Comment l’Égypte profite de l’accord gazier avec Israël

Publié par

L’Égypte et Israël ont convenu d’établir un gazoduc reliant le champ de gaz naturel offshore du Léviathan, relevant d’Israël, au terminal de gaz naturel liquéfié en Égypte, une mesure qui a été saluée comme une étape majeure vers des gains économiques, politiques et sécuritaires pour le Caire.

al-monitor Cette photo prise le 31 janvier 2019 montre une vue aérienne du navire-grue SSCV Thialf posant la plate-forme de fondation nouvellement arrivée pour le champ de gaz naturel de Leviathan dans la mer Méditerranée, à environ 130 kilomètres (81 miles) à l’ouest de la côte de la Ville israélienne de Haïfa. Photo de MARC ISRAEL SELLEM / AFP via Getty Images.Ahmed Gomaa

@ AhmedGomaa252

SUJETS COUVERTS

Pétrole et gaz

28 févr.2021

LE CAIRE – L’Égypte et Israël ont convenu le 21 février de connecter le champ de gaz naturel offshore Léviathan, appartenant à Israël, aux installations de gaz naturel liquéfié (GNL) dans le nord de l’Égypte  via un pipeline sous-marin afin d’augmenter les exportations de gaz vers l’Europe.

L’accord est intervenu lors de la visite du ministre égyptien du pétrole et des ressources minérales, Tarek el-Mulla, en Israël le 21 février, pour «tenir des pourparlers afin de soutenir les objectifs et les efforts du Forum du gaz de la Méditerranée orientale ».

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a également reçu Mulla, le premier ministre égyptien à se rendre en Israël en cinq ans.

S’exprimant au début de la réunion, Netanyahu a déclaré qu’il y avait suffisamment de gaz pour que les deux pays puissent répondre à leurs besoins et devenir de grands exportateurs. Il a déclaré que la visite était un «jour important» pour la coopération dans le domaine de l’énergie et dans d’autres domaines et qu’ il pensait que cela annonçait une nouvelle ère de paix et de prospérité.

Des sources proches des pourparlers ont déclaré à l’ Agence France-Presse  le 21 février que l’accord israélo-égyptien vise à augmenter les exportations de gaz vers l’Europe à partir des installations de liquéfaction de gaz en Égypte et, par conséquent, à répondre à la demande européenne croissante de gaz naturel.

Oussama Kamal, un ancien ministre égyptien du pétrole, a déclaré à Al-Monitor: «L’accord a des dimensions économiques, politiques et sécuritaires. L’Égypte [tend la main] depuis longtemps vers les pays voisins tels que Chypre et Israël, qui ont découvert des gisements de gaz, ou d’autres pays qui ont le potentiel de produire du gaz comme la Grèce et la « Palestine » [terminologie employée par Al Monitor pour parler des deux territoires disjoints de Ramallah (F8atah) et de Gaza (Hamas). »

«Ces pays ne disposent pas d’une grande infrastructure leur permettant d’exploiter les richesses dont ils disposent, tandis que l’Égypte possède la plus grande infrastructure de son entourage régional, qui est proche de tous ces domaines», a-t-il ajouté.

Kamal a déclaré que l’Égypte avait deux stations LGN, la première à Idku dans le delta égyptien et une autre à Damiette dans l’extrême nord.

«Depuis 2011, les deux stations sont inactives ou fonctionnent en-deçà de leur capacité potentielle. Des approvisionnements en gaz supplémentaires signifieraient que les stations reprendraient normalement leurs activités, ce qui entraînerait des avantages économiques et créerait des emplois », a-t-il expliqué.

Kamal a déclaré que l’accord israélo-égyptien indiquait une confirmation sérieuse de l’importance du Forum du gaz de la Méditerranée orientale pour calmer la situation entre les pays de la région qui avaient un différend sur les découvertes de pétrole.

