Les États-Unis renforcent l’aide aux Palestiniens ; certains membres du Congrès crient au scandale

Publié par

L’administration Biden veut donner aux Palestiniens 40 millions de dollars pour le maintien de l’ordre et les coûts de sécurité en Cisjordanie et à Gaza, mais certains législateurs soutiennent qu’elle viole le Taylor Force Act et les lois de clarification antiterroriste.

Par  AP , i24NEWS et l’équipe ILH  Publié le  04-07-2021 07:51 

Les forces de sécurité palestiniennes affrontent des manifestants à Hébron | Photo de dossier: Reuters / Mussa Qawasma

L’administration Biden entreprend à nouveau d’augmenter l’aide américaine aux Palestiniens alors qu’elle déclenche une nouvelle politique au Moyen-Orient qui est directement opposée à celle poursuivie par son prédécesseur.

Pour la troisième fois en deux semaines, l’administration a annoncé publiquement ou discrètement notifié au Congrès son intention de fournir aux Palestiniens des dizaines de millions de dollars d’aide. Lundi, l’administration a informé les législateurs qu’elle donnerait aux Palestiniens 40 millions de dollars pour le maintien de l’ordre et les frais de sécurité en Judée-Samarie (Cisjordanie) et à Gaza.

« Soutenir une solution durable au conflit israélo-palestinien est un objectif fondamental de la sécurité nationale des États-Unis », a déclaré le département d’État dans la notification, datée du 2 avril mais transmise seulement lundi. << Dans le cadre de cet effort, l’assistance du gouvernement américain vise à mettre en place des institutions de sécurité et de justice pénale professionnelles et responsables qui maintiennent la sécurité et la stabilité en Cisjordanie, respectent l’état de droit, contribuent directement à la sécurité régionale et protègent la population. « 

L’administration Biden n’a pas caché sa conviction que l’approche de l’ancien président américain Donald Trump au Proche-Orient, qui aliénait les Palestiniens, était imparfaite et rendait les perspectives de paix moins probables. La nouvelle assistance semble avoir pour but d’encourager les Palestiniens à reprendre les négociations avec Israël, même si rien n’indique qu’elle aura cet effet et qu’Israël n’a pas encore pesé publiquement cette perspective.

Les 40 millions de dollars nouvellement alloués s’ajoutent aux 75 millions de dollars d’aide aux groupes d’infrastructure, de santé et de la société civile dont l’administration a parlé au Congrès le 28 mars et de 15 millions de dollars d’aide pour la lutte contre le coronavirus annoncés un jour plus tôt.

L’administration devrait également annoncer dès cette semaine une reprise du financement de l’agence onusienne qui s’occupe des réfugiés palestiniens, l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA). L’administration Trump avait réduit le financement des Palestiniens à presque rien et avait mis fin à son soutien à l’agence de l’ONU alors qu’elle adoptait une approche résolument pro-israélienne dans sa gestion du Moyen-Orient.

L’ancien secrétaire d’État Mike Pompeo et l’ancien ambassadeur des États-Unis auprès des Nations Unies Nikki Haley avaient défendu la suppression du financement de l’agence de secours, suggérant qu’elle était responsable de la perpétuation de la pauvreté palestinienne et se demandant si tous les millions de personnes qu’elle sert sont réellement des réfugiés.

Juste une semaine avant de quitter ses fonctions, Pompeo a accusé l’UNRWA d’être « criblé de gaspillage, de fraude [et] de préoccupations de soutien au terrorisme » et a déclaré qu’il y avait moins de 200 000 réfugiés palestiniens légitimes encore en vie.

Les législateurs pro-israéliens signalent leur opposition au renouvellement du financement, notant en particulier que les lois fédérales interdisent l’assistance directe à l’Autorité palestinienne ou la fourniture d’une aide qui profite à l’AP tant qu’elle continue de verser des allocations aux personnes reconnues coupables d’anti-US ou attaques terroristes anti-israéliennes et leurs familles.

Déjà, une poignée de républicains se préparent à contester l’aide, affirmant qu’elle viole la loi Taylor Force (Act) et les lois de clarification antiterroriste, qui sont toutes deux passées avec un fort soutien bipartisan.

La reprise de l’aide intervient quelques jours après que le Government Accountability Office (Bureau des Responsabilités gouvernementales) non partisan a publié un rapport selon lequel le gouvernement américain n’avait pas correctement vérifié tous ses bénéficiaires de financement palestiniens pour les critères antiterroristes américains comme l’exige la loi entre 2015 et 2019, lorsque Trump a rompu la plupart des subventions.

Tout en affirmant que l’Agence américaine pour le développement international avait respecté la loi en ce qui concerne les personnes et les groupes qu’elle financait directement, elle n’avait pas fait de même avec les entités, appelées sous-bénéficiaires, auxquelles ces groupes distribuaient ensuite l’argent des contribuables. « Si le financement reprend, nous recommandons des mesures pour améliorer la conformité », indique le rapport du GAO, publié la semaine dernière,

Pendant ce temps, un projet de loi visant à examiner le programme éducatif palestinien quant à la recherche de contenus violents a été réintroduit au Congrès américain.

Selon IMPACT-se, une organisation israélienne à but non lucratif qui examine les programmes éducatifs régionaux, la Règle HR2374 vise à exiger du Département d’État qu’il évalue si des documents «encourageant la violence ou l’intolérance envers d’autres nations ou groupes ethniques» sont toujours présents dans les manuels palestiniens.

L’organisme gouvernemental sera également tenu de vérifier les mesures prises par l’Autorité palestinienne pour s’assurer que ses manuels sont conformes à la Déclaration de principes de l’UNESCO sur la tolérance de 1995.

Washington devra également vérifier si l’un quelconque de ses fonds fournis à l’Autorité palestinienne a été utilisé pour distribuer du matériel de radicalisation ou pour lutter contre ceux-ci et revoir les efforts des États-Unis pour «encourager la responsabilité dans l’éducation palestinienne».

La législation bipartite a été présentée à la Chambre des représentants par le démocrate californien Brad Sherman et coparrainée par les républicains de New York et de Floride Lee Zeldin et Brian Mast, ainsi que les démocrates du New Jersey et du Maryland Josh Gottheimer et David Trone.

« Lors du dernier Congrès, ce projet de loi a été adopté à l’unanimité par la commission des affaires étrangères. J’espère travailler avec mes collègues pour tirer parti de ce soutien et obtenir l’adoption de ce projet de loi au 117e Congrès », a déclaré Sherman dans un communiqué.

Auparavant, IMPACT-se a fait état de matériels favorisant la violence utilisés dans les écoles palestiniennes, y compris celles gérées par l’UNRWA.

i24NEWS a contribué à ce reportage.

Laisser un commentaire