Netanyahu peut-il contourner le problème de la conversion et conserver son bloc de droite?

Posted by

 Binyamin Netanyahu , coalition gouvernementale , Haute Cour , conversion juive , partis religieux

À première vue, 9 juges de la Haute Cour ont déclenché un incendie dans les camps de la droite, orthodoxes et haredi (ultra-orthodoxes) avec sa décision du lundi 1er mars qui approfondit les fondements de l’identité juive, de l’État et de leurs liens avec la diaspora, en tentant l’impossible: la reconnaissance du statut civil des convertis non orthodoxes, réformés et conservateurs au judaïsme en vertu de la loi du retour, sans interférer dans les lois sur le statut personnel religieux d’Israël en matière de mariage et de divorce (une autorité qui s’applique également aux minorités juives non-orthodoxes.).

Cependant, les deux moitiés de l’identité juive se sont révélées une fois de plus inséparables; La juge en chef Esther Hayut s’époumonait dans le désert lorsqu’elle a déclaré: «C’est une affaire civile, pas religieuse.»

Les dirigeants orthodoxes traditionnels ont critiqué le verdict du tribunal comme une attaque contre l’intégrité de la nation et une nouvelle tentative hostile de diviser ses courants religieux. Les ministres et les députés à la tête des partis orthodoxes, les piliers du bloc de droite du Premier ministre Binyamin Netanyahu, ont annoncé qu’ils ne rejoindraient jamais une coalition gouvernementale qui n’a pas réussi à adopter une législation pour annuler la décision de la Haute Cour.


Les chefs de l’opposition des partis anti-religieux de gauche ont chanté joyeusement à l’annonce du dilemme de Netanyahu. Ils ont estimé que le Premier ministre de longue date était finalement suspendu, entre la perte d’une grande partie de son bloc religieux de droite – quelques jours avant sa candidature à la réélection le 23 mars – et la contrariété des grandes communautés réformée et conservatrice de la communauté juive américaine. Une décision de se plier à la volonté des dirigeants orthodoxes exigerait un prix qu’il ne pourrait pas se permettre d’acquitter, de toute façon.


Le premier gouvernement d’Israël a accordé au grand rabbinat orthodoxe un monopole virtuel pour l’administration des lois sur le statut personnel selon les préceptes stricts de la Halacha (loi religieuse). Des contestations ont été déposées périodiquement devant les tribunaux, souvent par des individus qui défendaient l’introduction du mariage civil. La décision de la Haute Cour de lundi a finalement répondu aux requêtes déposées, en 2005 et 2006 par 12 personnes qui ont suivi une conversion non religieuse en Israël et se sont vu refuser la citoyenneté. Ce verdict n’avait aucun rapport avec les communautés dec l’étranger. Et même pour prendre effet en Israël également, les juges ont appelé à sa ratification par la Knesset. Cela nécessiterait de modifier la loi sur le retour.

La décision du tribunal a en effet peu d’impact en termes réels. Les rabbins réformés et conservateurs n’ont pas de longues files d’attente à leurs portes pour se convertir. Ces chiffres sont comptés au plus dans deux cents cas par an, appliqués principalement par les conjoints d’Israéliens. Lorsqu’elles sont effectuées à l’étranger, ces conversions sont généralement acceptées pour les droits des citoyens en Israël, comme le fait un seul grand-parent juif. Les cérémonies de mariage organisées par des rabbins orthodoxes privés ont été acceptées à contrecœur dans le passé, formant la première véritable fissure dans l’autorité suprême du Grand Rabbinat.

Les petites mais vigoureuses communautés conservatrices et réformées peuvent essayer de donner suite à leur percée en recherchant un statut égal pour leurs rabbins. Mais ils ne commandent guère les chiffres du succès, pas plus qu’une motion visant à modifier la loi fondamentale du retour pour ratifier la décision de la Haute Cour. Elle sera rejetée par une formation orthodoxe forte et déterminée de législateurs, allant des partis sionistes-religieux aux députés ultra-orthodoxes ashkénazes et séfarades, soutenus par des traditionalistes non affiliés. «Notre guide suprême est la Halakha, pas la Haute Cour, a déclaré un trio de chefs de partis du Shas et de la Torah Judaïsme.

La question très controversée reviendra périodiquement devant les tribunaux à l’avenir. Aucun jusqu’à présent n’a forcé les pouvoirs en place à le relever du dessous d’une tonne d’ambivalence. Le batteur de tambour du Likud Micky Zohar a accusé mardi la Haute Cour d ‘«ingérence flagrante dans une question sociale très sensible», mais il a également déclaré que «tout se passerait tranquillement comme avant le jugement et (qu’)aucune nouvelle législation n’est nécessaire».

L’ancien ministre de la Justice Moshe Nissim, qui dirigeait une commission officielle chargée de rédiger une loi régissant la conversion de l’État, a déclaré: «Les tribunaux ont appelé à plusieurs reprises les gouvernements et le parlement à adopter une législation pour réglementer la question, qui est si cruciale pour la question de savoir qui est Juif. Ils n’ont jamais été entendus », a déclaré Nissim, lui-même fils d’un ancien grand rabbin. Sa proposition de créer des tribunaux spéciaux de conversion dirigés par des juges rabbiniques, approuvés par le Grand Rabbinat et guidés par la loi de la Torah (Din Torah), n’a jamais décollé. Elle s’est retrouvée à la corbeille à cause de la stipulation des dirigeants haredim selon laquelle il opérerait «sous la supervision du grand rabbinat», a déclaré Nissim. Ils n’ont qu’eux-mêmes à blâmer pour l’intervention de la Haute Cour.

Laisser un commentaire