Réunions non mixtes : sortir du piège

Publié par
Réunions non mixtes : sortir du piège
« Puisque le racisme est partout, puisqu’il est « systémique », toute personne de couleur est embrigadée de fait dans cette communauté des « racisés ». »
© Hannah Assouline

Édito

Par Natacha Polony

Publié le 01/04/2021 à 16:28

Il se trouvera des gens pour considérer qu’évoquer la polémique autour des réunions « en non-mixité » de l’Unef est bien la preuve d’une obsession malsaine et d’une volonté de cliver la société. C’est pourtant l’inverse qui pousse un hebdomadaire comme « Marianne » à traiter d’un tel sujet, dont nous estimons pourtant qu’il prend une place totalement délirante dans l’espace public. Car une telle hypertrophie révèle l’effacement progressif de la question sociale dans une part croissante du champ politique.

Prenons un pari : alors que tout Marianne est consacré à des sujets économiques essentiels, comme l’indépendance industrielle de la France, la question de l’inflation ou l’éventuel retour d’une spéculation boursière comparable à celle des années 1920, il se trouvera des gens pour considérer que consacrer une page du journal à la polémique autour des réunions « en non-mixité » de l’Unef est bien la preuve d’une obsession malsaine et d’une volonté de cliver la société. C’est pourtant l’inverse qui pousse un hebdomadaire comme Marianne à traiter d’un tel sujet, dont nous estimons pourtant qu’il prend une place totalement délirante dans l’espace public. Car une telle hypertrophie révèle l’effacement progressif de la question sociale dans une part croissante du champ politique. Cette question sociale que le mouvement des « gilets jaunes » avait tout à coup remise sur le devant de la scène est à nouveau reléguée au profit des questions identitaires, qui ont l’avantage d’hystériser encore un peu plus le débat pour masquer le vide absolu de tous ceux qui ont renoncé à bousculer le système.

JUSTE MILIEU ET MISE AU BAN DE L’UNIVERSALISME

Quand Audrey Pulvar répond, sur BFMTV, à propos des réunions de l’Unef, que « si une personne, un homme ou une femme blanche se présente, on ne va pas le ou la jeter dehors, en revanche on peut lui demander de se taire », elle tente, de son point de vue, de définir une sorte de juste milieu. Dans la logique d’une partie de la gauche, face à des militants indigénistes radicaux, le juste milieu consiste à comprendre la nécessité de « groupes de parole » non mixtes organisés par un syndicat étudiant, mais de considérer qu’on ne doit pas en interdire l’entrée officiellement à une part de la population. Les réactions outrées d’une droite dont les arrière-pensées électoralistes n’auront échappé à personne n’aident évidemment pas à comprendre où se situe le problème. Mais, de toute évidence, une partie de la gauche, d’Audrey Pulvar à La France insoumise, qui, il y a encore deux ans, récusait ce genre de dispositif au nom de l’universalisme, estime désormais qu’un positionnement équilibré consisterait à en valider le principe tout en prévenant qu’il ne faut exclure personne…

On a bien compris que le terme « racisé » voulait désigner l’expérience vécue par ceux qui, victimes de discriminations, sont ramenés à leur couleur de peau par le regard d’autrui. Et l’on a bien compris également que l’idée des réunions « en non-mixité » consiste à permettre à des gens partageant une même expérience de parler sans être réduits au silence par ceux qui pourraient nier leur expérience et, par là, leur statut de victime. Mais tel est bien le problème. Premier point, ce terme censé décrire un processus, une expérience sociale, devient dans la bouche de ceux qui l’utilisent une identité englobante. Puisque le racisme est partout, puisqu’il est « systémique », toute personne de couleur est embrigadée de fait dans cette communauté des « racisés ». Et quiconque tente de s’en extraire au nom de l’unicité de son expérience et au nom de la multiplicité de ses identités est immédiatement accusé de minimiser le racisme. Bref, « racisé » devient un équivalent de « non-Blanc », et donc une identité figée, une assignation, dans la bouche même de ceux qui l’emploient.

