Le Hamas vainqueur des élections instaurera un régime islamiste à 3 pas de Jérusalem

Posted by

«  Le Hamas veut un État islamiste en Cisjordanie et pourrait gagner les élections de l’Autorité palestinienne  » 

Palestinian policemen participate in a training session at their headquarters in the West Bank city of Hebron on January 30, 2019. (Photo by HAZEM BADER / AFP)

Avant sa retraite prochaine, le Coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires, le général Kamil Abu Rukun s’entretient avec Israel Hayom de la situation de la COVID à Gaza, de l’aliénation que le public palestinien ressent à l’égard de la direction de l’AP et des chances de progrès substantiels vers la paix.

 Par  Yoav Limor  Publié le  15/03/2021 12:01 Dernière modification: 15/03/2021 14:14

11.03.21

Maj. Général Kamil Abu Rukun: Les Palestiniens sont comme nous, pour la plupart de bonnes personnes | Photo: Jonathan Shaul

En novembre 2020, plusieurs mois après avoir rompu tous les liens avec Israël et qu’on avait évoqué que la souveraineté israélienne puisse être déclarée dans certaines parties de la Judée et de la Samarie, l’Autorité palestinienne a accepté de renouveler la coopération en matière de sécurité et de défense. L’annonce officielle est intervenue après de longs contacts dans les coulisses. La personne derrière ces échanges, même au moment où les liens ont été rompus entre Jérusalem et Ramallah, était le Coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), le major général Kamil Abu Rukun. À l’époque, il avait averti les décideurs israéliens qu’une déclaration israélienne de souveraineté en Judée et en Samarie entraînerait l’annulation des accords d’Oslo. 

« Je les ai prévenus que ce serait un coup dur, que l’Autorité palestinienne se retirerait. Ils étaient prêts à aller jusqu’au bout. Je vous rappelle que pendant sept mois, les Plestiniens n’ont reçu aucun argent et leurs dettes envers les banques se sont accumulées, à près de 9 milliards de shekels (2,7 milliards de dollars), soit près de la moitié du budget de l’Autorité palestinienne », dit-il à Israel Hayom.  

Même lorsque les Palestiniens ont accepté de se revenir sur leur décision et de renouer leurs liens avec Israël – principalement la coordination de la sécurité – ils ont exigé qu’Israël renouvelle son engagement envers les accords. 

«La situation [dans l’Autorité palestinienne] était catastrophique. Ils n’avaient pas d’argent. Ils ne payaient pas de salaires. Leur système s’effondrait, et c’est ce qui leur tenait à cœur», observe Abu Rukun. 

Q: Que leur avez-vous dit? 

« Je leur ai dit gentiment qu’ils étaient une bande d’idiots. Qu’ils ne trouveraient aucun responsable diplomatique ou politique israélien qui approuverait quelque chose comme ça maintenant. » 

Mais les Palestiniens ont refusé d’abandonner leur demande. Israël craignait que l’Autorité palestinienne ne s’effondre, alors une solution créative a été trouvée – qu’Abu Rukun serait celui qui signerait au nom d’Israël. 

«Il a fallu une heure aux Palestiniens pour dire oui, et les liens se sont immédiatement renouvelés», dit-il. 

«  L’aide contribue à la sécurité  » 

Début avril, Abu Rukun devrait terminer un mandat orageux de trois ans à la tête de COGAT. Depuis 42 ans, il suit chaque rebondissement du système palestinien, et il est peu probable que quiconque en Israël le connaisse aussi bien que lui. 

«Je suis ici depuis la tentative de transition vers une administration civile suite aux accords de Camp David, la tentative de trouver une alternative à l’OLP par le biais des organisations villageoises, puis la première Intifada, les accords de paix, la deuxième Intifada etc. Mais les dernières années ont été plus compliquées et problématiques que tout ce dont je me souviens par le passé », dit-il. 

Q: Pourquoi? 

