Israël : une potentielle nouvelle élection paralyse toute capacité de gouvernance opérationnelle

Posted by

 Quatrième élection d’Israël

Les deux groupes rivaux sont bloqués entre 59 et 57 sièges chacun avec un petit parti arabe détenant le solde pour parvenir à une majorité de 61, selon les résultats définitifs de la quatrième élection israélienne en deux ans, qui ont été publiés jeudi soir 25 mars. Le Likoud a 30 sièges par rapport à son plus proche rival, Yesh Atid de Yair Lapid avec 17 fauteuils. Tous deux doivent rassembler suffisamment de membres de 11 factions incompatibles, mal assorties, qui se chamaillent pour former une improbable coalition gouvernementale.

Ce processus est entaché de petites controverses politiciennes et de problèmes personnels. Netanyahu est plus proche de la ligne d’arrivée, puisque le Likud et les partis religieux (Shas -9, Torah Judaïsme – 7 et Sionisme religieux – 6) constituent un solide bloc de 52. Avec la nouvelle droite Yemina (7), il pourrait commander un 57 réaliste – mais il est toujours à court de 3 sièges pour atteindre le chiffre magique de 61.

Son rival, Lapid, aura du pain sur la planche pour faire fusionner en un seul bloc une dizaine de factions mal assorties dans un gouvernement majoritaire pour le changement. Ces factions ont peu de choses en commun si ce n’est leur haine pour Netanyahu et leur détermination à le renverser. Ils vont de Nouvel Espoir de Gideon Saar (6), Israel Beitentu (8) d’Avigdor Lieberman (8) Kachol Lavan de Benny Gantz (8), parti travailliste de gauche (7) et Meretz (6) d’extrême gauche.

Les partis arabes (6) peuvent compter contre Netanyahu mais ne sont pas non plus dans le camp de Lapid, bien qu’il les intègre dans son groupement. Les politiciens arabes se sont généralement tenus à l’écart idéologiquement de la politique nationale d’Israël et de son gouvernement. Mais le résultat de cette élection leur a pour la première fois donné la clé pour déterminer le vainqueur. Certes, les quatre sièges remportés par Masoud Abbas ‘Ra’am, qui s’est détaché de la Liste arabe commune, après des discussions avec Netanyahu, se sont tournés vers l’or dec elui qui semble l’emporter. Cependant, le chef religieux sioniste Bezalel Smotrich a déclaré qu’il ne servirait dans aucun gouvernement soutenu par Ra’am.

Des négociations de coalition difficiles sont déjà en cours. Ils promettent davantage des exercices les plus répréhensibles de petite politique d’intérêt et de dénigrement personnel. Un gouvernement stable reste à trouver, on ne voit pas comment. Une cinquième élection n’est plus mentionnée comme une simple blague exaspérante.

Comme première tâche, deux des opposants les plus virulents de Netanyahu, Lieberman et Saar, proposent de s’enfoncer dans le cadre d’un processus avec un projet de loi destiné à le disqualifier en tant que Premier ministre, en raison de son procès en cours pour corruption. Pour y parvenir, ils ont besoin d’un vote pour évincer le président du Likud.

Les 120 législateurs nouvellement élus serviraient mieux leur pays en s’asseyant et en lançant des réformes pour un système électoral qui produit constamment de l’instabilité et faussera la gouvernance.

Après que la Commission électorale centrale a publié les résultats officiels, mercredi prochain, le ballon passera au président Reuven Rivlin, dont le travail est de sélectionner, en consultation avec les chefs de faction, le membre de la Knesset le mieux placé pour établir un gouvernement stable. Certains observateurs politiques soulignent l’impasse produite par les élections, la crise politique la plus grave d’Israël.   

Laisser un commentaire