Une linguiste du Pentagone a vendu au Hezbollah une liste d’agents américains. Profil mis à jour

Posted by

UNE LINGUISTE DU PENTAGONE A ESPIONNÉ POUR LE HEZBOLLAH, A RÉVÉLÉ UNE LISTE D’AGENTS ACTIFS IMPLIQUÉS DANS L’ELIMINATION CIBLEE DE QASSEM SOLEIMANI

Une linguiste du ministère de la Défense a plaidé coupable d’avoir transmis des informations sur des sources américaines de renseignement humain à une personne liée au Hezbollah, a annoncé le ministère de la Justice le 26 mars.

Selon des documents judiciaires, Mariam Taha Thompson, qui détenait une habilitation de sécurité top secrète, a commencé à envoyer des informations au groupe libanais après que les États-Unis ont éliminé Qassem Soleimani, commandant de la Force iranienne Qods, lors d’une frappe de drone aérien au début de 2020.

DEBKAfile ajoute: Les origines nationales et la date d’immigration de Thompson aux États-Unis n’ont pas pu être déterminées immédiatement. Selon son profil LinkedIn, elle a fréquenté l’Université arabe de Beyrouth de 1977 à 1979 et a reçu son diplôme du Rochester Community College à Rochester, Minnesota, en 1991. À partir de 2006, elle a commencé à travailler comme traductrice et conseillère culturelle pour l’armée américaine en Irak et en Afghanistan, puis de nouveau en Irak, à chaque fois envoyée par des entrepreneurs privés basés aux États-Unis. Depuis 2016, Thompson a été employée par Worldwide Language Services pour travailler en tant que «linguiste arabe» pour les forces spéciales américaines en Syrie. Pendant plus de trois ans en Irak dans les années 2000, elle a participé «à des centaines de patrouilles de combat pour aider les chefs de la coalition dans leurs entrevues avec les principaux dirigeants irakiens »

Le général David Petraeus, alors commandant des forces américaines en Afghanistan, a écrit une brillante «lettre d’approbation» de 2010 publiée sur la page LinkedIn de Thompson. Il l’a recommandée pour un poste de chef d’une «équipe de terrain de renseignement humain» militaire américaine.

«Alan Kohler Jr., directeur adjoint de la division de contre-espionnage du FBI, a déclaré dans un communiqué. «Le FBI et ses partenaires ont accordé une grande priorité à cette affaire parce que l’accusée a fourni des informations confidentielles sur la défense à une organisation terroriste étrangère, des informations qui mettent les membres de l’armée américaine en danger

Thompson a plaidé coupable à un chef d’accusation d’avoir fourni des informations sur la défense nationale pour aider un gouvernement étranger et encourt une peine maximale de prison à vie. Sa condamnation est prévue pour le 23 juin. 

Thompson était en poste dans une installation de la Force opérationnelle spéciale à Erbil au Kurdistan d’Irak de la mi-décembre 2019 jusqu’à son arrestation quelques mois plus tard.

La femme de 63 ans a été présentée à un ressortissant libanais sur les réseaux sociaux via un membre de sa famille, selon l’exposé des faits auquel elle a accepté de se livrer, dans le cadre de son plaidoyer. L’homme a montré son intérêt à épouser Thompson et à la faire emménager au Liban. Les deux tourtereaux ont communiqué fréquemment de 2017 à 2020.

Selon des documents judiciaires, l’homme avait un neveu qui travaillait au ministère libanais de l’Intérieur. L’homme a également affirmé avoir des contacts avec des membres du Hezbollah.

Les procureurs ont déclaré que Mariam Taha Thompson n’avait pas dit à l’homme où elle était en poste et avait déclaré qu’il n’avait pas demandé d’informations classifiées avant janvier 2020.

La situation a changé après l’élimination de Soleimani. L’homme s’est montré «très ému» et a demandé à Thompson de « leur » fournir (à lui et son entourage) des informations sur les atouts humains qui avaient aidé les États-Unis à cibler le commandant iranien. Les documents judiciaires indiquent que Thompson a compris que «eux» étaient des Libanais [Hezbollah].

Craignant que l’homme ne l’épouse pas si elle ne coopèrait pas, Thompson a commencé à accéder aux informations de la défense auxquelles elle n’avait pas besoin d’accéder ni de connaître et de montrer à l’homme des notes contenant les informations secrètes.

Thompson a remis les vrais noms, des données d’identification personnelle, des informations de base et des photos de sources humaines clandestines. Elle a également transmis des détails sur les objectifs américains.

«Thompson avait utilisé son accès à des informations classifiées de la défense nationale pour fournir à son co-conspirateur l’identité d’au moins 10 atouts humains clandestins; au moins 20 cibles américaines; et de multiples tactiques, techniques et procédures », lit-on dans les documents judiciaires.

En réponse, l’homme a dit à Thompson que «ses contacts étaient satisfaits de l’information» et qu’il la présenterait à un commandant militaire du Hezbollah à son arrivée au Liban.

« Il est étonnant qu’une Américaine travaillant pour l’armée américaine à l’étranger abandonne son pays au profit des terroristes », a déclaré Alan Kohler Jr., directeur adjoint de la division de contre-espionnage du FBI, dans un communiqué.

Thompson a déjà plaidé coupable à un chef d’accusation consistant à avoir fourni des informations sur la défense nationale pour aider un gouvernement étranger. Sa condamnation est prévue pour le 23 juin. Elle encourt une peine maximale de prison à vie.

Le Hezbollah est désigné comme organisation terroriste étrangère par les États-Unis. Ces dernières années, Washington a intensifié ses efforts contre le groupe libanais en sanctionnant certains de ses dirigeants et en offrant des récompenses pour des informations sur d’autres.

Le cas de Mariam Taha Thompson est un coup dur pour la communauté du renseignement américain.

Terre-des-Juifs et agences de presse américaines

2 comments

    1. @ Kigem La comparaison avec Polard est peu pertinente puisqu’il a communiqué des informations à une démocratie alliée des Etats-Unis et non à un groupe terroriste qui mettra en danger de morts de nombreuses personnes.

Laisser un commentaire