Les alliés de Netanyahu lancent une campagne de pression sur les réticents et les déserteurs

Publié par
Yemina Political alliance members Ayelet Shaked, Rafi Peretz, Naftali Bennett and Betzalel Smotrich seen during the launch of a housing plan of the Yemina Political alliance, ahead of the upcoming September 17 election, in Elkana, August 21, 2019. Photo by Ben Dori/Flash90

« De quel droit quelqu’un devrait-il faire pression sur nous, pour une question aussi importante et fondamentale que celle consistant à s’appuyer sur des terroristes et des partisans du terrorisme? » disent les responsables du Parti religieux sioniste.

Par  Yehuda Shlezinger , i24NEWS et l’équipe ILH  Publié le  04-11-2021 09:00 Dernière modification: 04-11-2021 09:09

(photo) Le chef de Yamina Naftali Bennett et le chef du parti religieux sioniste Bezalel Smotrich | Photo de fichier: Oren Ben Hakoon

Les responsables du bloc de droite ont continué ce week-end à essayer de mettre en place un gouvernement de droite et cette semaine, ils mettront encore plus de pression sur ceux qui peuvent éventuellement contribuer à ce que cela se produise.

Au cours de la semaine à venir , a appris Israël Hayom, les alliés politiques du Premier ministre Benjamin Netanyahu appliqueront cette pression de la manière suivante: le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri (Shas) fera appel au président du parti Nouvel Espoir, Gideon Sa’ar; Le député Yakov Litzman (Judaïsme unifié de la Torah) a été chargé de persuader le chef du parti religieux sioniste Bezalel Smotrich; et le chef de l’UTJ Moshe Gafni a été invité à se concentrer sur le fait de persuader l’ancien député du Likud Ze’ev Elkin (Nouvel espoir) de retourner au Likud.

Malgré la campagne de pression imminente, l’hypothèse est que peu importe ce qui lui est proposé, Sa’ar ne rejoindra pas un tel gouvernement. Par conséquent, la faisabilité d’une coalition Likoud-Parti sioniste religieux-Yamina avec les factions Haredi et la possibilité d’un soutien externe du parti arabe Ra’am est toujours sur la table – malgré l’opposition véhémente de Smotrich. Les responsables du Likud ont déclaré que « la balle pour établir un gouvernement de droite est entre les mains de Smotrich et Bennett. Au moment où ils mettent tout de côté, il ne faut pas qu’ils se laissent emporter et qu’ils arrêtez de nous menotter par des promesses, car nous formerons un gouvernement de droite. »

Bennett a déclaré aux responsables du Likud la semaine dernière qu’il n’était pas totalement opposé au problème d’un gouvernement de droite dépendant du soutien extérieur de Ra’am, affirmant que si Smotrich lève son opposition, il le rejoindrait. Dans le camp de Smotrich, les responsables ont rejeté catégoriquement l’option d’un gouvernement de droite avec le soutien extérieur de l’un des partis arabes, selon ce que Smotrich a déclaré à Israel Hayom : « Ni de l’extérieur, ni de l’intérieur, pas selon des peut-être, pas à cause d’abstentions, ni soutien direct ni indirect. Nous voterons contre toute coopération avec [le chef de Ra’am Mansour] Abbas. Cela n’arrivera jamais. »

Les responsables du camp de Smotrich sont furieux de la pression exercée contre lui à ce sujet.

« Quel droit a quelqu’un de faire pression sur nous , pour une question aussi importante et fondamentale que de compter sur des terroristes et des partisans du terrorisme? Il ne s’agit pas de rompre une promesse [de campagne] ou de ne pas vouloir se salir les mains, c’est une question idéologique; si nous acceptons maintenant de compter sur les partisans du terrorisme, nous perdrons notre emprise sur l’État d’Israël. La gauche établira avec eux un gouvernement pour les 40 prochaines années; ils feront des progrès et recevront le double de mandats lors des prochaines élections. Nous ne permettront pas que cela se produise sous notre supervision », a déclaré un responsable.

Les responsables du camp de Smotrich ont également déclaré que sa résistance à un gouvernement soutenu par les partis arabes empêchait la formation d’un gouvernement de rotation Bennett avec le président de Yesh Atid, Yair Lapid. Selon eux, si Smotrich consent au soutien d’Abbas, Bennett ira voir Lapid et l’informera qu’il a la possibilité de rejoindre un gouvernement de droite, auquel cas Lapid devra accepter toutes les conditions de Bennett pour créer un gouvernement de gauche. Selon ces responsables, tant que Smotrich s’oppose à Abbas, Bennett n’a aucun effet de levier sur Lapid.

Le député Ahmad Tibi (Liste arabe commune), quant à lui, s’est montré plutôt timide samedi, lorsqu’on lui a demandé si sa faction soutiendrait un gouvernement dirigé par Bennett.

S’adressant à Channel 12 News , le politicien chevronné a refusé d’accorder une réponse définitive à ce sujet.

« Nous devons attendre et voir. Parfois, vous dites des choses et puis les choses changent, » a répondu Tibi.

i24NEWS a contribué à ce reportage.

Laisser un commentaire