Bousculade effrénée pour être celui qui formera le prochain gouvernement

Posted by

Bousculade effrénée pour être celui qui formera le prochain gouvernement


1 avr.2021 à 13h44

Le président Reuven Rivlin doit, mercredi 7 avril prochain, sortir de l’impasse électorale israélienne et choisir le chef du parti le mieux à même de former un nouveau gouvernement après deux jours de consultations. Chacun des principaux partis doit escalader de hauts murs pour atteindre un gouvernement de coalition majoritaire à 61 sièges. Le Likud (30 sièges) du Premier ministre Binyamin Netanyahu et trois partis religieux peuvent compter jusqu’à 52 fauteuils garantis. Le chef de l’opposition Yair Lapid se bat durement pour maintenir en place un amalgame de 57 sièges instables, qui n’ont en commun que d’être anti-Netanyahu.

Tous deux sont en quête de la même proie: Netanyahu a fait appel à deux listes de droite, Yamina (7) de Naftali Bennett et Nouvel Espoir (6) de Gideon Saar, qui a fait défection du Likud en signe de protestation contre sa direction, pour qu’elles «rentrent chez elles»(leur foyer naturel : le Likud). Lapid se bat pour les garder dans son escarcelle. Si Bennett était le seul à franchir la ligne (vers Netanyahu), le revirement mathématique porterait le bloc du Likud à 59, amoindrirait la composition de Lapid à 52 membres et réduirait ses chances de rivaliser contre Netanyahu pour le premier mandat de premier ministre.

Le petit parti de Bennett est donc essentiel pour un nouveau gouvernement et sa forme – à tel point que des éléments du camp anti-Netanyahu ont lancé une proposition pour faire progresser Bennett en tant que Premier ministre au premier tour des négociations présidentielles et reléguer Lapid à la deuxième place à un poste de premier ministre rotatif. Le mur à franchir pour réaliser ce scénario est surmonté de plusieurs lignes de barbelés. Lapid est opposé au fait de se retirer – pour commencer. Deuxièmement, il faudrait persuader les sept listes rangées derrière lui de soutenir un candidat de droite. Et les propres partisans de Yemina sont déjà très réticents à s’asseoir avec l’extrême gauche Meretz et l’anti-religieux Yisrael Beitenu.

Les listes arabes, quant à elles, jonglent en suspension entre les deux camps. Lorsque le chef de Raam Mahmoud Abbas s’est détaché de la Liste arabe commune, il a également enfreint une convention historique contre la participation arabe au gouvernement de l’État juif, après un entretien pré-électoral surprise avec le Premier ministre Netanyahu. Abbas a fait connaître ses choix, dans un discours à la communauté arabe, plus tard le jeudi 1er avril, tout en soutenant son exploit sans précédent de placer le rôle de faiseur de roi entre les mains de sa communauté minoritaire. Les associés d’Abbas pensaient qu’il promettrait un soutien parlementaire à l’un des deux camps, plutôt que de chercher un poste au cabinet, tout en ne négligeant pas de soumettre une formidable liste d’avantages pour répondre aux demandes de la population arabe.


Si Yamina monte à bord, le Premier ministre du Likud n’aura plus qu’à trouver deux sièges à la Knesset pour constituer une majorité de 61 sièges qui soutiendraient son gouvernement. La liste Ra’am de quatre législateurs à la Knesset suffirait à faire passer son gouvernement au-delà du nombre de postes gagnant.

Le président Rivlin a déclaré que son premier choix de candidat au poste de Premier ministre sera basé sur le chef de parti qui peut «gagner la confiance de la Knesset» et bâtir «un gouvernement qui réussira à réparer les divisions entre nous et à réhabiliter la société israélienne». C’est ce que veulent les Israéliens, a-t-il dit, plutôt qu’une cinquième élection consécutive sans précédent.

Même avec moins d’une majorité, Netanyahu peut en théorie décider qu’un gouvernement minoritaire sous sa direction serait préférable à des élections inutiles. Un précédent très pertinent qui mérite d’être rappelé est celui du regretté Yitzhak Rabin qui, en 1993, dirigeait un gouvernement de 56 personnes, mais, néanmoins, obtint l’approbation parlementaire pour mener les accords-cadres d’Oslo avec les Palestiniens à la majorité d’un siège. Ce vote unique est venu du parti arabe israélien Hadash, un précurseur du Ra’am de Mansour Abbas.

Ce processus se déroulera parallèlement à la reprise, la semaine prochaine, de la phase de preuve du procès du Premier ministre Binyamin Netanyahu pour corruption. En tant que chef du Likud, le plus grand parti issu des élections du mois dernier, il s’attend à être pleinement engagé dans des négociations de coalition délicates et a demandé au tribunal de le libérer pendant un mois de son obligation de présence personnelle. Certaines acrobaties seront nécessaires pour surmonter la résistance du chef religieux sioniste Bezalel Shmotrich (7) à rejoindre un gouvernement soutenu par le soutien arabe. Cette résistance est fortement réciproque du côté arabe en ce qui concerne le n ° 2 de la liste religieuse sioniste, Itamar Ben-Gvir, bien que Netanyahu n’ait pas l’intention d’offrir un siège au gouvernement à ce législateur nationaliste d’extrême droite, élu pour la première fois.

One comment

  1. C’est tout à fait scandaleux, une bande de vautours. Comment voulez vous que je justifie ce comportement ici en Belgique (qui n’est pas mieux lotie). Je pense que j’ai trop idéaliser Israel

Laisser un commentaire