Le Hezbollah relève la tête et prend à nouveau des risques

Publié par
Le Hezbollah prend à nouveau des risques

Les critiques publiques se multiplient [Photo: Hassan Amar, AP]

Après plusieurs mois de retenue, l’organisation tente à nouveau de nuire à Israël – en supposant qu’elle n’est pas déjà prête à mener une campagne complète contre Israël, il est recommandé d’impliquer l’administration Biden dans ce qui se passe au Liban.▪ ▪ ▪

Récemment, il y a eu une escalade dans la volonté du Hezbollah de prendre des risques en vue de la possibilité d’une confrontation militaire avec Israël. Cela peut être attribué à la fin de la période de retenue qu’il s’est imposée ces derniers mois en* attendant la fin de l’administration Trump. Suite au changement de gouvernement aux États-Unis, cela s’est principalement reflété dans la prise de conscience des menaces que pose le Hezbollah en essayant de nuire aux vols de drones israéliens dans le ciel libanais, après une longue période d’évitement (depuis octobre 2019), lorsque le 3 février, il a lancé une action anti- missile sol-air (qui a raté sa cible) contre un avion Israélien sans pilote. Les porte-parole de l’organisation se sont vantés de l’escarmouche comme d’un témoignage de la détermination à empêcher l’activité israélienne dans l’espace aérien libanais et à préserver l’équation de dissuasion face à elle.

Il semble que l’escalade du Hezbollah soit coordonnée avec l’Iran et découle de l’évaluation de l’organisation selon laquelle Israël est préoccupé par ses affaires internes en raison des conséquences du Corona et de la crise politique,1 et n’est pas disponible pour mener une campagne militaire risquée, parallèlement au changement de l’administration américaine. Il est clair que l’organisation fait preuve de prudence dans ses opérations le long de la frontière israélo-libanaise et qu’elle a du mal à établir l’équation de dissuasion que Nasrallah a promis d’appliquer par la force contre Tsahal. Dans ce cadre :

Après deux tentatives de représailles infructueuses, le Hezbollah s’est abstenu de l’action qu’il avait promis de mener contre Israël en réponse à la mort du combattant d’élite Radwan de l’organisation en Syrie (juillet 2020). La seule réussite que Hassan Nasrallah a pu présenter dans ce contexte est la surcharge imposée à Tsahal,1 suite aux tensions persistantes à la frontière libanaise, qui a conduit au renforcement de ses forces.
On constate aussi le manque de réaction du Hezbollah aux récentes attaques généralisées attribuées à Israël contre les actifs de l’organisation en Syrie, visant à contrecarrer les transferts d’armes depuis l’Iran et à endommager ses infrastructures sur les hauteurs du Golan.

Le Hezbollah s’est également abstenu de toute action contre Israël le long de la frontière libanaise à la suite de l’exécution du scientifique nucléaire iranien Fakhrizadeh (novembre 2020), attribué à Israël, arguant que la réponse devrait venir du côté pénalisé, à savoir – l’Iran. Il semble que la publication de cette position vise également à calmer les critiques internes au Liban selon lesquelles l’organisation est au service de l’Iran.

Dans un discours prononcé par Nasrallah le 16 février (commémorant le jour de la mort de son prédécesseur, Abbas Mousavi, assassiné par Israël), il a évoqué la possibilité d’une confrontation avec Israël. Il a évoqué le discours du chef d’état-major Aviv Kochavi à la conférence annuelle de l’Institute for National Security Studies (26 janvier) et l’évaluation des services de renseignement israéliens récemment publiée, concernant la faisabilité de séries de << jours de bataille >> (sans réelle campagne de grande envergure). Les remarques de Nasrallah ont souligné l’importance d’établir l’équation de la dissuasion contre Israël et la détermination de l’organisation – même si elle prétendait ne pas être intéressée par la guerre – de répondre fermement à toute initiative israélienne.

Kochavi s’est prononcé en faveur de la légitimation de promouvoir une attaque « morale et efficace » de TsahaI contre les gisements de missiles du Hezbollah cachés parmi la population civile au Liban. Nasrallah a averti en réponse que si Israël faisait du mal aux civils libanais, le Hezbollah infligerait de graves dommages au front intérieur israélien. – les pires depuis 1948, en s’appuyant sur la justification du fait que tous les Israéliens sont des réservistes. Concernant l’évaluation selon laquelle le Hezbollah est intéressé par de brefs « jours de bataille » avec Tsahal, Nasrallah a précisé qu’Israël « joue avec le feu » quand il pense que les échanges de coups entre les partis seront limités et ne se lanceront pas dans une campagne de grande envergure. Dans une confrontation, si cela se produit, son organisation ripostera.

