Des frappes israéliennes signalées près de l’aéroport de Damas contre des cargaisons d’armes

Publié par

Syrie affirme que les frappes aériennes israéliennes visent des expéditions d’armes près de Damas

La dernière attaque israélienne présumée a été signalée en Syrie le 28 février, avec des frappes contre des cibles iraniennes près de Damas.

L’observatoire syrien a déclaré que «les attaques israéliennes se sont concentrées sur deux dépôts d’armes des milices iraniennes à l’intérieur des sites militaires des forces du régime, à quelques kilomètres de l’aéroport international de Damas».

Par TZVI JOFFRE   17 MARS 2021 06:22

Des batteries de défense aérienne syriennes répondant à ce que les médias syriens ont déclaré être des missiles israéliens visant Damas, sur une photo prise tôt le 21 janvier 2019 (crédit photo: STR / AFP)

Des batteries de défense aérienne syriennes répondant à ce que les médias syriens ont déclaré être des missiles israéliens visant Damas, sur une photo prise tôt le 21 janvier 2019(crédit photo: STR / AFP)

Les défenses aériennes syriennes ont répondu à une supposée frappe aérienne israélienne près de Damas mardi soir, après qu’un certain nombre de vols de fret entre l’Iran et la Syrie ont été signalés plus tôt dans la journée, selon les médias syriens.

Une source militaire syrienne a affirmé que la frappe israélienne présumée visait des sites proches de Damas et, comme d’habitude, que la plupart des missiles entrants auraient été interceptés et que seuls des dégâts matériels avaient été causés, selon SANA -ce qu’on sait généralement faux, ce régime tenant sur le meurtre et le mensonge d’Etat.

Sana : « Exactement à 22 h 35 ce soir, l’ennemi israélien a mené une agression depuis le Golan syrien « occupé » contre plusieurs cibles dans les environs de Damas. »

Selon l’Observatoire syrien jusqu’à présent, on ne dispose d’aucune information sur les victimes. 

L’Observatoire syrien a déclaré le 1er mars que des missiles tirés depuis des « avions israéliens » ont frappé la zone autour d’Al-Zayda Zinab, au sud de la capitale Damas, bastion des Gardiens de la révolution iranienne et du Hezbollah libanais, sans informations sur les résultats de ces attaques.

Le 15 février, l’observatoire a rapporté que << le nombre de morts attribuables aux bombardements israéliens sur le sol syrien est passé à 9. Un certain nombre de combattants de la milice pro-iranienne ont été tués dans les attaques israéliennes après minuit sur des sites et des entrepôts à l’ouest et au sud-ouest de la capitale. Damas.


Le site Syrian Capital Voice a rapporté que les frappes visaient une cargaison d’armes qui est arrivée à l’aéroport international de Damas plus tôt dans la journée. Des explosions ont également été signalées après les frappes, selon la source d’information, qui a déclaré qu’elles étaient probablement causées par l’explosion de munitions stockées.

La source de nouvelles a ajouté que la 1re division de l’armée syrienne à Al-Kiswah était également en alerte après les frappes aériennes. Des sites de suivi des vols indépendants ont rapporté plus tôt mardi qu’un certain nombre de vols iraniens et syriens de Qeshm Air, Mahan Air et de l’armée de l’air syrienne, qui auraient tous été utilisés pour la contrebande d’armes iraniennes vers la Syrie et le Liban, ont voyagé aujourd’hui entre Damas et Téhéran.

La dernière frappe aérienne israélienne présumée en Syrie a été signalée le 28 février, avec des frappes contre des cibles iraniennes près de Damas. Les frappes de février sont intervenues quelques jours à peine après l’attaque d’un navire commercial israélien par des mines dans le golfe d’Oman. Alors que les médias israéliens ont rapporté que les frappes étaient une réponse israélienne à l’attaque du navire, aucune déclaration officielle du gouvernement ou de l’armée n’a été faite à ce sujet. Dans le passé, les forces de Tsahal ont souvent confirmé quand elles répondaient à des attaques spécifiques. Les frappes de mardi surviennent alors que l’Iran blâme Israël pour une série d’attaques présumées contre des navires iraniens qui, selon eux, se sont déroulées de 2019 jusqu’à ces dernières semaines.

Les frappes sont les huitièmes depuis janvier, et des frappes attribuées à Israël ont été signalées dans l’est, le sud et l’ouest de la Syrie en janvier et février.

Israël a frappé un plus large éventail d’objectifs que d’habitude depuis le début de l’année, y compris une attaque majeure contre les bastions liés à l’Iran plus à l’est, près de la frontière irakienne. Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a déclaré en février qu’Israël prenait des mesures « presque chaque semaine » pour empêcher l’implantation de l’Iran en Syrie. Les tensions restent vives dans la région à la suite de l’élimination du responsable scientifique nucléaire iranien Mohsen Fakhrizadeh juste à l’est de Téhéran, que l’Iran attribue à Israël, et du premier anniversaire de l’exécution par les États-Unis de l’ancien commandant des Forces Qods du CGRI, Qassem Soleimani, en janvier. La frontière nord d’Israël reste également tendue en raison des menaces continues de l’organisation terroriste libanaise du Hezbollah de mener une attaque de vengeance contre Israël en réponse à la mort d’un cadre de l’élite Radwan du Hezbollah à Damas en juillet lors d’une frappe aérienne imputée à Israël.

Des préoccupations concernant l’intention de l’administration Biden de revenir à l’accord nucléaire avec l’Iran ont également été soulevées ces derniers mois, Kochavi déclarant qu’il avait ordonné que les plans opérationnels visant à frapper le programme nucléaire iranien soient prêts si nécessaire.

Reuters a contribué à ce reportage.

Un commentaire

Laisser un commentaire