« Parce que les choses sont devenues plus compliquées. La séparation entre la bande de Gaza et la Judée et la Samarie; l’Autorité palestinienne a coupé les liens avec Israël et les États-Unis, et bien sûr, la COVID. Tout cela n’a fait qu’accroître la détresse et les problèmes qui existaient déjà là-bas. » 

La crise de la COVID s’est appuyée sur la crise constante à laquelle est confronté Abu Rukun concernant la bande de Gaza. Actuellement, il y a 45% de chômage à Gaza, mais la situation s’est améliorée par certains paramètres. L’électricité est disponible en moyenne 12 heures par jour et 16 heures dans certaines régions – une amélioration spectaculaire par rapport au passé, alors que Gaza ne disposait en moyenne que de quatre heures d’électricité par jour. Abu Rukun a été un partenaire clé dans le processus qui a conduit à ce développement, en tant que personne qui a mis en place un accord stipulant que 8 millions de dollars de l’aide qatarie envoyée à Gaza chaque mois iraient directement pour payer les sociétés d’énergie israéliennes qui fournissent le diesel pour faire fonctionner la centrale électrique de l’AP. 

Q: Décomposez-nous l’argent qui vient du Qatar. 

« L’argent de l’aide est divisé en trois. 8 millions de dollars servent à maintenir la centrale en fonctionnement; 10 millions de dollars sont destinés à aider les familles dans le besoin, qui reçoivent 100 dollars chacune sur la base d’une liste que nous avons approuvée; et les 7 millions de dollars restants servent à payer les salaires des préposés à la société civile qui assurent le fonctionnement des infrastructures publiques de la bande de Gaza.  » 

Ce n’est qu’une solution partielle aux troubles à Gaza, où Abu Rukun décrit la situation comme « une crise humanitaire grave mais stable ». 

L’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA), par exemple, nourrit chaque jour 1,3 million de personnes à Gaza, fournit des écoles à 300 000 enfants et emploie 20 000 adultes. Abu Rukun dit qu’après que les États-Unis ont réduit le financement de l’UNRWA, l’organisation a été forcée de « mendier », comme il dit, pour une prolongation de ses paiements et autres engagements. 

Abu Rukun s’est battu pour agrandir la zone de pêche de Gaza afin de permettre aux habitants de gagner leur vie, et il se bat également pour que les ouvriers de Gaza soient autorisés à entrer en Israël. 

«Quand j’ai pris la relève, 1 800 marchands quittaient Gaza pour Israël chaque jour, et au moment où le COVID a frappé, ce nombre était de 7 000. J’ai pensé que nous devrions en laisser entrer plus. J’ai dit: ‘Permettez-moi de faire venir 10 000 ouvriers. un jour, et je vous trouverai un accord avec Gaza. Cela ne s’est pas produit à cause de la COVID, mais aussi parce que le Shin Bet [l’agence de sécurité] s’y est opposé par crainte que la décision d’Israël d’autoriser les travailleurs ne soit exploitée pour mener des attaques terroristes à partir de Gaza. « 

Le Hamas, dit-il, était d’accord, mais le Shin Bet ne voulait pas que cela se produise. 

Q: Quelle est la situation concernant la COVID à Gaza? 

«À la surprise de tous, la situation y est fantastique. Il n’y a presque pas de morts et il y a très peu de propagation. 

Abu Rukun explique que c’est le cas parce que les autorités de Gaza ont appliqué les règlements de manière stricte. Le poste frontière de Rafah, qui a été fermé pendant des mois, a récemment rouvert, mais toute personne qui y passait devait être mise en quarantaine. 

« Gaza n’est pas la Judée et la Samarie. En Judée et Samarie, les Palestiniens se comportent comme les gens en Israël – ils se promènent, vont et viennent, organisent des fêtes. À Gaza, il y a une discipline stricte, donc ils ont un taux de COVID très bas .  » 

Q: Pourtant, n’est-il pas possible de profiter de la situation pour un accord – disons, des vaccins en échange du retour des soldats morts et des civils captifs d’Israël? 

