César21 : Moi, exception cu-culturelle moche bête et méchante

Posted by
Plus vulgaire que moi tu meurs

César 2021 : « Naufrage », « Sans humour »… Les critiques pleuvent contre la cérémonie

Certains journalistes et professionnels de la culture jugent avec verve et ironie la très politique et pro-Traoré, 46e cérémonie des César.

Par LePoint.fr Publié le 13/03/2021 à 20h06 – Modifié le 14/03/2021 à 10h36

La 46e cérémonie des César retransmise en clair vendredi 12 mars 2021 sur Canal+ a rassemblé 1,6 million de téléspectateurs (9,1 % de part d’audience), l’un de ses plus mauvais scores, selon des chiffres de Médiamétrie. La grande préoccupation de la soirée a évidemment été la crise sanitaire, et la scène a servi à plusieurs reprises de tribune pour crier le désespoir du monde de la culture. « No culture, no futur » sur le ventre, « Rends-nous l’art, Jean » sur le dos : la comédienne Corinne Masiero, alias capitaine Marleau sur le petit écran, a marqué les esprits en ôtant un costume de Peau d’Âne sanguinolent, se retrouvant entièrement nue sur la scène pour remettre le prix du meilleur costume.

« Ridicule », « à pleurer »… Samedi, un rapide tour sur les réseaux sociaux et dans les médias permettait de comprendre l’étendue des dégâts. L’historien Jean Garrigues a notamment estimé que la soirée avait atteint le « comble du ridicule » lors de l’intervention de Corinne Masiero. « Comme si Castex avait volé la culture ! ! ! Mais comment peut-on être aussi stupide… ou malhonnête ? » a-t-il tempêté sur Twitter. Sur RTLGérard Jugnot a quant à lui déploré le manque de « légèreté » de la cérémonie. « C’est vrai qu’on souffre, mais on n’est pas les seuls. Il ne faudrait pas faire croire aux gens qu’il n’y a que les artistes qui souffrent », a déclaré l’acteur, selon qui « ce n’est quand même pas que de la faute du gouvernement s’il y a un virus » dans le pays.

Plutôt que des mots, Michel Grossiord a choisi des photographies pour critiquer le grand raout du cinéma français. Toujours sur Twitter, le journaliste a publié un cliché de l’élégante Romy Schneider recevant un césar, qu’il a accolé à une photographie de Corinne Masiero dénudée et ensanglantée.

« Consternant »

Une autre séquence de la cérémonie a été très largement commentée. César 2021 du meilleur espoir masculin pour Tout simplement noir, l’acteur et réalisateur Jean-Pascal Zadi a évoqué sur scène l’affaire Adama Traoré, mort en 2016 après son arrestation par des gendarmes, mais aussi le cas du producteur de rap Michel Zecler, victime de violences policières en novembre. « Jean-Pascal Zadi a réalisé l’un des films les plus drôles que j’aie jamais vus (…) et le discours de réception le plus consternant que j’aie jamais entendu. N’y manquait pas même l’hommage à Adama Traoré. Séparons l’homme de l’artiste ! » a notamment fulminé Éric Naulleau.

« On attendait la cérémonie des César après cette éprouvante année pour le cinéma… La vulgarité, et le manque de tenue au milieu de ces disparus prestigieux, était confondante. Comment être aussi médiocre quand il faut s’élever vers ce qui devrait faire la grandeur du 7e art ? » s’est désolé Jérôme Clément, ancien directeur du CNC et fondateur de la chaîne Arte. Et le journaliste au Figaro Ivan Rioufol d’abonder : la « vulgarité » des César « signe le naufrage du show-biz inclusif, genré, décolonial, etc. : oui, “Adieu les cons” ». Une référence au sacre de la comédie d’Albert Dupontel, qui a d’ailleurs brillé par son absence vendredi soir à l’Olympia. L’écrivain Henry-Jean Servat enfonce le clou : « Sans classe. Sans chic. Sans élégance. Sans humour. Sans tendresse. Sans passion. Sans retenue. Sans envie. Sans panache. Sans partage. Sans courage. Sans conscience. Sans fierté. Sans décence. Sans honneur. Sans rien. Sans nous. Sans moi. »

Sans classe. Sans chic. Sans élégance. Sans humour. Sans tendresse. Sans passion. Sans retenue. Sans envie. Sans panache. Sans partage. Sans courage. Sans conscience. Sans fierté. Sans décence. Sans honneur. Sans rien. Sans nous. Sans moi

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE

lepoint.fr

Laisser un commentaire