Rachel Khan pointe l’opportunisme dérangeant d’Assa Traoré

Publié par

https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/invitee-rachel-khan-pour-racee-73754649.html

L’écrivain Rachel Khan juge que le “combat” d’Assa Traoré est une “forme d’opportunisme dérangeant”

Par Auteurvaleursactuelles.com / Vendredi 12 mars 2021 à 21:06Assa Traoré © Francois Mori/AP/SIPA

Dans un essai intitulé “Racée”, cette juriste et actrice veut repousser l’idéologie “intersectionnelle” et “décoloniale” de plus en plus prônée par des militants. Comme Assa Traoré.

Rachel Khan pointe « une stratégie de communication » du clan Traoré. Dans une longue interview accordée au Figaro ce vendredi 12 mars, alors qu’elle sort un essai intitulé « Racée », la juriste, actrice et scénariste Rachel Khan a estimé que le combat d’Assa Traoré prenait une tournure opportuniste. L’écrivain – qui se dit « issue d’un mélange entre une mère juive polonaise et un père sénégalais et gambien d’origine musulmane » – a ainsi indiqué au Figaro : « Elle (Assa Traoré ndlr) est convaincue de mener une bataille, un combat profond. Mais pour mener ce type de combat sérieusement, il est préférable de ne pas porter… de perruque ! (rires) J’ai l’impression qu’il y a toute une stratégie de communication derrière elle. » En effet, la sœur d’Adama Traoré – décédé en 2016 à Aulnay-sous-Bois lors d’une interpellation policière musclée – ferait par exemple « des publicités pour des T-shirts ». Ce qui donne l’impression d’une « forme d’opportunisme dérangeant », selon Rachel Khan. 

Assa Traoré « bafoue la présomption d’innocence »

« Ils (les Traoré) surfent sur le mouvement “Black Lives Matter”, mais nous ne sommes pas aux Etats-Unis », a-t-elle rappelé au Figaro. Rachel Khan a d’ailleurs assuré que « si Assa Traoré allait au Mali », l’auteur douterait que la militante puisse adopter les mêmes comportements qu’en France. En effet, Assa Traoré « ne serait pas aussi libre qu’en France en tant que femme ». De plus, cette militante « bafoue la présomption d’innocence » notamment après avoir accusé nommément trois gendarmes d’avoir tué son frère. Les fonctionnaires ont d’ailleurs récemment obtenu gain de cause devant la Cour d’appel. « Enfin, ces mouvements ne font qu’aggraver les déchirures profondes de notre pays et lorsque je pointe mon attachement à certaines choses qui font l’universalisme, la République (…) tout de suite, je suis traitée, comme d’autres, de “nègre de maison”, de “bounty”, etc. » , relève l’écrivain.

 Assa Traoré condamnée : “La fin d’une entourloupe intellectuelle”, pour Éric Naulleau

Rachel Khan, plus attaquée par les « racisés »

Rachel Khan, qui apparaît régulièrement sur la chaîne LCI, a déploré être « plus attaquée par les racistes qui se disent “racisés” que par les autres ». D’ailleurs, le mot « racisé » représenterait selon elle « une frustration ». « En réalité, ces individus sont dépités que le mot “race” ne figure plus dans la Constitution », a-t-elle développé dans Le Figaro. Ces personnes auraient même « une nostalgie du mot race, une nostalgie des ghettos ». 

Au contraire, la juriste se considère chanceuse et rejette le discours victimaire qui lui est « insupportable » : « Je me sens l’inverse d’une victime (…) mais ce genre de position ne crée pas le buzz », a-t-elle ironisé dans Le Figaro. Elle a finalement conclu : « En tant que femme, juive, petite fille de déporté, noire et autres… je coche beaucoup de cases pour pouvoir m’indigner sur ma/mes conditions. Mais au fond, c’est une question de désir et d’estime de soi. »

valeursactuelles.com

Laisser un commentaire