Une vraie « guerre non déclarée » entre la Russie et l’Iran dans l’est de la Syrie

Posted by

 Expert militaire syrien

 Nziv L’Iran

L’influence de l’Iran dans la province de Deir ez – Zor en Syrie est soumise à des chocs constants, notamment l’augmentation des défections fréquentes des éléments locaux qui se sont enrôlés dans les milices iraniennes, ce qui pourrait faire de Téhéran le maillon le plus faible, de sorte que le plus grand gagnant seraient les forces russes.

Le 24 mars 2021, le réseau « East 24 » a confirmé la défection d’un groupe de combattants des milices irano-syriennes dans la ville d’al-Mayadin à Deir ez-Zour, qui comptait 8 combattants, et leur adhésion à une milice de 5 recrues, soutenues militairement et logistiquement par la Russie.

Auparavant, selon le réseau, 20 combattants de la milice iranienne locale ont fait défection, à la mi-mars 2021, et ont fui vers les zones des Forces démocratiques syriennes « Kesed », sur la rive gauche de l’Euphrate à Deir ez-Zor, qui est contrôlée par les Kurdes.

L’état de confusion des milices iraniennes avec les combattants de la nation syrienne à Deir a-Zour

La carte militaire de la province montre le contrôle des milices iraniennes et du régime syrien, et des forces russes sur la rive droite de l’Euphrate, qui s’étend de Deir Ez-Zor à al-Mayadin à al-Bukamal, sur la frontière Irakienne.

Les forces des FDS contrôlent les villages et les villes sur la rive gauche de l’Euphrate, riche en pétrole, qui s’étend de la région d’Al-Jawz à Deir ez-Zor, à la frontière irakienne, et atteint le sous-district de Hasaka à la frontière entre l’Irak et la Turquie, dans le nord de la Syrie.

Cependant, les données provenant de Deir Ez-Zor indiquent une volonté russe de neutraliser la force militaire iranienne construite dans la région depuis fin 2017, suite à l’élimination de Daech dans la province, mais de manière moins coûteuse.

La tendance des éléments syriens locaux à quitter les milices iraniennes et leur tendance à rejoindre les rangs des Russes à Deir Ez-Zor, est une indication de la stabilité de l’influence russe dans la province.

Moscou s’est concentré sur l’exploitation de la faible infrastructure militaire des milices iraniennes à Deir Ez-Zor, en envoyant un signal clair indiquant sa capacité à neutraliser l’influence de Téhéran dans ce pays.

Pression continue

Dans ce contexte, l’expert militaire syrien, le colonel Hatem al-Roi, confirme dans un communiqué au site d’information Istkalal l’existence de ce qu’il a appelé «une véritable guerre non déclarée» entre la Russie et l’Iran à Deir Ez-Zor, depuis septembre 2020.

 L’analyste militaire a noté que «l’armée de l’air russe a bombardé des zones de la Badia syrienne (désert) contrôlées par les milices iraniennes, sous prétexte de combats contre Daech».

 « Le meilleur exemple en est le bombardement d’avions de combat russes, il y a deux mois, sur un camp de la milice iranienne fatemiyoun, au sud de Madan, situé entre les districts de Deir Ez-Zor et d’al-Raqqa, dans lequel 22 combattants des milices pro iraniennes ont été tués », a-t-il dit.

« Que les Russes ferment les yeux sur les bombardements israéliens de sites iraniens en Syrie a toujours été considéré comme une preuve supplémentaire de l’existence d’une équation russo-israélienne visant à affaiblir et réduire l’influence iranienne à Damas. »

Il a déclaré que l’Iran s’était récemment inquiété de ce qu’il appelle un « partenariat russe » contre sa présence en Syrie.

Cela est également transparent dans la critique du chef du Comité iranien sur la sécurité nationale et la politique étrangère au parlement iranien, Shmatullah Bisha, disant que la Russie a perturbé son système de défense aérienne S-300 dès que les sites iraniens en Syrie ont été soumis aux Frappes aériennes d’Israël.

Le 25 janvier 2019, l’agence de presse officielle iranienne IRNA a cité Bisha comme disant: « Il semble y avoir une certaine coordination entre les attaques israéliennes et la forte défense aérienne russe ».

L’analyste militaire a fait allusion à l’existence d’une « décision d’expulser l’Iran de Syrie ».

À la lumière de ce qui précède, on peut conclure que le principal investissement de la Russie est tout son poids dans l’expulsion de l’Iran de Deir Ez-Zor, dans le cadre des efforts de Moscou pour établir sa présence militaire et celle de l’armée syrienne dans toute la Syrie.

WhatsAppTélégramme

Laisser un commentaire