Abdullah le roi hors sujet de Jordanie

Publié par
Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu meets with Jordan’s King Abdullah II, at the Royal Palace in Amman, Jordan. January 16, 2014. Photo by Kobi Gideon / GPO/FLASH90

La crise diplomatique éphémère mais existentielle de la semaine dernière avec la Jordanie reflète la nature changeante des relations entre Jérusalem et Amman à l’époque des accords d’Abraham.

 Par  Caroline B. Glick  Publié le  19/03/2021 07:15 Dernière modification: 19/03/2021 07:21

Roi Abdallah II de Jordanie | Photo du fichier: Getty Images / Sean Gallup

Selon les rapports des médias en Israël et aux États-Unis, jeudi dernier, les relations d’Israël avec la Jordanie étaient au bord du gouffre. Mais ensuite, cinq à dix minutes se sont écoulées et tout est revenu à la normale.

La crise éphémère mais existentielle des relations avec le Royaume hachémite de Jordanie de la semaine dernière a disparu sans laisser de trace. Mais avant d’oublier tout cela, il est important de considérer ce qui s’est passé en profondeur. Cela nous aidera à comprendre la nature des relations d’Israël avec la Jordanie à l’époque des accords d’Abraham, qui ont pratiquement mis fin au conflit israélo-arabe.

Deux événements ont fomenté la crise. Premièrement, mercredi dernier, le prince héritier jordanien Hussein était censé visiter le mont du Temple à Jérusalem. Les dispositions relatives à la visite, y compris celles liées au service de sécurité de Hussein, ont été discutées assidûment et convenues à l’avance par les responsables israéliens et jordaniens. Mais comme c’est devenu évident lorsque Hussein et son entourage sont arrivés au pont Allenby pour entrer en Israël, les Jordaniens ont décidé d’ignorer les accords. Hussein était accompagné d’une force de sécurité personnelle beaucoup plus étoffée et mieux armée que tout ce qu’Israël avait accepté précédemment.

Les responsables israéliens du pont Allenby ont raisonnablement demandé que, conformément à l’accord, le prince réduise la taille de son service de sécurité. Plutôt que de respecter la position d’Israël, Hussein est rentré chez lui en toute hâte. Son père, le roi Abdallah II, aurait été furieux lorsqu’il a appris qu’Israël refusait de permettre à son fils de traiter ses fonctionnaires et l’accord qui avait été conclu avec un total mépris.

Le lendemain, Abdullah a utilisé le vol prévu du Premier ministre Benjamin Netanyahu vers Abu Dhabi pour se venger. Netanyahu devait s’envoler pour Amman jeudi matin, puis monter à bord d’un avion privé que le chef des Émirats arabes unis, le prince héritier Mohamed ben Zayed, envoyait pour l’amener à Abu Dhabi. Les Jordaniens ont retardé l’approbation des plans de vol de Netanyahu pendant plusieurs heures et ont donc forcé le Premier ministre à annuler son voyage.

Les commentateurs détestant Netanyahu dans les médias israéliens, ainsi que le ministre de la Défense rival de Netanyahu, Benny Gantz, ont rapidement profité de l’annulation du voyage et du désagrément au Pont Allenby pour proclamer que, du fait de son traitement irrespectueux des Jordaniens, Netanyahu avait réussi à saper et à mettre en danger les traités de paix, à la fois, avec la Jordanie et les Émirats arabes unis.

À la grande consternation des classes bavardes et des rivaux politiques de Netanyahu, plus tard jeudi, Netanyahu a tenu une conférence de presse où il a annoncé que s’il était vrai qu’il était contraint de retarder son voyage en raison du fait que la Jordanie traînait les pieds, il se rendrait aux Émirats arabes unis dans le futur proche. Et au fait, a-t-il ajouté, les EAU prévoient d’investir 10 milliards de dollars dans l’économie israélienne, dont une partie conséquente dans le développement d’un système anti-drone.

Lorsque les médias ont accusé Netanyahu de mentir, les EAU ont également annoncé ce même fonds d’investissement de 10 milliards de dollars. Et mardi, Israel Hayom a rapporté que les parties travaillaient à mettre en place un nouveau jour pour la visite, avant les élections de mardi (?).

Devenu hystérique à présent, la horde médiatique a insisté sur le fait que Netanyahu mentait. Les journalistes ont contacté les EAU et leur ont demandé pourquoi ils s’ingéraient dans les élections et s’ils étaient sérieux au sujet de l’investissement de 10 milliards de dollars. Les responsables émerveillés des Émirats arabes unis ont nié s’être ingérés dans les élections, ont déclaré que, bien sûr, la paix était entre les peuples et les nations et pas seulement entre les dirigeants, et que le fonds d’investissement était sur la table mais n’avait pas été conclu.