DÉCONSTRUIRE CES ÉVIDENCES ASSÉNÉES À COUPS DE RÉFÉRENCES SOCIOLOGIQUES

D’autant que le racisme exercé par un non-Blanc n’est pas considéré comme du racisme puisque n’étant pas « systémique ». CQFD. Second point, le partage d’expériences dans un espace « sécurisé » – les groupes de parole – est une pratique qui relève de la psychologie et qui s’adresse à des victimes de traumatisme. Le transposer dans le champ du politique n’est pas neutre. La conséquence principale est de constituer l’individu comme victime, face à d’autres individus exclus car potentiellement bourreaux, quelle que soit leur expérience vécue. Il s’agit avant tout de refuser la confrontation avec une forme de contradiction, et donc de faire échapper la notion de « racisme systémique » à l’ordre du débat politique. Les victimes, entre elles, peuvent donc se conforter dans l’idée que ceux qui ne sont pas admis dans cette réunion font partie des bourreaux.

Déconstruire ces évidences assénées à coups de références sociologiques prend du temps et nécessite de poser les termes de la discussion sans postuler que l’autre est un raciste, un racialiste, un indigéniste, ou quelque autre nom d’oiseau. Ce qui devrait nous inquiéter sérieusement est de voir un syndicat étudiant réduire peu à peu son champ d’action à la « lutte contre toutes les discriminations », quand son rôle politique devrait être de s’inquiéter de l’état dramatique de l’enseignement universitaire en France, miné par les inégalités et le décrochage de masse, de s’alarmer de la proportion de jeunes gens titulaires de diplômes sans aucun débouché, d’exiger des politiques une remise à plat d’un système en bout de course. Tout simplement parce que c’est la promesse républicaine qui sombre dans ce naufrage. Et ce qui est vrai pour l’Unef l’est pour toutes ces organisations syndicales et politiques dont on comprend qu’il leur est plus facile de manier des concepts flous et de se constituer en association de victimes que d’analyser un système économique et de porter les revendications de citoyens libres.

Par Natacha Polony

marianne.net

2 commentaires

  1. Pas mal de la part de Natacha Polony d’arriver aussi bien à comprendre l’intention des « racisés » et de pouvoir autant en extraire le déterminant vital de la victimisation pour conclure avec l’outrance idéologique mise en évidence avec le constat malheureux des préoccupations syndicales si éloignées de la réalité des besoins. La situation est effectivement catastrophique pour l’avenir des étudiants. Il pourrait être encore plus catastrophique que la lutte contre les discriminations soit le seul combat syndical.
    Mais peut-être pas. L’Unef n’est pas forcément gouvernée par des abrutis en quête existentielle par des déboires de représentativité. Les médias nous abreuvent de ce manque de représentativité. L’Unef serait un groupuscule. Il faut avoir en tête que ce sont les minorités actives qui changent la société et certainement pas la majorité silencieuse et passive.
    Les syndicats de salariés représentent moins de 8% des employés. Les syndicats patronaux représentent moins de 1% du patronat. Ce sont pourtant bien eux qui font évoluer les régimes sociaux, sont gestionnaires de l’unedic, du conseil des prud’hommes ou disposent des chambres de commerce pour le patronat.
    Petit à petit, les idées s’installent et se développent comme dans le film « inception ». Ce n’est pas de la science fiction. La culpabilité du mâle blanc dominant est déjà actée. Polony y participe par sa présentation élitiste. Dans le roman 1984, les autorités simplifient le langage mais pour les élites, celles qui peuvent avoir une influence sur la pensée. Les prolos (terme usité dans le roman) peuvent accéder à la connaissance car elle n’aboutira à rien, écrasée par le ministère de la Vérité. La seule différence avec le vrai monde est l’universalité de l’abrutissement. Il y a le Bien et le Mal et qui émettra un doute sur le Bien sera banni au titre de complotiste. Les réunions non mixtes ne sont qu’un phénomène (ce qui se voit) d’une mécanique gérée. Très vite, les piscines privatisées pour femmes musulmanes seront généralisées. C’est la méthode fabienne qui avait cours sous l’empire romain, la même méthode utilisée par SOS racisme pour imposer les jurisprudences par la systématisation des procédures. « Carthago delenta est ». On le rabâche et cela devient la norme. On proclame au delà de la pensée et la pensée devient acceptée.

    J'aime

    1. Car considérer, pour les étudiants, qu’il est plus important de se préoccuper d’améliorer l’enseignement que de se battre contre les discriminations, c’est accepter la doctrine dominante. On peut comparer la posture avec les critiques du Brexit qui appauvrirait les Britanniques. Tout devrait-il se résumer à une question économique? L’Unef est naturellement une organisation révolutionnaire. Elle défend les gamins et non pas leurs intérêts au sein du système. Et aujourd’hui, la majorité des gamins se veut tolérante avec l’Islam, tolérance jusqu’à « comprendre », a minima, qu’un enseignant soit décapité.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s