Shaked : « Ce qui compte, ce sont les partenariats qui seront conclus après les élections »

Publié par
New Right Parliament member Ayelet Shaked visits at the protest tent of Heads of Judea and Samaria and Jordan Valley councils in support of sovereignity, outside of the Prime Ministers office in Jerusalem, February 6, 2020. Photo by Yonatan Sindel/Flash90

Élections 2021

Shaked laisse t-elle entendre une possibilité d’accord Likoud-Yamina?

La membre du parti de droite s’est entretenue avec Ben Caspit et Aryeh Eldad à propos de l’engagement de Bennett à ne pas siéger dans un gouvernement sous Yair Lapid et a évoqué les scénarios possibles pour former un gouvernement.

La membre de droite Ayelet Shaked s’est entretenue hier (lundi 22 mars) avec Ben Caspit et Aryeh Eldad dans leur émission sur 103FM et a expliqué ce qui se cache derrière l’engagement pris avant-hier soir par le chef de son parti Naftali Bennett, qui a signé hier soir un document dans lequel il s’engage à ne pas siéger dans un gouvernement sous la direction de Yair Lapid, même par rotation – à condition que le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’engage à ne pas former un gouvernement qui s’appuiera sur les votes du parti RAAM de Mansour Abbas.

Shaked a déclaré: « C’est à cause du fait que Netanyahu a porté de fausses accusations contre nous, en investissant en fait des dizaines de millions de shekels au cours des deux dernières semaines au cours d’une fausse campagne visant notre tête, en affirmant que nous serions prêts à nous assoir au sein d’un gouvernement dirigé par Lapid. Donc, Bennett a préparé un document et lui a dit : s’il vous plaît promettez que vous ne siégerez pas dans un gouvernement composé avec Mansour Abbas, car nous avons entendu Itamar Ben Gvir dire que cela reste une possibilité. Mais Netanyahu n’est pas disposé à s’engager à signer un tel document. Nous lui avions donc préparé un document à signer, mais il ne l’a pas fait. »

« Le principal problème, ici, c’est la circulation de fausses informations que Netanyahu a distribué pendant deux semaines entières, en dépensant beaucoup d’argent », a-t-elle ajouté. « En ce qui nous concerne, il n’y a pas de changement, nous avons dit ces dernières semaines que nous ne siégerions pas au gouvernement sous la direction de Lapid et c’est ce que Bennett a dit hier encore, il a apporté un document à Netanyahu lui demandant de déclarer que lui-même ne recruterait pas Mansour Abbas et Netanyahu a refusé l’émission en face-à-face, parce qu’il ne voulait pas affronter Bennett, donc il n’est pas venu . « 

Ayelet Shaked a ajouté:  » Le fait que Netanyahu met tout son argent et sa puissance de feu sur la tête de Bennett démontre que son adversaire n’est pas Saar ni Ganz ; c’est Bennett qui, selon Bibi, représente la principale menace. Nous, nous avons un engagement envers un programme, pas un conflit de personnes, ce n’est pas le cas dez Bibi Netanyahu, mais ce que nous voulons, c’est réduire les impôts. Les gens qui travaillent paieront moins d’impôts en Israël, c’est possible. « 

Shaked fait référence à la place de son parti dans les sondages et a déclaré: « Nous ne sommes pas inquiets d’être en- ballotage, mais nous pouvons aussi faire comprendre au public que: nous avons dit que nous allons mettre en place un gouvernement qui aura 80 sièges à droite, là Il n’y a pas de raison de faire basculer le gouvernement à gauche (autour de Lapid). Nous avons dit qu’il y avait beaucoup d’autres choses à régler, comme la réduction des impôts et la relance de l’économie, l’introduction des chômeurs sur le marché du travail, le traitement du sud du Néguev, mais nous sommes les seuls qui essayons de parler des problèmes de fond, ils nous entraînent tous uniquement dans la politique politicienne (pour ou contre Bibi), donc parfois nous devons répondre à l’adversaire avec la même monnaie de sa pièce. Mais je pense et je m’adresse au public, la question de demain n’est pas « Bibi ou pas Bibi », mais quel genre de personnes fiables dirigeront l’État d’Israël , les gens doivent comprendre qu’ils viennent aux urnes pour déterminer une orientation politique, pas autour d’une personnification du pouvoir.

Shaked a écarté la possibilité d’un partenariat avec Yesh Atid dans le gouvernement qui sera formé, elle a déclaré: « Nous n’avons aucun problème avec cela, nous n’avons jamais eu de problème avec Yesh Atid et d’autres partis, nous ne sommes tout simplement pas prêts à soutenir Lapid comme Premier ministre. » Lorsqu’on lui a demandé pourquoi, soudain, les membres de Yamina se souvenaient maintenant qu’il fallait gérer les différences idéologiques, elle a expliqué: «Alors que nous étions au beau milieu d’une épidémie où les gens perdent leur vie et leurs moyens de subsistance, on doit maintenir un esprit d’unité et rejeter tous les différends et autres choses (pour une forme d’Union Nationale). Maintenant que la situation s’est stabilisée, on peut parler d’autres choses aussi ».

Elle a ajouté: « Les partenariats qui seront établis après les élections comptent vraiment et je veux que vous compreniez qu’en fin de compte, il y a un État ici qui peut être fort. Le vote à droite empêche une cinquième élection parce que nous n’appartenons à aucun bloc et nous n’avons pas l’intention d’aller vers une cinquième élection. Nous attendrons demain, il y a 80 sièges disponibles à droite. « Ils peuvent être divisés différemment. Netanyahu n’a pas été en mesure de former un gouvernement fonctionnel depuis trois campagnes électorales, il n’y a guère d’autres alternatives. « 

Lorsqu’on lui a demandé si son parti voterait pour des lois en faveur de la communauté LGBT, elle a répondu: «Il y a une position du gouvernement définie au sein du Comité ministériel pour la législation et le vote selon la position du gouvernement. « Par principe, notre position est connue. Nous pensons que tous peuvent jouir des droits civiques. »

Shaked a évoqué plus tard la clôture des affaires contre Efi Naveh et la juge Etty Kreif dans l’affaire « Sexe contre Nominations » et a soutenu la décision: « C’est certainement la bonne décision. On a assisté à l’ouverture de l’enquête à Yom Kippour et on a constaté l’utilisation de matériel obtenu en piratant un téléphone portable.

La juge Etty Kreif

« Ils ont pénétré par effraction dans le téléphone portable d’une personne, fouillé dans sa vie personnelle et transféré le matériel au bureau du procureur. C’est quelque chose qui ne se fait pas, c’est 3 infractions, ce qui représente un total d’au moins 10 ans de prison ».

Elle a ajouté que les soupçons sérieux ne justifiaient pas l’acte: << Cela s’est avéré deux ans avant le rendez-vous et il est important de savoir comment ce matériel a été obtenu. Personne dans l’État d’Israël ne souhaite que les gens commencent à s’introduire par effraction dans les maisons ou les téléphones portables des autres. Et s’ils trouvent quelque chose, qu’ils le transmettent à la police. C4e sont des procédés criminels. « 

maariv.co.il

Laisser un commentaire