Ah! Criaient les commentateurs, Netanyahu a menti et la paix est en danger.

La grande « réalisation » des commentateurs anti-Netanyahu, apparemment, a été de retarder le voyage de Netanyahu jusqu’après les élections. Mais malgré leurs efforts pour saper l’accord de paix proprement dit, que Netanyahu voyage avant ou après les élections et que l’accord d’investissement et commercial soit conclu avant ou après la clôture des bureaux de scrutin n’a aucune importance. Les liens économiques et stratégiques entre Israël et ses partenaires de l’Accord d’Abraham, ainsi que l’Arabie saoudite, se développent plus rapidement que quiconque aurait pu l’imaginer. Et les liens économiques et stratégiques en plein essor entraînent l’intégration totale et probablement irréversible d’Israël dans la région d’une manière qui transforme le Moyen-Orient.

Cela nous ramène ensuite au roi Abdallah et à sa décision d’empêcher le voyage de Netanyahu à Abu Dhabi la semaine dernière. Si le succès fou de la diplomatie régionale ménée par Netanyahu cause une détresse idéologique et politique aux médias politiques et idéologiques enragés d’Israël, il présente un défi stratégique pour la Jordanie et devient une source d’angoisse existentielle pour le régime hachémite.

La maison royale hachémite en Jordanie est un artefact du régime colonial britannique dans la région il y a un siècle. Les Hachémites sont une petite minorité de la population jordanienne. Et le pays qu’ils contrôlent est pauvre et à court de ressources. La principale source de la longévité du régime hachémite est Israël. La Jordanie est située entre Israël et l’Irak et partage une frontière avec Israël et la Syrie. Sa position en a longtemps fait un état tampon. Et sa modération (relative) a servi de dissuasion à l’agression irakienne et syrienne contre Israël. En conséquence, les Israéliens – en particulier les chefs militaires israéliens – ont longtemps considéré le Royaume hachémite comme indispensable.

Dans l’état actuel des choses, la menace de guerre entre l’Irak ou la Syrie (ou les deux) et Israël n’a jamais été aussi faible. L’Irak et la Syrie sont tous deux des États en faillite à des niveaux de décomposition avancés. Et par conséquent, aujourd’hui, l’importance de la Jordanie en tant qu’État tampon n’a jamais été aussi faible.

De même, pendant de nombreuses années, la Jordanie, qui doit depuis longtemps sa survie financière au soutien et aux envois de fonds des travailleurs jordaniens dans les États du Golfe, a servi de pont entre Israël et ces États. Cela fait presque une décennie que la Jordanie a été invitée à remplir cette fonction.

La décision de l’administration Obama de réaligner la structure de l’alliance américaine au Moyen-Orient vers l’Iran et loin des alliés arabes traditionnels d’Israël et des États-Unis a suffisamment effrayé les Emiratis, les Égyptiens et les Saoudiens pour les convaincre de développer des liens de défense avec Israël. Une fois que cela s’est produit, la Jordanie, qui était proche de l’administration Obama, est devenue plus une nuisance qu’un pont.

La transformation de la Jordanie en royaume en manque de pertinence s’est révélée jeudi dernier. En bloquant l’envol de Netanyahu vers les Émirats arabes unis, Abdullah a montré que loin d’être un pont, il était un obstacle aux relations des États du Golfe avec Israël. De même, l’annonce de Netanyahu – répétée par la suite par les Émirats arabes unis – selon laquelle les Émirats ont l’intention d’investir 10 milliards de dollars en Israël a montré que la capacité d’Abdallah à servir de pont ou d’obstacle aux relations est un mirage.

Personne ne se soucie de ce que fait la Jordanie.

Ceci nous amène alors aux Palestiniens. Hormis l’OLP et son Autorité palestinienne, le plus grand champion arabe du veto palestinien sur la paix israélo-arabe a été le roi Abdallah. Alors que le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi a salué les accords d’Abraham, Abdullah s’est joint au dirigeant palestinien Mahmoud Abbas pour les condamner. De même, alors que les Émirats arabes unis et Bahreïn ont envoyé leurs ambassadeurs à la Maison Blanche pour célébrer la présentation de son plan de paix par le président de l’époque, Donald Trump, qui incluait la souveraineté israélienne sur certaines parties de la Judée et de la Samarie, Abdallah a condamné le plan.

