Guterres appelle au désarmement du Hezbollah et à l’accès de la FINUL aux tunnels

Publié par

«Aucun progrès n’a été réalisé en ce qui concerne le désarmement des groupes armés. Le Hezbollah a continué à reconnaître publiquement qu’il maintient des capacités militaires », a déclaré Guterres.

Par TOVAH LAZAROFF , SARAH BEN-NUN   18 MARS 2021 22:20

Chef d'état-major de la FID, lieutenant-général.  Aviv Kochavi.  Israël peut critiquer les Américains pour leur retour à l'accord avec l'Iran, comme Kochavi l'a illustré lors d'un discours le mois dernier.  (crédit photo: CORINNA KERN / REUTERS)

Chef d’état-major de lTsahal, lieutenant-général. Aviv Kochavi. Israël peut critiquer les Américains pour leur retour à l’accord avec l’Iran, comme Kochavi l’a illustré lors d’un discours le mois dernier.(crédit photo: CORINNA KERN / REUTERS)

Le Hezbollah doit être désarmé et les soldats de la paix des Nations Unies doivent avoir accès aux tunnels du Hezbollah le long de la frontière libanaise avec Israël, a déclaré le secrétaire général Antonio Guterres dans un rapport discuté jeudi lors d’une réunion à huis clos au Conseil de sécurité des Nations Unies à New York.

Dans le rapport, Guterres a déclaré: «J’appelle les autorités libanaises à accorder à la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) le plein accès à tous les emplacements au nord de la Ligne bleue demandés dans le cadre des enquêtes de la mission, y compris en ce qui concerne les tunnels [du Hezbollah] traversant la Ligne bleue. »

Jeudi, le ministère des Affaires étrangères a fait écho à l’appel de Guterres, notant sur Twitter que «En 2018, Israël a découvert 6 tunnels terroristes, creusés par #Hezbollah, passant du #Liban à Israël. Le Hezbollah empêche les inspecteurs de la FINUL d’accéder à ces sites. »

Mais le problème n’était pas seulement la capacité de localiser les tunnels d’attaque, qui avaient initialement été découverts par Israël en 2018 et en 2019, a déclaré Guterres. La FINUL a besoin d’une «liberté de mouvement» tout le long de la ligne bleue, qui sépare les deux pays, et cela inclut la capacité indépendante de mener des patrouilles et d’autres activités, a-t-il dit


Guterres a également appelé au désarmement du Hezbollah, un groupe terroriste iranien par procuration et groupe politique opérant indépendamment au Liban.

«Aucun progrès n’a été réalisé en ce qui concerne le désarmement des groupes armés. Le Hezbollah a continué à reconnaître publiquement qu’il maintient des capacités militaires », a déclaré Guterres. Il a évoqué une déclaration du Secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui a déclaré en décembre que son groupe avait doublé le nombre de missiles de précision visant Israël. Guterres a ajouté qu’Israël avait déclaré en novembre au CSNU que le Hezbollah disposait d’un arsenal de plus de 130 000 roquettes et d’une infrastructure militaire. L’embargo sur les armes contre le Hezbollah n’a pas été efficace, a déclaré Guterres, mais a ajouté que l’ONU n’était «pas en mesure» de confirmer les allégations de transferts d’armes au Hezbollah.

Le gouvernement libanais , a-t-il dit, n’a pas répondu à sa demande d’informations sur la question. La FINUL est chargée de surveiller le cessez-le-feu de 2006 entre Israël et le Liban qui a mis fin à la deuxième guerre du Liban, tel que codifié dans la résolution 1701 du CSNU. Guterres a déclaré que la résolution 1701 soulignait très clairement que les transferts d’armes à des acteurs non étatiques au Liban constituaient une violation de l’accord.

Pendant que le CSNU parlait, le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général. Aviv Kohavi était en mission diplomatique en Europe, aux côtés du président Reuven Rivlin, pour aider à obtenir un soutien contre le Hezbollah.

«Sur le plan de la sécurité, l’État libanais est otage de l’organisation terroriste du Hezbollah», a déclaré Kohavi.

«Le Hezbollah a aujourd’hui des milliers de roquettes et de missiles qui sont installés en plein milieu de la population civile libanaise, avec l’intention de détruire les citoyens israéliens», a poursuivi Kochavi, ajoutant que l’armée israélienne était bien préparée pour empêcher que cela ne se produise.

«Nous n’hésiterons pas à attaquer et à attaquer vigoureusement», a déclaré Kohavi alors qu’il était en France, faisant référence aux nombreuses cibles militaires de Tsahal au Liban. Le voyage comprend également des visites en Autriche et en Allemagne.

Mais Guterres, dans son rapport, qui couvrait la période du 21 octobre au 19 février, ne s’est pas concentré uniquement sur les violations du Hezbollah et du Liban. Il a également contesté les violations israéliennes, y compris les drones aériens et les avions militaires, qui survolent le Liban en route vers la Syrie pour s’assurer que l’Iran ne s’y retranchera pas.

D’octobre à février, la FINUL a enregistré 333 violations de l’espace aérien, totalisant 758 heures et 11 minutes pendant la nuit, a déclaré Guterres. Environ 77% du trafic était constitué de «véhicules aériens sans pilote», a-t-il ajouté. «Les violations continues de l’espace aérien libanais par des avions israéliens, y compris, suppose le rapport, pour mener des frappes à l’intérieur de la République arabe syrienne, ainsi que des avions volant à basse altitude et des véhicules aériens sans pilote, restent très préoccupantes», a déclaré Guterres.

Il s’est également déclaré préoccupé par les incidents au cours desquels Tsahal et les Forces armées libanaises se sont pointées réciproquement des armes à travers la ligne bleue, créant des tensions qui ont ensuite été diffusées par la FINUL. De tels incidents, a-t-il dit, «risquent d’entraîner une escalade, avec de graves conséquences».

jpost.com

Laisser un commentaire