«Ces efforts ont commencé à donner des résultats, en particulier en ce qui concerne les efforts de l’Égypte pour soutenir la cause palestinienne et les accords entre la « Palestine » 2 (idem) et Israël pour commencer à développer le champ gazier de Gaza Marine, qui est inactif depuis des années», a ajouté Kamal.

Lors d’une visite le 21 février à Ramallah, Mulla a convenu avec les responsables de l’énergie de l’Autorité palestinienne de développer le champ gazier de Gaza Marine afin d’approvisionner la « Palestine » (Idem) en gaz naturel et de renforcer la coopération entre les deux pays, et d’exporter une partie du gaz vers l’Égypte.

Mohammad Mustafa, conseiller du président palestinien pour les affaires économiques, a déclaré dans des communiqués de presse le 23 février que «les tentatives d’extraction de gaz se sont toujours effondrées avec l’intransigeance de la position israélienne . … Nous travaillons avec l’Égypte pour surmonter ce défi et développer le champ gazier de Gaza Marine dès que possible.

«L’intervention de l’Égypte est en quelque sorte une source de réconfort pour les deux parties (Palestine et Israël) de [mieux] traiter l’une avec l’autre, et pour l’Autorité palestinienne de bénéficier de ces domaines dans le but de résoudre sa crise économique sévère», a déclaré Kamal.

«Les efforts de l’Égypte contribuent à apaiser la situation et à susciter de véritables processus de développement dans la bande de Gaza, qui comprend un contrôle de sécurité renforcé aux frontières nord-est de l’Égypte, pour empêcher l’infiltration d’extrémistes dans le pays», a-t-il ajouté.

Gamal Qalioubi, membre du conseil d’administration de l’ Association pétrolière égyptienne indépendante  et professeur d’énergie à l’Université américaine du Caire, a déclaré à Al-Monitor: «L’accord entre le Caire et Tel Aviv (i.e : Jérusalem) pour connecter le champ de gaz naturel du Léviathan aux terminaux GNL en Égypte vient en raison des obstacles auxquels Israël est confronté pour développer son domaine. Le champ de gaz est situé dans une zone géographique où il est difficile de construire une ligne de production. »

«Autan t dire que cela coûte plus cher à la partie Israélienne. Par conséquent, le moyen le plus simple et le plus rapide est de relier le champ à l’Égypte par un pipeline jusqu’aux stations de GNL pour faciliter la production », a-t-il ajouté.

Qalioubi pense que les accords avec Israël et la Palestine contribueraient à la transformation du Forum du gaz de la Méditerranée orientale en une organisation régionale ayant un impact stratégique et géopolitique clair, offrant de nombreuses solutions à tous les États membres.

«L’État égyptien recherche des avantages économiques, ce qui implique des avantages politiques qui servent tous les pays et créent une convergence de leurs intérêts et de leur population. L’Égypte cherche également à devenir un marché ouvert pour le gaz », a-t-il expliqué.

«L’Égypte a joué ce rôle avec une grande intelligence et une grande perspicacité politique pour résoudre de nombreux problèmes et calmer la région, qui était au bord d’un conflit économique, en particulier à la lumière de l’arrogance de la Turquie », a ajouté Qalioubi.

Ramadan Abu al-Ula, professeur de génie pétrolier et énergétique à l’Université Pharos d’Alexandrie, a déclaré à Al-Monitor: «La coordination concernant le secteur énergétique entre Israël et l’Égypte est en cours depuis plusieurs années et va de l’avant. Le récent accord a suscité des intérêts mutuels pour les deux parties et renforce la position de l’Égypte dans la région.

Pour sa part, Qalioubi a ajouté que l’Égypte et Israël ont une longue histoire d’avantages mutuels dans le domaine de l’énergie .

«Nous avons été le premier pays à exporter du gaz naturel vers Israël il y a plus de dix ans. Nous recevons également du gaz israélien via le gazoduc Ashkelon-Aqaba qui est pompé sur le marché égyptien. Il y a des intérêts communs entre les deux pays qui ne cessent de se développer », a-t-il conclu.

Lire plus sur : al-monitor.com

Laisser un commentaire