« C’est une question très sensible, et je dirai seulement que je pense que le Hamas accepterait de lier les deux choses. » 

Abu Rukun ne pense pas qu’Israël devrait subordonner l’aide humanitaire à Gaza à une solution au problème de ses citoyens disparus et captifs. Il cite l’ancien chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant général (res.) Gadi Eizenkot, qui a déclaré qu’Israël devrait aider les Gazaouis sur cinq questions fondamentales: l’électricité, l’eau, les eaux usées, la nourriture et les soins de santé.

« Je pense que cette aide contribue également à notre sécurité. Les manifestations à la barrière frontalière ont commencé à cause de la détresse à Gaza, et notre rôle est également de maintenir le calme dans le sud d’Israël. » 

Dans l’intervalle, les Gazaouis ont commencé à recevoir des vaccins d’autres sources, dont certains proviennent du quota qu’Israël a livré à l’Autorité palestinienne, et d’autres de dons du reste du monde. Mohammad Dahlan, un rival du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, leur a envoyé 25 000 vaccins et l’OMS a l’intention d’en envoyer 40 000 autres. Abu Rukun ne pense pas qu’Israël ait besoin de vacciner tout le monde à Gaza, mais soutient une initiative de vaccination pour tout le monde en Judée et en Samarie. 

Q: Expliquez cela. 

« La bande de Gaza est fermée, mais Israël, la Judée et la Samarie sont une unité épidémiologique. Par conséquent, nous avons commencé à vacciner les Palestiniens qui travaillent en Israël. Au fait, nous ne payons pas pour ces vaccins, l’argent provient d’une partie des impôts que leurs employeurs paient en leur nom. Mais nous avons clairement indiqué aux Palestiniens qu’il était de leur responsabilité de se faire vacciner.  » 

Q: Pourquoi? 

« Parce que nous n’avons pas besoin que le monde nous tombe dessus. Nous ne les contrôlons pas. C’est une entité indépendante. » 

Un soulèvement à Gaza? Aucune chance 

La semaine dernière, Gaza a organisé un autre tour des élections du parti du Hamas qui ont conduit Yahya Sinwar à battre Nizar Awadallah dans une course serrée. 

«La vieille garde s’est unie contre le système existant et s’est battue. Je vous rappelle simplement qu’Awadallah était derrière l’incident impliquant la prise d’otage de Gilad Schalit», dit Abu Rukun. 

Q: Lequel d’entre eux aurait été meilleur pour Israël? 

« Ni l’un ni l’autre. C’est une organisation terroriste, et c’est ainsi qu’ils devraient être traités. C’est imprimé dans leur cerveau. »  

Q: Le Hamas veut-il un accord de cessez-le-feu à long terme avec Israël? 

« Je ne pense pas que ce soit une option. Premièrement, le problème des disparus et des captifs doit être résolu, puis ils doivent reconnaître les accords existants et dire qu’ils rejettent les terroristes. Pour le moment, ils n’accepteront pas ces conditions, c’est donc une organisation terroriste.  » 

Q: Cela n’arrivera pas? 

« A mon avis, non. Ils sont motivés par une idéologie islamiste dure. Leur objectif principal à l’heure actuelle est de prendre le contrôle de la Judée et de la Samarie et d’y établir un État islamiste. » 

Q: En attendant, ils se foutent de leurs propres citoyens. 

« Il y a pas mal de projets qui pourraient aller de l’avant. Un gazoduc vers Gaza, des zones industrielles. Nous leur avons fait savoir, ainsi qu’à tous les acteurs possibles, que cela n’arrivera pas tant que la question de nos disparus et de nos captifs ne sera pas résolue.  » 

Q: Et quelle est leur réponse? 

