden appelle le premier instrument de la puissance américaine: la diplomatie. La position américaine sur le JCPOA [accord sur le nucléaire] est claire: nous sommes prêts à revenir à l’accord si l’Iran revient au plein respect de ses engagements nucléaires », a-t-elle déclaré.  «Dans le même temps, nous continuerons à soutenir Israël dans ses efforts pour contrer les menaces posées par le comportement agressif de l’Iran», a-t-elle ajouté.

Elle a déclaré qu’elle continuerait «à se tenir aux côtés d’Israël, en particulier quand il est injustement et disproportionnellement pointé du doigt par des résolutions et des actions unilatérales» à l’ONU.  «Ce n’est pas que nous ne soyons pas disposés à discuter des questions liées à Israël et aux Palestiniens aux Nations Unies: loin de là», a-t-elle poursuivi. «C’est plutôt que nous ne défendrons pas un ciblage unique qui ne nous rapproche pas de la paix. Pourtant, comme aime à le dire le président, nous ne pouvons pas avoir peur de dire la vérité à nos amis les plus proches. Cela signifie dénoncer les actions unilatérales provocatrices qui augmentent les tensions et nous éloignent de la voie de la paix.

«La meilleure façon d’assurer un avenir pacifique et prospère pour les Israéliens et les Palestiniens est une solution à deux États», a déclaré l’ambassadrice. «Malheureusement, les perspectives de parvenir à une solution négociée à deux États semblent assez lointaines.

« Mais nous savons que seule une solution à deux États peut garantir l’avenir d’Israël en tant qu’État juif et démocratique tout en permettant au peuple palestinien de parvenir à un État qui lui est propre », a-t-elle déclaré. « Donc, tout, en dehors de cela est un pas dans la mauvaise direction.

« Abordant la récente décision de renouveler le financement de l’UNRWA, Thomas-Greenfield a déclaré que les États-Unis sont déterminés à servir de partenaire solide à l’agence d’aide palestinienne, « mais nous serons également les plus fervents critiques lorsque nous verrons des problèmes. »

«Nous travaillerons avec l’agence pour faire avancer d’importantes réformes», a-t-elle déclaré. «En reprenant cette assistance, nous pouvons et nous aiderons l’UNRWA – comme nous le faisons avec d’autres agences des Nations Unies – à fournir l’assistance la plus efficace et la plus efficiente possible et à agir conformément aux principes d’équité, de neutralité, de tolérance et de non-discrimination des Nations Unies.»

jpost.com

One comment

  1. Les »dames » de JStreet n’ont rien à envier à cellequi font le trottoir…et encore, ces dernière exercent leurs « talents » plus honnêtement et ne soutiennent généralement pas les génocidaires!

Laisser un commentaire