Attaque israélienne contre l’Iran – voici comment Israël peut le faire

Posted by

Dans l’ensemble, l’option diplomatique, si possible. En cas d’échec, la moins mauvaise option pour l’administration Biden est de laisser Israël bombarder l’Iran

Ehud Eilam | 1/04/2021 partage

Photo: porte-parole de Tsahal 

L’Iran continue de violer l’accord nucléaire de 2015 tout en accumulant des connaissances et des capacités sur la voie de la production d’armes nucléaires. Il y a des désaccords, y compris en Israël, sur le temps qu’il faudra à l’Iran pour produire des armes nucléaires et les assembler sur un missile sol-sol. L’Iran possède déjà des missiles sol-sol – capables d’atteindre Israël. L’administration Biden tente de négocier avec l’Iran, mais le processus semble coincé. L’Iran veut que les États-Unis lèvent d’abord toutes les sanctions.

L’administration Biden, avec toute sa volonté de faire des concessions, y compris la suppression de nombreuses sanctions, n’est pas disposée à le faire en simple initiative d’ouverture. Cela irradiera de faiblesse et encouragera l’Iran à refuser de faire des concessions par lui-même, concernant le programme nucléaire. Il peut y avoir une percée plus tard qui mènera à des négociations ouvertes et même une qui sera menée efficacement et rapidement, mais même dans ce cas, il se peut qu’il n’y ait pas d’accord. Israël ne veut pas que les États-Unis reviennent à l’accord sur le nucléaire en 2015, ce qui pourrait arriver.

Israël souhaite un accord amélioré, qui comprendra également des clauses qui ne figuraient pas dans le même accord, telles que la limitation du programme de missiles de l’Iran et l’arrêt de ses activités dans tout le Moyen-Orient, comme en Syrie. Il est douteux que cela se produise. L’Iran insistera probablement pour ne traiter que la question nucléaire et l’administration Biden pourrait s’y résoudre, sans avoir le choix. L’administration Biden a des priorités, à commencer par la Russie, la Chine, la crise climatique et bien sûr la crise corona.

Le Moyen-Orient n’est pas une priorité élevée pour l’administration Biden, et en fait l’Iran en général et son programme nucléaire en particulier sont la principale raison pour laquelle l’administration Biden traite actuellement avec le Moyen-Orient. (On ne s’attend pas vraiment à son implication réelle dans la question palestinienne. Si l’administration Biden est déjà plus impliquée dans la présence américaine en Irak et en Syrie, les questions de droits civils dans les pays arabes et la guerre au Yémen). Pendant ce temps, l’Iran continue de faire progresser son programme nucléaire.

Même si l’Iran a l’intention de l’utiliser comme monnaie d’échange pour parvenir à un accord qui lui convienne, si un accord n’est pas conclu, l’Iran peut décider qu’il est préférable pour lui de chercher à fabriquer des armes nucléaires. L’Iran ne le fera pas ouvertement pour ne pas souffrir de condamnations et de sanctions et principalement pour réduire les risques d’attaque de l’infrastructure nucléaire iranienne. L’Iran tentera de se faufiler secrètement dans la production d’armes nucléaires ou sera sur le point de produire cette arme. Pour Israël, ce sera peut-être le pire développement de son histoire.

Israël a été confronté à des développements sécuritaires difficiles dans le passé, tels que l’intensification des armées arabes, des crises avec le patron américain et plus encore, mais les armes nucléaires de l’Iran sont peut-être le plus grand danger pour Israël. Peut-être que les négociations de l’administration Biden avec l’Iran échoueront, ne serait-ce qu’à cause des positions rigides des Iraniens. Israël, en supposant qu’il s’oppose à de telles négociations, devrait essayer de gagner du temps. En juillet, il y aura des élections en Iran et il y aura un nouveau président et ministre des Affaires étrangères, qui sera peut être plus extrémiste et rusé et moins talentueux que l’actuel ministre des Affaires étrangères Zarif et que le président Rouhani, qui prétendent être « modérés ».

