Netanyahu peut recourir à un gouvernement minoritaire s’il n’a pas la majorité

Posted by

 Binyamin Netanyahu

Un jour après l’élection israélienne, les chiffres enregistrés le 24 mars contredisent les tentatives des médias de présenter Yair Lapid à la tête du groupement de factions anti-Netanyahu en position de leader pour la formation d’une coalition gouvernementale. Selon les analystes politiques de DEBKAfile, le décompte encore partiel de 52 contre 56 ne tient pas compte des facteurs clés: (a) que le décompte est loin d’être définitif; (b) que les 52 sièges de Netanyahu représentent une liste ferme de partenaires engagés, son Likud et trois partis religieux, plus les 9 de Yamina pour une majorité de 61 sièges. Le chef de Yamina, Naftali Bennett, s’est engagé à ne pas rejoindre un gouvernement Lapid qui comprend l’extrême Gauche du Meretz et la Liste arabe commune; (c) que le camp d’opposition, en revanche, consiste en un mélange de factions très divergentes de droite à l’extrême gauche – Yesh Atid de Lapid, Yisrael Beitenu de Lieberman, Labour, Kachol Lavan, New Hope de Saar et Meretz. Il compte également les 7 membres de la Liste arabe commune.

Lapid doit encore faire face à la tâche ardue de réajuster ces groupes qui s’affrontent en un alignement harmonieux derrière lui avec un programme politique convenu. La perspective d’un gouvernement Lapid qui fasse preuve de cohésion, qui place Aviigdor Lieberman aux côtés du député arabe Ayman Odeh ou de l’aile droite de Gideon Saar en tant que partenaire volontaire de l’extrême gauche Meretz, ressemble plus à une chimère qu’à une possibilité solide.

Et il y a toujours les cinq sièges gagnés par le parti Ra’am, après avoir apparemment dépassé le seuil de 3,75%. Son chef Abbas Mansour se dit ouvert à des négociations avec l’une ou l’autre des parties en fonction de sa réponse aux besoins de la communauté arabe.

Aucun des chiffres enregistrés jusqu’à présent n’est définitif. La commission électorale centrale n’a pas donné de date pour finir de compter tous les résultats, ainsi que les 450 000 «doubles enveloppes» (vendredi midi?) et le vote militaire (un taux de participation relativement élevé de 70%). Cinq sièges à la Knesset sont donc encore en suspens.

Le décompte final des bulletins de vote peut fournir à l’un des camps opposés dans cette course serrée assez de force pour bloquer les tentatives de son rival de diriger un nouveau gouvernement. DEBKAfile prédit qu’au bout du compte, Netanyahu s’efforcera de former un gouvernement avec les ressources à portée de main. S’il constate qu’il n’a pas la majorité, il est susceptible de mettre en place un gouvernement minoritaire.

Selon un précédent rapport DEBKAfile:

Le Likud du Premier ministre Binyamin Netanyahu a remporté 31 sièges à la Knesset selon le décompte de 78% des votes pour les élections nationales du mercredi 24 mars. Yesh Atid est arrivé deuxième avec 19 sièges, suivi par Shas avec 10; Sionisme religieux et Yisrael Beitenu – 7 chacun; Judaïsme de la Torah et Kachol Lavan – 8 chacun; Labour, Nouvel Espoir et la liste arabe commune – 6 chacun; et Meretz – 5. La liste arabe Ra’am n’est pas loin en dessous du seuil de la Knesset.

Si ces chiffres sont confirmés dans le décompte final, le bloc dirigé par le Likud avec Yamina dispose d’une majorité de 62 pour former un gouvernement de coalition. Il reste à compter des centaines de «doubles enveloppes, dont le contenu pourrait encore bousculer les résultats définitifs des élections. Netanyahu a évité de revendiquer la victoire à ce stade. Il a félicité son parti pour avoir obtenu la première place lors de la quatrième élection israélienne en un an et a appelé à un soutien pour mettre en place un gouvernement stable qui durera tout au long de ses quatre ans complets de mandat et évitera à tout prix une cinquième élection. «Je n’exclus personne dans ce gouvernement», a-t-il dit, «et j’espère que d’autres vous rendront la pareille.»

Les chiffres calculés mardi soir 23 mars pour les sondages de sortie de trois chaînes de télévision à la clôture du scrutin lors de la quatrième élection générale d’Israël, mettent le leader du Likud Binyamin Netanyahu à portée de son sixième mandat de Premier ministre si les chiffres sont confirmés dans le décompte final des votes. Le score est le suivant:

Likud: 31-33

Avenir 16-18

Yamina 7- 8

Shas 9

Judaïsme de la Torah 6-7

Nouvel espoir 6

Israël Beitenu 7

Travail 7

Sionisme religieux 7

Meretz 6-7

Kachol Lavan 7

Liste arabe 8-9

Gideon Saar, qui a créé New Hope pour renverser Netanyahu, ainsi que le leadership du Likud, passait à peine la ligne d’arrivée autour de 6 sièges, dont certains pourraient retourner au bercail. Son deuxième rival de droite Naftali Bennett comme Saar est tombé à un seul chiffre (7 à 8) après un début prometteur. Le deuxième parti en importance, Il y a un Avenir de Yair Lapid, a confirmé sa position permanente à la tête de l’opposition lors de sa quatrième tentative d’atteindre le bureau du Premier ministre. Le Parti du sionisme religieux, dirigé par Bezalel Shmotrich, a fait mieux que prévu par les sondeurs, tout comme Kachol Lavan du ministre de la Défense Benny Gantz et l’extrême gauche Meretz. Ces deux derniers avaient été radiés de Knesset par les sondeurs qui s’attendaient à ce qu’ils tombent au seuil de 3,25% d’éligibilité.

Le taux de participation de 69% était relativement faible. La réponse aux installations de vote spéciales mises à la disposition des patients atteints de coronavirus, des électeurs mis en quarantaine et des Israéliens de retour est restée faible, alors que l’aéroport attirait de maigres effectifs.

Laisser un commentaire