Alors qu’Israël avançait vers son objectif d’appliquer sa souveraineté à ces régions de Judée et de Samarie conformément au plan Trump, Abdallah a fait savoir qu’une telle initiative israélo-américaine l’amènerait à abroger le traité de paix de la Jordanie avec Israël.

L’un des développements régionaux qui empêchent Abdullah de dormir la nuit est l’alliance encore officieuse entre Israël et l’Arabie saoudite. Abdullah vit dans la crainte qu’en échange de la normalisation officielle des relations par l’Arabie saoudite, Israël fournisse aux Saoudiens une position officielle dans la gestion des mosquées sur le mont du Temple, aux frais de la Jordanie. Pour sa part, en tant que gardien actuel des mosquées sur le mont du Temple, la Jordanie a torpillé tous les efforts israéliens pour stabiliser la situation sur le lieu saint.

La visite prévue du prince héritier Hussein visait principalement à démontrer le contrôle jordanien sur le site. L’espoir apparent était qu’en se présentant comme le « propriétaire » du lieu saint, Hussein nuirait aux relations israélo-saoudiennes. Le rôle du Maroc était également à envisager dans ce tableau. Rabat détient le portefeuille de Jérusalem à la Ligue arabe. Et en tant que membre des accords d’Abraham, Rabat est également désireux de saper la position de la Jordanie à la mosquée al-Aqsa.

La non-pertinence effective de la Jordanie dans un conflit post-israélo-arabe au Moyen-Orient, où les membres et partisans de l’Accord d’Abraham dominent le paysage économique et stratégique, offre à la Jordanie le choix entre deux voies.

Il peut continuer comme il l’a fait au cours des dernières décennies. Il peut continuer à refuser de normaliser ses relations avec Israël et insister sur le fait que toute normalisation doit être subordonnée à une reddition israélienne de la Judée, de la Samarie et du nord, de l’est et du sud de Jérusalem – y compris le mont du Temple. S’il le fait, il continuera à rester à l’écart – dans l’écrasante pauvreté – alors qu’Israël et d’autres États arabes galopent vers une prospérité sans précédent et un développement conjoint.

Pour avoir une idée des coûts de maintien d’une telle posture, alors que les EAU ont l’intention d’investir 10 milliards de dollars en Israël, le budget annuel total de la Jordanie n’est que de 11 milliards de dollars. Avec un ratio dette / PIB de plus de cent pour cent et une augmentation de 38 pour cent du nombre de Jordaniens vivant dans la pauvreté au cours de l’année écoulée, les dimensions économiques de ce choix sont vertigineuses.

D’un autre côté, le maintien de sa position de rejet et d’obstruction maintiendra la position du Royaume en tant que chouchou de l’Europe, de la gauche américaine et des médias israéliens.

La deuxième option d’Abdullah est de suivre l’exemple du président égyptien el-Sissi et de devenir membre auxiliaire des accords d’Abraham. Entre autres, il peut accepter une extension majeure des parcs industriels des deux côtés du Jourdain conformément à la vision Trump de paix économique. Une telle initiative créerait en peu de temps des centaines de milliers d’emplois pour les Jordaniens, les Palestiniens et les Israéliens et attirerait des milliards de dollars d’investissements étrangers de toutes parts.

Quant aux Palestiniens, Abdullah peut continuer à soutenir aveuglément l’OLP et la suivre sur sa route vers nulle part; il peut réduire son soutien à l’OLP en ne l’exprimant pus que du bout des lèvres comme al-Sissi l’a fait; ou il peut suivre les traces du premier roi Abdallah, son arrière-grand-père et déclarer que la Jordanie, avec sa large majorité palestinienne, est la Palestine et qu’il est le souverain des Palestiniens.

En choisissant la première option. Abdullah garantira l’échec économique et la marginalisation stratégique de la Jordanie. Le choix de la deuxième ou de la troisième option sauvera l’économie jordanienne. Si Abdullah choisit la troisième option, il sauvera l’économie jordanienne et rétablira son importance stratégique et sa vitalité nationale.

Compte tenu du comportement hostile et irritant d’Abdullah la semaine dernière, il n’y a aucune raison d’être optimiste quant à la possibilité qu’il saisisse l’opportunité de sauver l’économie jordanienne et qu’il devienne un partenaire stratégique pertinent et productif. Mais à la lumière de son incapacité à nuire à Israël de manière significative, Israël a peu de raisons de s’inquiéter du chemin qu’il choisit de prendre.

israelhayom.com

Laisser un commentaire