« Ils ne répondent pas. Ils sont coincés dans leur idéologie. Pourquoi prennent-ils de l’argent et creusent-ils des tunnels d’attaque plutôt que d’investir dans les hôpitaux? »  

Abu Rukun pense qu’il n’y a aucune chance que le peuple de Gaza se soulève et se révolte dans un mouvement de type printemps arabe: «Il y a un an et demi, il y a eu une tentative de les défier [le Hamas], et le Hamas l’a vraiment mâté. Le Hamas est très puissant, et les gens n’osent pas sortir la tête. Je ne pense pas que cela arrivera.  » 

Pour l’instant, le principal défi qu’il prévoit concerne les élections de l’AP. 

« Le Hamas veut vraiment ces élections, alors ils acceptent des choses sur lesquelles ils auraient pu insister pour tracer leur propre voie, comme le contrôle juridique, parce que leur objectif est d’entrer en Judée et en Samarie. Ils coopéreront avec tout ce qui peut les mener Là-bas. » 

Abu Rukun dit que l’attente actuelle est que le Hamas remportera environ 40% des voix, et 60% iront au Fatah. Il note que les résultats de l’élection de 2006 ont défié les attentes et il pense qu ‘ »il pourrait y avoir une surprise (du même type, soit à l’époque 66% au Hamas-) cette fois aussi ». 

Une telle surprise, explique-t-il, ne se produirait pas à cause du soutien populaire au Hamas, mais à cause de l’aliénation que le public palestinien ressent envers l’Autorité palestinienne, ainsi que des divisions internes au sein du Fatah et de la machine bien huilée du parti du Hamas. 

«Ils [le Hamas] n’ont pas de majorité parmi la population, mais ils sont très bien organisés et ils ont un objectif», dit-il. 

Q: Et Abbas ne comprend pas cela? 

« Abbas a 86 ans, et il ne veut pas qu’on se souvienne de lui comme de celui qui a divisé les Palestiniens et a perdu la bande de Gaza. Il est préoccupé par son héritage. Il veut aussi garder toutes les factions dans le système politique palestinien, et apparemment, la nouvelle administration américaine, qui soutient les processus démocratiques, provoque la curiosité. A part ça, il est un peu détaché (de la réalité). Cela me rappelle ce qui est arrivé à [l’ancien président égyptien Hosni] Moubarak avant le printemps arabe.  » 

Q: Expliquez. 

« Les gens qui lui apportent des choses et émettent des choses en son nom ne comprennent pas le fossé qui se creuse entre eux et la population palestinienne. » 

Q: Mais la population de Judée et de Samarie veut vivre en liberté, pas sous un régime islamiste radical comme à Gaza. 

« C’est vrai, mais la plupart des gens sont occupés par leur vie quotidienne. Je suppose que la plupart d’entre eux ne croient pas vraiment que le Hamas prendrait le relais. Ils sont occupés uniquement par eux-mêmes. » 

Q: Si le Hamas remporte les élections, que devrait faire Israël? 

« Nous nous préparons à tous les scénarios, y compris la possibilité d’une montée du terrorisme. Je vous rappelle que même lorsque l’Autorité palestinienne a rompu ses liens avec nous l’année dernière, nous avons continué à fonctionner et à proposer des solutions. » 

Abu Rukun dit qu’Israël n’intervient pas dans la question palestinienne interne, mais il n’envisage pas une situation dans laquelle Israël continuerait à respecter les accords conclus avec l’Autorité palestinienne si elle se trouvait sous la direction du Hamas. 

« Si cela se produit, il n’y aurait pas automatiquement de … coordination de la sécurité, nous devrons donc nous demander ce que valent encore les accords. » 

Q: Selon vous, qui succédera à Abbas en tant que leader de l’AP? 

Nasser al-Kidwa

« Je parie sur Nasser al-Kidwa [le neveu de Yasser Arafat, qui représentait les Palestiniens à l’ONU et était l’ancien ministre des Affaires étrangères de l’AP]. » 

Q: Pas Mohammad Dahlan? 

