L’UE rejette la critique unilatérale d’Israël sur le Golan au CDH

Publié par
Des chars d'assaut israéliens sur le plateau du Golan, à proximité de la frontière israélo-syrienne (archives).

Des chars d’assaut israéliens sur le plateau du Golan, à proximité de la frontière israélo-syrienne (archives). Jack Guez, AFP

alors que l’opposition au point 7 de l’ordre du jour se développe

L’envoyé allemand Michael Frelherr von Ungern-Sternberg a déclaré que « si des centaines de milliers de Syriens souffrent entre les mains du régime, ce texte se concentre uniquement sur Israël ».

Par TOVAH LAZAROFF   24 MARS 2021 23:36

<img src="https://images.jpost.com/image/upload/f_auto,fl_lossy/t_JD_ArticleMainImageFaceDetect/473444&quot; alt="La Présidente du Conseil des droits de l'homme, Elisabeth Tichy-Fisslberger, portant un masque protecteur, assiste à la reprise d'une session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies avant un débat d'urgence sur les allégations de << racisme systémique, brutalité policière et violence contre des manifestations pacifiques >> aux Nations Unies (crédit photo: FABRICE COFFRINI / PISCINE VIA REUTERS)" title="La Présidente du Conseil des droits de l'homme, Elisabeth Tichy-Fisslberger, portant un masque protecteur, assiste à la reprise d'une session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies avant un débat d'urgence sur les allégations de <

La Présidente du Conseil des droits de l’homme, Elisabeth Tichy-Fisslberger, portant un masque protecteur, assiste à la reprise d’une session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies avant un débat d’urgence sur les allégations de << racisme systémique, brutalité policière et violence contre des manifestations pacifiques >> aux Nations Unies(crédit photo: FABRICE COFFRINI / PISCINE VIA REUTERS)

Les pays européens ont soutenu deux résolutions du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies qui condamnaient l ‘«occupation» israélienne de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est, mais ils ont rejeté un texte critiquant la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan dans le cadre de leur opposition croissante au point 7 de l’ordre du jour.

La République tchèque et la Grande-Bretagne se sont toutefois démarquées par leur soutien à Israël sur les deux textes palestiniens, qui ont été approuvés mercredi alors que le CDH à Genève clôturait sa 46e session.

La résolution contre l’occupation israélienne de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est a été adoptée par 42 voix contre 3, avec deux abstentions. Celui contre les implantations israéliennes a été approuvé à 36 contre 3, avec huit abstentions, y compris de l’Autriche et de la Bulgarie. Enfin, la résolution condamnant la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan, qui a reçu le moins de soutien, a été adoptée 26-18, avec trois abstentions. Toutes les résolutions ont été votées au titre du point 7 de l’ordre du jour.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi, a attaqué le CDH sur Twitter, déclarant qu’il avait «une fois de plus prouvé qu’il était un organisme anti-israélien, discriminatoire et hypocrite.

« Je remercie tous les pays qui ont choisi de ne pas prêter main-forte à ce cirque et à la discrimination systématique contre Israël », a-t-il ajouté.

Le Royaume-Uni, qui a entamé un mandat de trois ans au CDH cette année, a lu une déclaration sévère condamnant l’organe international de 47 membres pour avoir distingué Israël sur le point 7 de l’ordre du jour. Il s’agit d’un mandat du CDH selon lequel les allégations de violations des droits de l’homme par Israël doivent être débattues à chaque séance. Aucun autre pays n’a un tel mandat contre lui. L’envoyée britannique Rita French a déclaré que son pays était opposé aux trois textes débattus sous le point 7 de l’ordre du jour, y compris celui condamnant la souveraineté israélienne sur le Golan.

Rita French

«Aujourd’hui, nous voterons contre ces trois résolutions comme un vote contre le point 7», a déclaré French. Son pays, a déclaré French, soutient le droit des Palestiniens à l’autodétermination et s’oppose aux activités des implantations israéliennes, mais est toujours opposé aux résolutions qui traitent de ces questions parce qu’elles ont été présentées au titre du point 7. De même, a déclaré French, la Grande-Bretagne croit en un examen et aux critiques légitimes des actions israéliennes en Cisjordanie tant qu’elles ne se sont pas produites au titre du point 7 de l’ordre du jour.

