Israël lance des représailles contre l’attaque de ses navires civils par l’Iran

Posted by


Des sources syriennes de haut rang affirment qu’il y a eu également une forte attaque contre  
le palais présidentiel syrien.

 
 

 Nziv L’Iran

Ce soir, Israël, selon des sources étrangères, a attaqué un certain nombre de cibles iraniennes dans toute la capitale syrienne – Damas.

Israël, jusqu’à présent, n’a pas revendiqué la responsabilité de ces attaques, mais contrairement au passé, les missiles de croisière tirés sur des cibles iraniennes dans la région de Damas ont été expédiés à partir d’avions survolant les hauteurs du Golan.

Immédiatement après avoir reçu les premières nouvelles des médias d’État syriens au sujet de l’attaque, les responsables israéliens ont commencé à évaluer qu’il s’agissait d’une réponse israélienne à l’attaque iranienne contre le navire marchand israélien qui naviguait dans les eaux du golfe d’Oman, à l’entrée du Golfe Persique.

Les médias arabes se sont également empressés de citer les mêmes sources israéliennes comme s’il s’agissait d’une source officielle et compétente.

Lorsqu’ils parlent d’une réponse israélienne – gardez à l’esprit le moment choisi – les gardiens de la révolution iraniens utilisent précisément leurs capacités afin de tirer parti des pourparlers sur le nucléaire («bâton et carotte» si vous voulez) avec les nouveaux responsables du gouvernement américain (forces et faiblesses).

Israël, pour sa part, ne peut pas se permettre d’accepter une réalité dans laquelle ses navires marchands se trouvent confrontés à une menace maritime (qui peut directement s’étendre vers une artère importante d’exportation-importation en devenir).

De plus, il y a un large accord en Israël sur la nécessité de faire payer un prix et de tracer une ligne rouge face aux actions de défi des gardiens de la révolution.

Par conséquent, – une réponse israélienne de haute intensité contre les objectifs des gardiens de la révolution iraniens est inévitable et viendra au bon moment pour Israël.

Ce n’est un secret pour personne qu’il existe un dialogue respectueux de bon voisinage entre les hauts responsables en Israël et les dirigeants du monde arabe.

Son fondement est la compréhension et le consentement tacite aux actions restreignant la capacité d’action de l’Iran dans la région.

Toujours est-il qu’Israël a frappé un plus large éventail d’objectifs que d’habitude depuis le début de l’année, y compris lors d’une frappe majeure contre les bastions liés à l’Iran plus à l’est, près de la frontière irakienne.

Israël a régulièrement attaqué ce qu’il dit être des cibles liées à l’Iran en Syrie ces dernières années, et a intensifié de telles frappes cette année dans ce que les sources de renseignement occidentales décrivent comme une guerre de l’ombre pour réduire l’influence de l’Iran.Le chef d’état-major israélien, le lieutenant-général Aviv Kochavi, a déclaré en décembre qu’Israël avait frappé plus de 500 cibles en 2020.Le gouvernement du président syrien Bashar al-Assad n’a jamais reconnu publiquement qu’il y avait des forces iraniennes opérant en son nom dans la guerre civile en Syrie, seulement que Téhéran a envoyé des conseillers militaires.L’entrée de milliers de milices chiites d’Afghanistan au Liban pour combattre aux côtés d’Assad avait aidé le dirigeant autoritaire à survivre à une insurrection armée généralisée qui résultait d’une violente répression des manifestations pro-démocratie en 2011.

Des sources de renseignement occidentales affirment que les frappes israéliennes de cette année ont sapé l’importante puissance militaire de l’Iran en Syrie sans déclencher une augmentation majeure des hostilités.L’Iran a construit des tunnels souterrains et répandu des leurres pour aider à atténuer l’impact des frappes israéliennes répétées sur son infrastructure militaire élaborée dans le pays, disent les déserteurs militaires syriens.

Crédits: Sabobo

Laisser un commentaire