« Je ne vois aucune chance pour lui. Le Hamas le laisse amener des gens à Gaza et y jeter de l’argent, mais ce ne sont pas des ventres, et il n’a presque aucune capacité d’attraction en Judée et en Samarie. » 

‘Les Palestiniens sont comme nous’ 

Abu Rukun, 62 ans, vit à Ussafiya. Il a trois enfants et trois petits-enfants (« l’un d’eux s’appelle Kamil, comme lui ») En avril, ce sera la troisième fois qu’il quittera l’armée israélienne, et il n’a pas encore décidé de ce qu’il fera ensuite. 

«Pour le moment, je ne pense pas que j’occuperai une autre fonction publique», dit-il. 

Il entretient de très bonnes relations avec les hauts gradés de l’AP. « Quand Naftali Bennett était ministre de la Défense, il m’a dit qu’ils m’aimaient. J’ai dit que c’était juste et que j’ai utilisé cette affection pour les intérêts de sécurité d’Israël. » Il dit à son personnel que leur travail est d’empêcher une crise humanitaire parmi les Palestiniens, «parce que cela nous atteindrait aussi». 

Selon Abu Rukun, les Palestiniens – après une première réaction de colère – ont accepté les accords d’Abraham et s’attendent maintenant à ce qu’ils se traduisent par une aide pour eux-mêmes. Mais quiconque pense faire preuve de flexibilité et accepter de faire des concessions politiques, dit-il, a tort. 

« Malheureusement, ils perdent du temps. Bientôt, il ne sera plus possible de faire quoi que ce soit », dit-il. 

Q: Le problème st-il soluble? Y a-t-il une volonté? 

« Où, avec nous ou avec eux? » 

Q: Vous les gérez. 

« Oui. Je pense qu’ils veulent vraiment progresser. » 

Q: Leurs actions ne l’indiquent pas. Regardez comment ils sont allés à La Haye. 

« Ils l’ont fait à cause de l’impasse, et parce qu’ils voulaient secouer le système et exercer une certaine influence. Je ne doute pas que nos militaires sont les plus moraux du monde, et si La Haye a des questions à ce sujet, ils devraient regardez ce que [le président syrien Bashar] Assad a fait ou ce qu’ils font en Iran, puis ensuiter, qu’ils reviennent vers nous.  » 

Q: S’intéressent-ils à notre élection? Sont-ils impliqués dans nos élections? 

«À chaque réunion, ils prennent soin de dire que les élections israéliennes sont une affaire israélienne. Il y a Muhammad al-Madani, le conseiller d’Abbas sur la société israélienne. À mon avis, il est en contact avec la partie israélienne, mais je n’interviens pas. Je pense qu’ils sont vraiment impliqués.  » 

Q: Qu’est-ce que l’Israélien moyen qui lit cette interview ne sait pas sur les Palestiniens? 

« Ce sont des gens instruits comme nous. Ce n’est ni la Jordanie ni l’Egypte. Nous vivons près les uns des autres, nous travaillons les uns avec les autres. Les Palestiniens ne sont pas le diable. La plupart d’entre eux sont de bonnes personnes, qui veulent juste vivre. La jeune génération ne veut pas être laissée pour compte. Ils veulent des droits. Ils veulent vivre comme tous les jeunes de l’Occident. Ils veulent la sécurité économique. J’étais à Hébron il y a deux semaines. Tout y est brisé – les marchés, les centres commerciaux. Toutes les vitrines. C’est comme Istanbul.  » 

Q: Vous dites essentiellement que ce que les accords n’ont pas fait, c’est l’économie qui le fera. 

«Si j’étais Palestinien, je ne dirais probablement pas cela, parce qu’ils ont des aspirations nationales, mais l’économie est définitivement le sujet principal. En 2030, 3 millions de personnes vivront dans la bande de Gaza. Nous devons penser à deux cases en avant. . L’économie mène à une sécurité stable, et notre travail est de donner à l’échelon politique la flexibilité et la liberté de travailler. Je pense qu’il y a une opportunité en ce moment de progresser vers de plus grandes choses avec les Palestiniens.  » 

israelhayom.com

One comment

Laisser un commentaire