«Nos votes d’aujourd’hui sont un vote contre l’attention disproportionnée persistante sur Israël et la supposition injuste et implicite que la conduite d’Israël mérite un examen plus minutieux que tout autre pays», a déclaré French.

Elle s’est en particulier opposée aux démolitions israéliennes de structures, de tentes et de réserves de chasses palestiniennes, y compris dans le village d’éleveurs de Humsa, dans la vallée du Jourdain.

L’envoyé tchèque Petr Gaidusek, dont le pays s’était abstenu sur les résolutions pro-palestiniennes l’année dernière, a changé son vote cette année et s’y est opposé, également en guise de déclaration contre le point 7 de l’ordre du jour.

L’Union européenne et l’Allemagne ont également exprimé des paroles tranchantes en faveur de la résolution contre la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan, acte auquel elles s’opposent. Mais ils ont soutenu Israël et se sont opposés à la condamnation de cette souveraineté en raison de la nature biaisée de la résolution. L’envoyée autrichienne Ellisabeth Tichy-Fisslberger a publié une déclaration au nom de l’UE, expliquant que la souveraineté israélienne sur le Golan était une «violation flagrante du droit international». Mais le texte qui était devant eux n’a rien fait pour remédier au déséquilibre d’un texte qui parle de «la souffrance des citoyens syriens due aux actions israéliennes mais ne mentionne nulle part les souffrances causées par le régime syrien», a-t-elle dit.

Les amendements proposés par l’UE au texte n’ont pas été pris en compte, a-t-elle déclaré. «L’UE ne peut pas soutenir la résolution et le membre européen du CDH votera contre», a-t-elle déclaré.

L’envoyé allemand Michael Frelherr von Ungern-Sternberg a déclaré que «si des centaines de milliers de Syriens souffrent entre les mains du régime, ce texte se concentre uniquement sur Israël».

L’ambassadeur de l’OLP, Ibrahim Khraishi, s’est dit surpris que certains pays aient découvert que le point 7 de l’ordre du jour cible Israël, alors que pendant des années, ils avaient accepté la situation. Il a imputé l’opposition au point 7 de l’ordre du jour à la campagne lancée contre lui par l’ancienne ambassadrice américaine auprès de l’ONU Nikki Haley, qui a servi sous l’administration Trump. Il n’a pas mentionné de la même manière l’opposition de l’administration Bush au point 7. Au lieu de cela, il a décrit l’opposition comme un vestige de l’administration Trump qui, selon Khraishi, avait tenté de saper les organes et mécanismes internationaux, tels que le HRC.

« Il est important de surmonter cet héritage » et de renforcer le droit international, a déclaré Khraishi. Plus important encore, les résolutions présentent des questions qui devraient bénéficier d’un soutien mondial, comme le droit à l’autodétermination palestinienne.

« Il n’est possible sous aucun prétexte de voter contre ou de s’abstenir de voter sur le droit de notre peuple palestinien à l’autodétermination », a déclaré Khraishi. Ceux qui sont contre les implantations devraient également soutenir les résolutions qui les condamnent, a-t-il dit. « Si vous voulez montrer un parti pris pour le droit international et si vous voulez montrer à la puissance occupante qu’elle doit assumer sa responsabilité conformément à la loi et cesser les violations », le point 7 de l’ordre du jour devrait être soutenu, a-t-il dit. « C’est notre terre, nous ne quitterons pas notre terre et nous comptons sur nos amis pour mettre fin un jour à cette occupation afin que nous puissions remplir notre droit à l’autodétermination », a déclaré Khraishi.

L’ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU Meirav Eilon Shahar a déclaré : le Point 7 « n’a pas été créé pour améliorer les droits humains des Palestiniens, il a été créé pour nier Israël et institutionnaliser la haine et les préjugés contre le seul État juif« . Tant que le point 7 reste à l’ordre du jour du conseil, « cela représente un échec collectif à aborder les droits de l’homme de manière juste et équilibrée », a déclaré Shahar. << La suppression du point 7 ne se produira que si les États agissent. Elle ne sera réalisée que par ceux qui ont une conscience, ceux qui identifient non seulement la haine que ce point encourage, mais la raison la plus profonde et la plus troublante de ce parti pris institutionnalisé et de la haine contre Israël », a déclaré Shahar. Outre les trois résolutions anti-israéliennes et pro-palestiniennes approuvées mercredi, une résolution anti-israélienne supplémentaire a été adoptée mardi.

jpost.com

Laisser un commentaire