« Cette concurrence des victimes est insupportable, s’il y a des victimes de racisme, cela concerne tous les Français »

Publié par

, plaide Rachel Khan

 30/03/2021 à 15h03

"Cette concurrence des victimes est insupportable, s'il y a des victimes de racisme, cela concerne tous les Français", plaide Rachel Khan

DOCUMENT RMC – Rachel Kahn qui se présente elle-même comme française d’origine juive polonaise par sa mère, et musulmane gambienne par son père, s’oppose avec le mot « racé », au terme « racisé ».

Dans son nouvel ouvrage « Racée« , Rachel Khan, juriste, essayiste, actrice et écrivaine s’attaque à un sujet de société ô combien d’actualité. Elle y dénonce le discours « victimaire des pseudo-antiracistes » et défend l’assimilation culturelle. Celle qui se présente elle-même comme française d’origine juive polonaise par sa mère, et musulmane gambienne par son père, s’oppose avec le mot « racé », au terme « racisé »,

« Je suis embêtée d’être ramenée à une seule origine, ma couleur de peau. Je voulais expliquer l’histoire française, cette histoire d’amour et celle de mes parents. « ‘Racé’, c’est avoir plusieurs ‘races’ en soi, c’est le symbole de l’universalité et de la liberté. ‘Racisé’ ne prend de vous qu’une seule chose : votre couleur de peau », explique-t-elle ce mardi sur le plateau des « Grandes Gueules ».

« Aujourd’hui, chacun doit rester dans son camp »

Et aujourd’hui Rachel Khan déplore le discours de certaines associations antiracistes : « Il y a une perte de repères et une polarisation politique où l’on se retrouve pris dans cette tenaille identitaire ».

« Je me suis toujours battue pour que tout le monde puisse se battre contre tous les motifs de discrimination sans distinction. Aujourd’hui, chacun doit rester dans son camp. Les Juifs ça va être l’antisémitisme, les Noirs ça va être le racisme mais ce n’est pas la France ça, ce n’est pas ce que l’on a défendu d’un point de vue juridique », explique-t-elle.

« Sur tout ce que je fais, avec les jeunes, le cinéma, j’essaie de garder cette ligne conductrice. Et je constate cette concurrence des victimes qui est insupportable. Les crimes contre l’humanité concernent l’humanité. S’il y a des victimes de racisme cela concerne l’ensemble des Français », ajoute Rachel Khan.

rmc.bfmtv.com

Laisser un commentaire