Même peut-être que le chef suprême de l’Iran, Khamenei, mourra et que son successeur sera encore plus radical qu’il ne l’est par rapport à l’Amérique. Il existe diverses circonstances qui peuvent donc provoquer l’effondrement des négociations et jusque-là, l’Iran peut alors se faufiler / (voire) galoper vers la bombe. L’administration Biden devra donc faire face à trois mauvaises options: laisser l’Iran produire des armes nucléaires, bombarder l’Iran ou laisser Israël le faire. L’option la moins mauvaise pour l’administration Biden est de laisser Israël le faire, et ensuite, l’administration Biden doit lui donner un arsenal approprié.

Si les États-Unis n’attaquent pas l’Iran, Israël peut le faire en dernier recours. Compte tenu de la distance entre Israël et des cibles en Iran, plus de mille kilomètres (1500 km), Tsahal s’appuiera sur l’armée de l’air. La distance avec l’Iran nécessitera un ravitaillement en vol et peut même permettre, même en cas d’urgence, un ravitaillement au sol dans un pays proche de l’Iran, qui craint également que l’Iran ne dispose d’armes nucléaires. Un autre défi sera de surmonter les défenses aériennes iraniennes et en particulier leurs systèmes 300-S. Un challenge supplémentaire serait de casser le blindage épais, dont certains sites nucléaires iraniens sont pourvus, comme à Fordow.

Différentes tactiques sont nécessaires pour cette tâche. Une des meilleures façons est d’obtenir une bombe assez grosse pour pénétrer le bouclier. Les États-Unis disposent d’une formidable bombe conventionnelle, la MOP (GBU-57), qui sera capable de mener à bien cette mission. Pour le transporter, vous avez besoin d’un bombardier lourd comme le B-2 ou le B-52, qui ne font pas partie de l’armée de l’air israélienne. L’administration Biden, avec tout son désir d’empêcher l’Iran d’acquérir des armes nucléaires, peut encore refuser de vendre à Israël même le B-52, un avion beaucoup plus ancien que le B-2, qui est en service opérationnel depuis 1955.

B-2

Dans tous les cas, Israël aura besoin de temps pour assimiler les procédures relatives à ces bombardiers lourds, avec toute la capacité d’improvisation et le talent israélien. Pendant ce temps, l’Iran peut viser d’obtenir une bombe. En attendant, Israël doit demander aux États-Unis, même la bombe géante, la MOP. Lors du congrès précédent, une proposition avait été faite pour donner cette bombe à Israël. Comparé à l’assimilation d’un bombardier lourd, il est plus facile d’assimiler le MOP et d’essayer de la faire entrer en service opérationnel dans l’armée de l’air israélienne dès que possible.

Il peut être largué depuis un avion de transport, C-130 et Israël a une riche expérience avec cet avion, donc il n’y a pas de problème de temps et de contraintes comme avec l’assimilation d’un bombardier américain lourd. Il est clair que l’envoi d’un avion de transport pour bombarder l’Iran est une opération très compliquée et dangereuse. Mais l’armée de l’air peut supprimer les résistances de l’armée de l’air iranienne de manière à permettre à l’avion de transport de pénétrer et de larguer la MOP.

Hercules C-130 modernisé

Avec tous les risques liés à l’opération et la peur de lourdes pertes parmi les forces aériennes et aussi les conséquences connues (guerre avec le Hezbollah, terrorisme iranien et plus) tout cela reste un prix relativement bas par rapport à accepter la réalité de l’Iran doté de l’arme nucléaire.

Dans l’ensemble, l’option diplomatique, si possible, est de réduire et de retarder autant que possible le développement du programme nucléaire iranien. Mais cette initiative peut échouer et donc une option militaire doit être préparée à l’avance, pour dissuader l’Iran de produire des armes nucléaires. Si l’Iran tente toujours de produire des armes nucléaires, il devra être bombardé, avec tous les coûts que cela implique.

israeldefense.co.il

Laisser un commentaire