Concernant les États-Unis: bien que l’administration Biden n’ait pas encore achevé le processus de formulation de sa politique vis-à-vis de l’arène libanaise et donc du Hezbollah, il semble que l’organisation, comme son patron l’Iran, estime qu’une fenêtre d’opportunité a été créée pour promouvoir ses intérêts, du fait de l’adoption d’une position de faiblesse de Biden.

L’administration Trump a préconisé une politique de «pression maximale» contre le Hezbollah, parallèlement à la pression qu’il a exercée sur l’Iran (élargissement des sanctions contre ses membres et partisans dans le système libanais; introduction d’une demande pour réduire l’influence du Hezbollah dans le nouveau gouvernement libanais et pression sur le Liban en vue d’obtenir des compromis et de faire progresser les négociations avec Israël sur le marquage de la frontière maritime. Dans le même temps, le Hezbollah a échoué sur la scène internationale au cours de l’année écoulée, ce qui se manifeste principalement dans la nouvelle vague de 13 pays qui ont rejoint sa reconnaissance en tant qu’organisation terroriste.

Dans ce contexte, il faut noter qu’un document de recommandation a été récemment soumis à l’administration Biden par le Washington International Crisis Group, dirigé par Robert Malley, jusqu’à la nomination de l’envoyé de Biden sur la question iranienne. Malley et ses hommes de mains ont conseillé à la nouvelle administration de changer la perspective américaine sur le Liban et au lieu de promouvoir un effort pour affaiblir le Hezbollah, d’adopter une nouvelle approche visant à renforcer l’État libanais et à empêcher son effondrement, en soutenant l’initiative française et en formant un gouvernement avec Hezbollah.

Même dans l’arène interne au Liban, malgré les affirmations selon lesquelles le Hezbollah profite de la paralysie du système politique et continue de renforcer ses bases de pouvoir parmi la population chiite du pays, la triste réalité libanaise a conduit à une critique accrue de l’organisation de la part du public. Cela ressort des résultats d’un sondage d’opinion réalisé (novembre 2020) mené par David Polk du Washington Institute, qui indiquait une nette baisse du soutien au Hezbollah parmi l’opinion publique libanaise, y compris par la communauté chiite, ces dernières années. La vaste campagne du Hezbollah, qui frôle le culte de la personnalité de Qassem Suleimani, pour marquer l’anniversaire de son exécution par un drone vengeur américain (janvier 2020), a également suscité de nombreuses critiques au Liban selon lesquelles il opère au service de l’Iran.

Pour l’avenir, il semble que le changement possible de la politique américaine à l’égard de l’Iran, et son point de vue sur le Hezbollah, pourrait également augmenter la dépréciation du Liban, ainsi que le sentiment de l’organisation qu’Israël est préoccupé par ses affaires intérieures. L’organisation peut à nouveau essayer de mener à bien l’attaque de vengeance promise, ce qui pourrait créer une série de confrontations – dans l’esprit de l’évaluation du service de renseignement.

L’objectif immédiat de l’organisation est d’établir l’équation de la dissuasion, mais il semble que la tension renouvelée à la frontière israélo-libanaise puisse à son avis aussi servir à améliorer son image dans l’arène interne en tant que «défenseur libanais» et peut-être même indirectement, aider l’Iran à tirer parti de la nouvelle administration américaine pour reprendre les négociations nucléaires. Cependant, il est probable qu’après la reprise des négociations entre les États-Unis et l’Iran, le Hezbollah restreindra effectivement ses activités avec Israël, afin de ne pas saboter le dialogue censé servir l’Iran.

À la lumière de cela, la politique recommandée pour Israël est:

Maintenir la vigilance de Tsahal à la frontière nord face à l’éventualité que le Hezbollah essaie de mettre à exécution ses menaces et augmente les tensions dans les mois à venir, ce qui limitera les incidents et empêchera la détérioration en des combats à grande échelle;
Il est recommandé que la question libanaise soit soulevée dès que possible dans un dialogue entre le gouvernement israélien et la nouvelle administration américaine, et qu’elle soit encouragée à poursuivre son implication au Liban tout en aidant à formuler sa politique à l’encontre du Hezbollah, dans un pays qui est au bord de l’effondrement.


Le Hezbollah prend à nouveau des risques
Critique croissante du public [Photo: Hassan Amar, AP]

Yoram Schweitzer, Orna Mizrahi




Yoram Schweitzer ● Responsable du programme de recherche ● Les auteurs sont des chercheurs chevronnés de l’Institute for National Security Studies (INSS).Date: 06/03/2021  |  Mise à jour: 0

news1.co.il

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s